Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > "crime" de sodomie et armée

"crime" de sodomie et armée

par nanad, le 06/10/2008 à 16:53 - 7625 visites

Bonjour à vous,

je sais que la sodomie était punie de mort, dans l'armée anglaise du 18 e siècle.

Jusqu'à quand en fut-il ainsi?

Y eut-il beaucoup de condamnations pour sodomie, et beaucoup de pendaisons (ou auutres châtiments) effectives?

de nos jours, quels pays punissent-ils la sodomie dans les armées?

merci beaucoup

Réponse du Guichet du savoir

par gds_db, le 08/10/2008 à 12:16

Réponse du service Guichet du Savoir

Le "crime" de sodomie commis par des militaires était encore passible de la peine de mort au XIXe siècle :

[i]La virulence de l'hostilité sociale signifie qu'au XVIIIe siècle, les populations britanniques et néerlandaises ont intégré les anathèmes des pères de l'Eglise. Saint Jean Chrysostome n'aurait pas désavoué ce passage d'un éditorial du London Journal, en date du 17 mai 1726 : « Il n'est si grand criminel qui ne puisse s'attirer la pitié de certaines personnes en raison de son destin malheureux et de sa fin prématurée [...]; mais ceux qui sont condamnés pour sodomie ne peuvent attendre ni pitié ni compassion, car ils meurent pour des crimes détestables à Dieu comme à l'homme. »1 Les premières statistiques criminelles tenues en Angleterre reflètent fidèlement cette façon de voir: pendant une période où, sur 471 crimes autres que la sodomie, passibles de la peine de mort, 63 aboutissent à ce dénouement, s'agissant du « crime » de sodomie, la proportion est de 4 sur 5. La comparaison est édifiante avec les affaires de viol hétérosexuel, y compris perpétré sur des fillettes de dix ans ou moins : sur 24 individus poursuivis pour de tels faits entre 1720 et 1731, deux seulement sont exécutés, dix-huit sont acquittés, dont l'un convaincu d'avoir sodomisé sa propre fille. La répression anglaise de l'homosexualité est moins sensible que sur le continent au statut social de ses victimes. Ce sont de « respectables citoyens » de Warrington qui sont pendus « dans un état d'extrême agitation », pour ce motif, en 1806.
Les membres des forces armées ne bénéficient d'aucune indulgence particulière: en 1811, par exemple, l'enseigne John Hepburn et le tambour Thomas White sont « lancés sur l'éternité » (« launched into eternity », le même verbe étant utilisé en anglais pour le lancement d'un navire et pour l'envoi d'un individu ad patres), c'est-à-dire pendus, à Newgate, « devant un grand concours de spectateurs ». [/i]
source : L'amour philosophique : l'homosexualité masculine au siècle des Lumières / Didier Godard

L'ouvrage intitulé The British Army in the West Indies de Roger Norman Buckley indique, page 231 et suivantes, que dès lors que l'acte de sodomie était prouvé, les accusés étaient exécutés. L'étude de Arthur Gilbert montre que sur les 19 cas recensés entre 1798 et 1823, 3 soldats de la Royal Navy ont été pendus et 9 fouettés. Voir le tableau p. 232.

Nous n'avons pas trouvé davantage de chiffres mais il est reconnu que la sodomie et l'homosexualité plus particulièrement, au sein de l'armée britannique, ont été réprimées jusqu'à une très récente période :

[i]En septembre 1999, la Cour européenne des droits de l'homme condamna le Royaume-Uni pour avoir exclu de ses armées trois hommes et une femme convaincus de pratiques homosexuelles. Depuis janvier 2000, la discrimination des gais et lesbiennes au sein de l'armée est désormais illégale.[/i]
source : article "ANGLETERRE" du dictionnaire de l'homophobie Voir aussi l'article "ARMEE" de ce même ouvrage. A la fin de chaque article, vous trouverez une bibliographie qui vous aidera à approfondir ce sujet.

A noter :
[En droit Européen] [i]Le respect de l'orientation sexuelle n'a pas été apprécié de la même manière lorsque les requérants appartenaient à la vie civile ou à la vie militaire.[/i] [...]
[i]Jusqu'à la décision de la Cour du 27 septembre 1999, la Commision et la Cour avaient considéré que les Etats membres pouvaient réprimer les actes homosexuels commis entre militaire en privé. Il était reconnu que de telles législations constituaient une ingérence dans la vie privée mais elles apparaissaient justifiées comte tenu des "conditions particulières prévalant dans l'armée".[/i]
source : Droit et homosexualité

[i]"SODOMIE : Aux Etats-Unis, jusqu'en 2003, 13 Etats interdisaient la sodomie : Texas, ansas, Missouri, Oklahoma (interdiction de sodomie et de fellation entre personnes du même sexe), Alabama, Idaho, Mississipi, Louisiane, Caroline du Sud, Floride, Utah et Virginie (interdiction totale de la sodomie). Ces lois antisolomie n'étaient que très rarement appliquées, mais subsistaient dans les textes. En 1998, John Geddes Lawrence est surpris par la police en pleins ébats avec son compagnon Tyron Garner. Les autorités avaient été prévenues par un voisin se plaignant du bruit. il écope de 200 dollars d'amende et d'une nuit de garde à vue. Mais l'affaire ne s'arrête pas là. Lawrence, soutenu par les associations homosexuelles locales, décide de porter plainte contre l'Etat du Texas pour violation de vie privée et s'en remet à la Cour suprême des Etats-Unis. Le 26 juin 2003, la Cour surpême rend son verdict : l'interdiction de la sodomie est anticonstitutionnelle. La victoire est retentissante à travers tout le pays et sonne le glas des Sodomy laws aux Etats-Unis."[/i]
source : Petit lexique illustré du gay-savoir / Michaël Delmar

Dans certains pays, dans la vie civile comme dans l'armée, la sodomie, qu'elle soit pratiquée par des gens du même sexe ou pas, est passible de peine de mort :

[i]Amnesty International signale que dans les pays qui appliquent la sharia, des personnes sont effectivement condamnées des peines de mort par lapidation ou à la flagellation, et que l'accusation de "fornication" avec un partenaire de même sexe est fréquemment utilisée pour renforcer la condamnation des opposants politiques. Comte tenu de la rigidité de la procédure pénale islamique, il est évident que ces condamnations ne sont rendues possibles que par l'organisation de témoignages fallacieux ou par l'extorsion d'aveux par la contrainte.[/i]
source : Dictionnaire de l'homophobie

Le Petit lexique illustré du gay-savoir précise même que [i]de nombreux pays qui ne condamnent plus les homosexuels dans leurs textes de lois continuent de leur interdire les professions militaires, comme la Grèce ou le Portugal.[/i]
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact