Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Villes de consulat au Moyen-Age

Villes de consulat au Moyen-Age

par acanthe, le 09/10/2009 à 09:39 - 6859 visites

En lisant une notice sur Ambert en Auvergne, il est indiqué que c'était au XV ème siècle une "ville de consulat", caractéristique, semble t'il, assez rare ; quel était exactement le statut de ces villes ?

Réponse du Guichet du savoir

par gds_db, le 10/10/2009 à 11:10

Réponse du service Guichet du Savoir

Bonjour,


[i]... au XIIIe siècle, Ambert faisait partie, avec le Livadois, de la seigneurie de Baffie ; en 1239, il reçut d'un membre de cette maison, nommé Guillaume, le droit de consulat et de commune[/i].
source : Histoire des villes de France: avec une introduction générale pour chaque province publié par Aristide Guilbert. T06

Les villes de consulat bénéficiaient d'une large indépendance et d'une grande autonomie politique vis à vis du système seigneurial :
[i]Au Moyen Âge, le consulat est un mode de gouvernement urbain qui régit dans le Sud du royaume de France des villes ayant le droit de s'administrer et de se défendre, soit depuis des temps immémoriaux, soit dans le cadre d'une charte de franchise.
Le terme consulatus est formé à partir de consul qui veut dire conseil. Il indique la capacité d'une communauté d'habitants à délibérer en commun (consulere) au sein d'une assemblée qui reçoit également le nom de consulat. Ce mot met aussi en évidence la possibilité d'un héritage institutionnel romain.
Dans le Nord du royaume, on parle d'échevinage et d'échevins.
Les agglomérations ayant un consulat peuvent prendre le nom de ville ou de cité. Elles peuvent être très importantes et très anciennes comme Toulouse ( où les consul ont pris le nom de capitouls ) ou toutes petites. Elles sont toujours pourvues d'un marché, et très souvent de foires.
Les consuls étaient élus par le suffrage de tous les habitants, avec une élection à deux degrés. Seuls les chefs de famille (ou de feu) et les chefs des métiers, étaient électeurs, les femmes y compris lorsqu'elles étaient veuves ou marchandes publiques en leur nom propre. Les électeurs formaient plusieurs collèges selon les différents états ou professions de la ville. D'autres consuls représentaient un quartier.
Le consulat avait un fonctionnement qui a été repris par les municipalités, avec conseils se tenant régulièrement et publiquement, journal des ordres du jour et des délibérations, décisions prises au vote, budget. Il s'occupait de la police des rues, des places, des approvisionnements, des marchés, des métiers, des permis de construire, des poids et mesure, de l'entretien des murs, des portes, des bâtiments, et des places publiques. Il possédait un sceau, une caisse, et le droit de lever une taxe sur certaines denrées entrant dans la ville, de percevoir des loyers pour la concession de biens ou de droits appartenant à la commune.
Albert Rigaudière estime, suite à l'étude du cas des villes auvergnates, que l'emploi du terme dans les sources recouvre une aspiration à l'autonomie avant de recouvrir une réalité technique bien définie : à savoir celle de régime administratif dans lequel la communauté détient une capacité à s'administrer elle-même, aidée en cela par des consuls dont le nombre et les compétences varient.[/i]

source : Wikipedia


Pour approfondir le sujet :
- Le Moyen Âge, XIe- XVe siècle / Par Michel Kaplan, Patrick Boucheron, Christophe Picard page 170. Le gouvernement des villes.
- La ville médiévale / sous la direction de Georges Duby pp 176-179. Les premiers consulats et les origines du consulat.
- Encyclopaedia Universalis ou consultable sur internet
- Encyclopedie MSN Encarta : commune (histoire)
  • 2 votes

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact