Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > El cid campeador

El cid campeador

par Lyllian45, le 12/11/2010 à 19:14 - 3284 visites

Bonjour ,

J'ai lu qu'un soldat de Napoléon aurait volé en 1809 une côte et une omoplate de Rodrigo Diaz de Vivar dit El Cid Campeador... et qu'actuellement ces restes se trouveraient en Saône et Loire .

A quel endroit du département se trouvent-ils exactement ?

Ce fait est-il réel ?

Avec mes remerciements.

Réponse de

par gds_bp, le 16/11/2010 à 09:55

Réponse du service Guichet du Savoir

Bonjour,

Cette allusion au vol d'une côte et d'une omoplate de Rodrigo Díaz de Vivar qui se trouveraient actuellement en Saône et Loire, est apparemment issue d'une notice de wikipedia (reproduite de nombreuses fois sur internet).

Ces renseignements sont basés sur le Dictionnaire universel d’histoire et de géographie, qui date de 1878 (voir "Source partielle" en bas de la page wikipedia).

Nous n'avons pas trouvé d'autres sources permettant de recouper ces informations, qui datent du 19e siècle.
Nous envoyons donc un mail à nos collègues des Archives Départementales de Saône-et-Loire, pour leur demander si leur fond contient des documents pouvant apporter une confirmation (ou non) de ces dires.
Nous vous tiendrons au courant de leur réponse dès que nous l'aurons.

Réponse de

par gds_bp, le 23/11/2010 à 09:17

Réponse du service Guichet du Savoir

Nous vous transmettons la réponse des Archives départementales de Saône- et-Loire :

Bonjour,

Tout d'abord, nous vous prions de bien vouloir nous excuser pour cette réponse tardive, mais cette recherche nous a donné du fil à retordre.
Toutefois, nous ne revenons pas vers vous bredouilles.

La première piste, citée dans l'article de Wikipédia mentionné, le Dictionnaire universel d'histoire et de géographie... (26e édition) / par M.-N. Bouillet,... ; ouvrage revu et continué par A. Chassang,... -Hachette (Paris)-1878, n'a pas abouti : rien n'est précisé à ce sujet dans l'article "Cid", pp. 418-419.
Mais Jean-Claude Lorblanchès, dans son ouvrage Les soldats de Napoléon en Espagne et au Portugal, 1807-1814, chez L'Harmattan (numérisé sur Google books, p. 56), mentionne bien le pillage de la sépulture de Rodrigue et Chimène, au couvent San Pedro de Cardeña, par un régiment de dragons français (d'après Thiébault, nommé gouverneur militaire de Burgos en décembre 1808). Toujours dans cet ouvrage, il est relaté que le général Thiébault fit rassembler les restes et ériger un nouveau tombeau sur les bords de l'Arlanzon.
Ce faisant, il aurait toutefois prélevé quelques fragments d'ossements pour enrichir la collection de Dominique-Vivant Denon, alors de passage à Burgos. Ce dernier avait souhaité voir la chapelle et l'ancien tombeau profanés. Une version plus "respectueuse" de cette visite, quoique moins conforme aux faits, est donnée à travers une aquarelle de Benjamin Zix, artiste suivant Denon dans ses déplacements (conservée au musée des beaux-arts de Strasbourg). Elle inspirera plusieurs tableaux, dont celui d'Adolphe Roehn en 1809, et celui d'Alexandre-Evariste Fragonard en 1811.

Les fragments se sont ensuite trouvés enfermés dans un reliquaire appartenant à Denon, en compagnie d'autres reliques de même nature, qui fut vendu en 1826 ainsi que le reste de sa collection. L'objet est aujourd'hui conservé au musée Bertrand, à Châteauroux.

Philippe Sollers dans sa biographie de Denon, Le cavalier du Louvre, Paris, Gallimard, 1995, reprend la description du reliquaire donné dans une « Description des objets qui composent le cabinet de feu M. Le Baron V.Denon : Estampes et ouvrages à figures » :

«Reliquaire de forme hexagonale et de travail gothique, flanqué à ses angles de six tourillons attachés par des arcs-boutants à un couronnement composé d'un petit édifice surmonté de la croix: les deux faces principales de ce reliquaire sont divisées chacune en six compartiments, et contiennent les objets suivants :
- Fragments d'os du Cid et de Chimène trouvés dans leur sépulture, à Burgos.
- Fragments d'os d'Héloïse et d'Abélard, extraits de leurs tombeaux, au Paraclet.
- Cheveux d'Agnès Sorel, inhumée à Loches, et d'Inès de Castro, à Alcobaça.
-Partie de la moustache de Henri IV, roi de France, qui avait été trouvée tout entière lors de l'exhumation des corps des rois à Saint Denis, en 1793.
- Fragment du linceul de Turenne.
- Fragments d'os de Molière et de La Fontaine.
- Cheveux du général Desaix. »

Deux des faces latérales du même objet sont remplies:
L'une par la signature autographe de Napoléon.
L'autre par un morceau ensanglanté de la chemise qu'il portait au moment de sa mort, une mèche de ses cheveux et une feuille du saule sous lequel il repose dans l'île de Sainte Hélène.
À cette énumération, déjà longue, il conviendrait d'ajouter encore la moitié d'une dent de Voltaire, classée sous le numéro 1379 du même catalogue, parmi les "objets omis" et porté comme devant faire partie des souvenirs historiques décrits dans l'article qui précède. »


NB : Les précédentes informations sur la visite de Denon à Burgos et le reliquaire lui appartenant ont été trouvées via un forum "napoléonien" : napoleon1er.org et le site suivant : castalie.fr

Réponse de

par gds_bp, le 26/11/2010 à 16:20

Réponse du service Guichet du Savoir

Malgré d'actives recherches de la part de nos collègues des Archives de Saône et Loire, ces restes n'ont pu être localisés.
  • 0 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact