Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > xylocaïne

xylocaïne

par mimie13, le 16/07/2011 à 09:39 - 13998 visites

bonjour

je souhaiterais savoir comment se passe un deces par injection massive de xylocaïne?(en perfusion)
est ce rapide, douloureux ou pas, et quel est le processus qui conduit au deces
on m'a dit qu'on appelait ça une "mort bleue" (asphyxie)
donc je voudrais plus d'infos la dessus
il parait aussi que cela fait enfler la tete

merci

Réponse du Guichet du savoir

par bml_san, le 19/07/2011 à 13:35

Réponse de Cap'culture santé

Bonjour,

La xylocaïne ® est un anesthésique local dont le principe actif est la lidocaïne.
Elle est fabriquée par le laboratoire AstraZeneca. Son utilisation est soumise à prescription médicale.

Petite histoire des anesthésiques locaux
(Source : Encyclopaedia Universalis)
« [i]Jusqu'au milieu du xxe siècle, l'anesthésique local le plus efficace a été extrait des feuilles de la « plante divine des Incas », à savoir la coca.
En 1860, à Göttingen, Albert Niemann (1834-1861) isola, à partir d'un extrait de feuilles de coca, un alcaloïde qu'il baptisa cocaïne et qui fut considéré comme un simple stimulant, voisin de la caféine. À Vienne, Carl Koller et Sigmund Freud avaient constaté que les cristaux de cocaïne déposés sur la langue la rendaient insensible. Von Anrep observa, en 1880, que la peau infiltrée de cocaïne était indolore lors d'une piqûre, et proposa l'emploi de la cocaïne comme anesthésique local. […]
C'est enfin en Suède que l'histoire des anesthésiques locaux connut son dernier épisode majeur. Holger Ertman, de l'université de Stockholm, étudiant l'isogramine, composé présentant des propriétés anesthésiques, demanda à son élève, Nils Lofgren, de rechercher des dérivés de synthèse plus efficaces. Avec l'aide de Bengt Lundqvist, il isola la lignocaïne ou lidocaïne, expérimentée par L. Goldberg au Karolinska Institutet (Stockholm). Elle fut commercialisée sous le nom de Xylocaïne en 1948 et reste aujourd'hui le plus utilisé des anesthésiques locaux. Depuis, des dérivés voisins, la mépivacaïne (Scandicaïne⌖) et la bupivacaïne (Marcaïne⌖) ont été mis sur le marché [/i]».

Où lidocaïne et cocaïne peuvent être liées....
En mai 2010, des décès de toxicomanes dans la région lyonnaise, ont conduit les autorités sanitaires à attirer l’attention sur les dangers liés à l’usage de produits présentés comme de la cocaïne et pouvant contenir de fortes doses de lidocaïne.
Source : Drogues-info-service

Principes de fonctionnement d’un anesthésique local
(Source : Encyclopaedia Universalis)
« [i]Les anesthésiques locaux provoquent un blocage non sélectif et réversible des fibres nerveuses : ils interrompent la conduction nerveuse non seulement sur les fibres sensitives, mais aussi sur les fibres motrices. Il s'ensuit un blocage portant à la fois sur la sensibilité et sur la motricité, à des degrés variables dépendant du site d'injection, de la quantité administrée et de la nature de l'agent anesthésique utilisé.
L'administration des anesthésiques locaux a une conséquence annexe : le blocage des fibres du système nerveux sympathique est responsable d'une baisse de la pression artérielle et d'un ralentissement de la fréquence cardiaque, dont l'importance est variable selon les conditions opératoires (blocage central ou périphérique). Par ailleurs, les anesthésiques locaux ont une marge de sécurité relativement étroite entre les doses produisant des effets thérapeutiques et celles qui sont toxiques après résorption (ou injection intravasculaire accidentelle). Les toxicités neurologique (convulsions) et cardiaque (troubles du rythme cardiaque) des anesthésiques locaux sont les facteurs limitant la quantité administrée. Elles imposent que les techniques d'anesthésie locorégionale soient parfaitement maîtrisées et surveillées.[/i] »

La xylocaïne est distribuée sous diverses formes.
- Voir la fiche consacrée à la xylocaïne sur le site Santé A-Z, au féminin.com.
- L’édition en ligne grand public du Vidal consacre une fiche à la xylocaïne visqueuse.

Son utilisation n’est pas sans danger :

Un article présenté en 2003 au Congrès de la société Française en Toxicologie rapporte un cas de Décès après ingestion accidentelle de lidocaïne (xylocaine visqueuse® a 2%)
« [i]Une enfant (18 mois) a un tube de Xylocaine visqueuse® ouvert dans les mains : quantité ingérée inconnue. Rapidement, apparaissent hypotonie et convulsions. A l’arrivée du SMUR, elle est cyanosée en asystolie[…] [/i]»
On retrouve ici la notion de « mort bleue » [cyanose] que vous évoquiez dans votre question.

Voir aussi l’article de M. Freysz, professeur des Universités, praticien hospitalier, au département d'anesthésie réanimation - SAMU 21 du CHU de Dijon, intitulé « Anesthésiques locaux : accidents » publié dans la revue spécialisée [i]Médecine d'urgence[/i], 25-010-G-30, 2007. Cet article est consultable dans les locaux de la BM de Lyon par l’intermédiaire de la base de données EM Consulte.

Réponse de mimie13

par mimie13, le 22/07/2011 à 11:51

merci pour votre reponse
cependant ça ne m'a pas eclairci grand chose
pour etre franche,j'ai un proche qui a mis fin à ses jours avec une injection massive de xylocaine, et ce n'était pas de la "visqueuse"
je voulais savoir s'il avait souffert, et en combien de temps il est passé de vie à trepas
ce n'est pas un interet morbide, c'est que je voudrais etre rassurée
merci

Réponse du Guichet du savoir

par bml_san, le 22/07/2011 à 15:53

Réponse de Cap'culture santé

Bonjour,
Nous craignons de ne pouvoir répondre avec plus de précisions à votre question. Parmi les documents cités en lien dans notre première réponse, certains précisaient les symptômes d'une intoxication à la lidocaïne.
Nous ne sommes ni anesthésistes ni médecins et n'avons pas les compétences pour déterminer avec certitude les circonstances du décès de votre proche.

Votre besoin d'être rassurée n'est pas morbide, c'est normal.
Le suicide d'un proche est souvent très perturbant pour ceux qui restent, le "processus du deuil" connait plusieurs phases, dont l'anxiété :
"Etre en deuil, est un moment d'entre-deux, de passage, c'est comme se trouver sur un pont au-dessus du vide. [...] On perd ses repères, ses certitudes, ses sécurités affectives et il faut marcher un moment, triste et seul, avant de pouvoir retrouver la terre ferme.
Les étapes du deuil psychologique correspondent ainsi aux trois étapes essentielles des rites de passage et de deuil des sociétés traditionnelles :
1. la phase de séparation, caractérisée par le déni, la colère, l'anxiété
2. la phase de marge, marquée essentiellement pas la tristesse et la dépression
3. la phase d'adaptation, qui signe le retour à un nouvel équilibre."

Peut-être pourriez-vous obtenir aide et réconfort auprès d'associations ?

Par exemple, sur Lyon, le centre ATIS propose une aide et un suivi psychologique gratuit sur Lyon, à toute personne qui rencontre des difficultés de :
. solitude, confiance en soi, phobie sociale,
. stress, anxiété, souffrance au travail,
. deuil, dépression, suicide
Le premier contact peut se faire par téléphone (04.78.28.77.93) ou directement au centre sans rendez-vous du mardi au vendredi (sauf entre 12h et 14h), au 5 rue Pizay, métro Hôtel de Ville.

Bien cordialement

  • 2 votes

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact