Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > démission et indemnités

démission et indemnités

par Louise, le 08/09/2004 à 09:51 - 10387 visites

A-t-on droit aux indemnités chômage lorsqu'on abandonne son poste?
Merci!

Réponse de

par gds_cdp, le 08/09/2004 à 17:11

Réponse du service Guichet du Savoir


Le site Service public a constitué une fiche très complète sur les conditions à remplir pour bénéficier de l'ARE (Allocation d'Aide au Retour à l'Emploi), en particulier sur les conditions de perte d'emploi :

[i]Votre chômage doit être involontaire, c'est à dire résulter :

* D'un licenciement pour motif personnel, y compris s'il découle d'une faute grave ou d'une faute lourde (attention aux termes: une rupture négociée pour motif personnel est en revanche considérée comme un départ volontaire),
d'une rupture de contrat qualifiée pour motif économique (rupture négociée, démission ou licenciement: l'attestation Assedic doit indiquer la mention "Autre rupture du contrat de travail pour motif économique"),
* D'une fin de contrat à durée déterminée,
* D'une fin de contrat d'apprentissage (ou d'une résiliation du contrat prononcée d'un commun accord ou sur décision des prud'hommes).

Démissions considérées comme légitimes :

Votre chômage est aussi considéré comme involontaire s'il résulte d'une démission jugée légitime (dans les conditions prévues par un accord d'application).
Votre démission est, par exemple, considérée comme légitime si vous rompez votre contrat de travail pour suivre votre conjoint qui change de résidence en vue d'exercer un nouvel emploi (Le nouvel emploi peut notamment être occupé à la suite d'une mutation au sein d'une entreprise ; il peut être la conséquence d'un changement d'employeur décidé par l'intéressé ; il peut correspondre à l'entrée dans une nouvelle entreprise par un travailleur qui était antérieurement privé d'activité)
Votre démission est également considérée comme légitime si vous avez été victime à votre travail d'un acte délictueux (harcèlement sexuel, coups etc), ou si vous avez rompu votre contrat emploi solidarité, votre contrat d'orientation ou votre contrat emploi-jeune pour exercer un nouvel emploi ou pour suivre une action de formation.[/i]

Vous pouvez consulter sur le site de l'Assedic le texte qui définit l'ensemble des motifs légitimes de démission (Accord d’application n° 15 du 13 novembre 2003) :

Cas de démission considérés comme légitimes
Chapitre A
§ 1er - Est réputée légitime, la démission
a) du salarié âgé de moins de 18 ans qui rompt son contrat de travail pour suivre ses ascendants ou la personne qui exerce la puissance parentale ;
b ) du salarié qui rompt son contrat de travail pour suivre son conjoint qui change de lieu de résidence pour exercer un nouvel emploi.
Le nouvel emploi peut notamment être occupé à la suite d’une mutation au sein d’une entreprise ; il peut être la conséquence d’un changement d’employeur décidé par l’intéressé ; il peut correspondre à l’entrée dans une nouvelle entreprise par un travailleur qui était antérieurement privé d’activité ;
c) du salarié qui rompt son contrat de travail et dont le départ s’explique par son mariage ou la conclusion d’un pacte civil de solidarité entraînant un changement de lieu de résidence de l’intéressé, dès lors que moins de 2 mois s’écoulent entre la date de la fin de l’emploi et la date du mariage ou de la conclusion du pacte civil de solidarité.
§ 2 - Est réputée légitime, la rupture à l’initiative du salarié, d’un contrat emploi-solidarité ou d’un contrat d’insertion par l’activité, d’un contrat emploi jeunes ou d’un contrat d’orientation pour exercer un nouvel emploi ou pour suivre une action de formation.
§ 3 - Est réputée légitime pour l’application de l’article 10§2, le départ volontaire de la dernière activité professionnelle salariée. Cette présomption s’applique dans le cadre des annexes au règlement à l’exception des annexes VIII et X.
Chapitre B
Sont également considérées comme légitimes, les ruptures à l’initiative du salarié intervenues dans les situations suivantes :
§ 1er - La démission intervenue pour cause de non-paiement des salaires pour des périodes de travail effectuées, à condition que l’intéressé justifie d’une ordonnance de référé lui allouant une provision de sommes correspondant à des arriérés de salaires.
§ 2 - La démission intervenue à la suite d’un acte susceptible d’être délictueux dont le salarié déclare avoir été victime à l’occasion de l’exécution de son contrat de travail et pour lequel il justifie avoir déposé une plainte auprès du procureur de la République.
§ 3 - Le salarié qui, postérieurement à un licenciement ou à une fin de contrat de travail à durée déterminée n’ayant pas donné lieu à une inscription comme demandeur d’emploi, entreprend une activité à laquelle il met fin volontairement au cours ou au terme de la période d’essai n’excédant pas 91 jours.
§ 4 - Le salarié qui justifie de 3 années d’affiliation continue au sens de l’article 3 et qui quitte volontairement son emploi pour reprendre une activité salariée à durée indéterminée, concrétisée par une embauche effective, à laquelle l’employeur met fin au cours ou au terme de la période d’essai avant l’expiration d’un délai de 91 jours.
§ 5 - Lorsque le contrat de travail dit "de couple ou indivisible" comporte une clause de résiliation automatique, la cessation du contrat de travail est réputée légitime si le salarié quitte son emploi :
- du fait du licenciement ou de la mise à la retraite de son conjoint par l’employeur,
- ou encore du fait de la cessation anticipée d’activité dudit conjoint au titre de l’Accord national interprofessionnel du 6 septembre 1995 relatif au développement de l’emploi.
§ 6 - La démission du salarié motivée par l’une des circonstances visée à l’article L. 761-7 du code du travail à condition qu’il y ait eu versement effectif de l’indemnité prévue à l’article L. 761-5 du code du travail.
§ 7 - Le salarié qui quitte son emploi pour effectuer une ou plusieurs mission(s) de volontariat pour la solidarité internationale d’une durée minimale d’un an.
Cette disposition s’applique également lorsque, en cas de force majeure ou du fait du prince, la mission a été interrompue avant l’expiration de la durée minimale.
§ 8 - Le salarié qui a quitté son emploi, et qui n’a pas été admis au bénéfice de l’allocation, pour créer ou reprendre une entreprise dont l’activité a donné lieu aux formalités de publicité requises par la loi, et dont l’activité cesse pour des raisons indépendantes de la volonté du créateur ou du repreneur.
  • 2 votes

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact