Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > éditeur lyonnais du XIVème siècle

éditeur lyonnais du XIVème siècle

par lablonde, le 12/07/2006 à 19:38 - 4117 visites

Bonjour!

Je recherche des informations sur un éditeur lyonnais du XVIème siècle, Benoist Rigaud, ainsi que des informations sur le genre littéraire des "Noëls", que cet éditeur imprimait...
Merci de m'aider!

Réponse du Guichet du savoir

par bml_anc, le 17/07/2006 à 16:13

Réponse du département du Fonds ancien


L’ouvrage de référence d’Henri Baudrier sur les imprimeurs et libraires de Lyon au XVIe siècle, Bibliographie lyonnaise : recherches sur les imprimeurs, libraires, relieurs et fondeurs de lettres de Lyon au XVIe siècle, Lyon, Brun, 1897, consacre les pages 175 à 471 et 476 à 495 de son tome 3 à Benoît Rigaud.

Il donne quelques indications biographiques :

« [i]Benoît Rigaud épousa en premières noces Pernette de Septgranges, fille de Corneille de Septgranges, imprimeur et graveur, morte sans enfant, vers 1559, en instituant son mari pour héritier universel. Il se remaria peu après avecClaudine Dumergue, fille d’Antoine Dumergue, imprimeur, morte le 5 septembre 1623, dont il eut plusieurs enfants. Ses descendants occupèrent jusqu’au milieu du XVIIIe siècle une grande place dans la librairie lyonnaise.
Au début de sa carrière, de 1555 à 1558, Rigaud fut associé avec Jean Saugrain, son neveu.[/i] (…) [i]Les opinions religieuses des deux associés provoquèrent bien vite la dissolution de leur société. Saugrain devint un fervent adepte des nouvelles doctrines, tandis que Rigaud resta fidèle aux anciennes croyances, aussi ennemi des excès de la Ligue que des violences huguenotes.
Rigaud fut pendant quelques années l’imprimeur du gouvernement du Lyonnais et créa ou plutôt développa, à Lyon, le commerce des livres à bon marché. Malheureusement l’impression et le papier de ses publications se ressentent beaucoup trop des effets de cette innovation. Pourtant leur mérite intrinsèque a conservé une grande faveur à ses éditions fort appréciées par les bibliophiles. Rigaud ne fut point, contrairement aux habitudes du temps, un libraire féru de l’antiquité grecque et latine. Il s’est appliqué surtout à publier les œuvres poétiques et historiques françaises et à vulgariser les recherches sur le droit, la médecine, œuvres de ses contemporains. Il habitait rue Mercière, au coin de la rue Ferrandière, mais le grand essor pris par son commerce l’obligea à louer plusieurs entrepôts dans le voisinage. Rigaud remettait l’impression de ses publications à de nombreux imprimeurs généralement plus soucieux du bénéfice que de l’élégance. Ce sont : Antoine et Ambroise du Rhône, Jacques Faure, François Durelle, Jean d’Ogerolles, Benoît Rondette, Jules Delphin, Pierre Roussin, Pierre Roland, Claude Morillon, Jean Pullon dit de Trin, et son pupille et neveu, Pierre Chastaing dit Dauphin, dont, unique exception, les œuvres permettent de constater le goût et le talent.
B. Rigaud mourut le 23 mars 1597, après une carrière bien remplie, et fut enterré contre la chapelle de St François en l’église des Jacobins.[/i] (…) [i]Pierre Rigaud, l’aîné de ses enfants, administra et prit la direction de la maison de librairie sous la raison sociale : héritiers de Benoist Rigaud.
Rigaud et ses enfants amassèrent une brillante fortune. Pourtant, à l’encontre de la plupart des grands libraires, ils ne parvinrent pas aux honneurs de l’échevinage lyonnais, nous ne savons pas pour quelle raison. [/i]»

Baudrier cite également les documents d’archives concernant Rigaud. En dehors de cela, Benoît Rigaud n’a pas fait l’objet d’étude générale et des éléments de sa vie restent encore obscurs. On ne connaît pas par exemple sa date de naissance. L’excellent Répertoire d'imprimeurs-libraires (vers 1500-vers 1810) édité par la Bibliothèque nationale de France, ne donne aucun détail sur lui. La bibliographie annuelle internationale publiée depuis 1970 sous les auspices de l'IFLA (International federation of library associations and institutions), [i]Annual bibliography of the history of the printed book and libraries[/i], ne cite que deux courts articles à son sujet, consacrés à son édition de 1591 d’un Lancelot du Lac.

La production de Benoît Rigaud est abondante : plus de 1 000 éditions d’après Baudrier dans des domaines très différents. Parmi celles-ci, on ne répertorie qu’un Noël, [i]La grand bible des Noelz, tant vieux que nouueaux : composez de plusieurs autheurs, tant du present que du passé, lesquelz on cha[n]te vulgairement au temps de l'aduenement du iour que nostre Seigneur Iesus Christ fut né de la Vierge Marie[/i], (Baudrier III, 189) dont la Bibliothèque municipale de Lyon conserve un exemplaire coté Rés 805238 que vous pouvez consulter en ligne.

La bibliothèque possède par ailleurs un nombre important d'éditions de Rigaud.

Dans le registre qui vous intéresse, l’imprimeur lyonnais Macé Bonhomme publia en 1556 l’ouvrage de M. Nicolas Martin (1500 ?-1571), [i]Noelz & chansons nouuellement composez tant en vulgaire françoys que sauoysien dict Patoys[/i], dont la Bibliothèque municipale de Lyon conserve un exemplaire coté Rés FM 358050 que vous pouvez également consulter en ligne.
Sur le genre littéraire des Noëls, vous pouvez consulter l’ouvrage de Henry Poulaille, La grande et belle bible des Noëls anciens.
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact