Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > cochenilles sur camélias

cochenilles sur camélias

par Dardet Joelle, le 19/05/2013 à 11:44 - 6029 visites

comment se débarasser de cochenilles et fumagine sur les feuilles de camélia ,mais aussi sur orangers et lauriers roses?
Je suis en train de tester un mélange d'huile +alcool à bruler +produit à vaiselle , le tout mélangé à de l'eau.et je nettoie chaque feuilles avec une brosse à dents, mais le travail est interminable!
j'ai essayé des produits du commerce, (pas écologiques) et qui brulent les feuilles .
pouvez vous me donner une autre solution efficace?

Réponse du Guichet du savoir

par gds_gg, le 22/05/2013 à 13:34

Bonjour,

Image
(Wikipédia)

Les cochenilles sont parmi les parasites les plus difficiles à éradiquer car leur carapace dure les protège de la variation du temps et des autres dangers, tels les produits insecticides.
Ce sont les larves juste écloses qui sont le plus vulnérables aux insecticides, et qu’il faut traiter en priorité, dès leur apparition. Les produits huileux les étouffent.
En outre l’espèce de cochenilles est différente selon la plante, les produits seront donc différents.

Les conseils les plus lus au sujet des cochenilles sont soit le traitement radical par produits insecticides soit la taille pure et simple de la zone infectée.

Tout d’abord les différentes espèces de cochenilles correspondantes à vos plantes, extraits du Le Truffaut : anti-maladies & parasites :
« Camélia : cochenille pulvinaire (Pulvinaria floccifera).
Lutte : courant juillet, pulvérisez en abondance un insecticide à base de bifenthrine, cyperméthrine, ou bien une huile insecticide, au revers des feuilles, pour combattre les larves nouvellement écloses.

Laurier-rose : Aspidiotus nerii
Lutte : rabattez les pousses ou les feuilles trop infestées. Pulvérisez un insecticide à base d’huile ou de savon, en insistant sur le revers des feuilles. Renouvelez l’application deux ou trois fois, à quinze jours d’intervalle, afin de toucher les jeunes larves juste écloses.

Oranger : Acarien des agrumes (Panonychus citri)
Lutte : il faut intervenir dès les premiers signes de décoloration foliaire avec un acaricide à base de dicofol ou de bifenthrine. L’application d’une huile insecticide est également efficace à condition de bien traiter le revers des feuilles.
»

En ce qui concerne les traitements classiques et biologiques :
- extraits de Soigner toutes les plantes du jardin: identifier et combattre les parasites, les insectes, les champignons et les maladies :
« Depuis quelques années, le nombre de produits contenant de l’huile de colza et de la pyréthrine augmente. Ces derniers sont encore plus efficaces que les substances actives simples (ils s’emploient également contre les mouches blanches ou les cochenilles, entre autres). Ils sont parfaitement inoffensifs pour les animaux à sang chaud, et autorisés dans la culture biologique.

… mesures :
Pour les plantes ornementales, employez plutôt des produits systémiques, comme l’imidaclopride ou le diméthoate. Pour les plantes à feuilles dures, les produits à base d’huile de colza sont également autorisés. Répétez le traitement plusieurs fois pour garantir le résultat.
»
Les produits systémiques se diffusent par la sève de la plante et donc se diffuse dans son intégralité. Ils se présentent souvent sous forme de bâtonnets à planter en terre. Les cochenilles étant des parasites suceurs de sèves, elles sont plus facilement atteintes.

- extraits de Le traité Rustica des maladies et parasites du jardin :
« Les bons réflexes
En début d’attaque, le plus simple et le plus efficace consiste à supprimer par la taille les premiers rameaux atteints, ou bien à éliminer les cochenilles une à une, en essuyant les parties envahies avec une solution à base de savon noir additionnée d’alcool à brûler.

la lutte biologique
Il existe des prédateurs naturels des cochenilles, en particulier Cryptolaemus montrouzieri, une coccinelle prédatrice noire à tête jaunâtre, qui se nourrit notamment de cochenilles farineuses, qu’elles soient à l’état de larves ou adultes.
… d’autres prédateurs biologiques existent, ainsi une petite guêpe parasitoïde est efficace contre les cochenilles farineuses…

les traitements biologiques
En période de repos végétatif (traitement de fin d’hiver) ou en début dé végétation, voire même jusqu’en été, utilisez une huile minérale (de paraffiner, de vaseline, de pétrole) ou une huile de colza. Ce traitement est à pulvériser directement sur les parasites (lorsque la température est inférieure à 25 °C). vous pouvez répéter l’application à 2 ou 3 semaines d’intervalle, mais ne traitez pas en période de fructification des arbres fruitiers.
»

- Quant à la fumagine, ce sont des champignons divers qui se nourrissent de substances sucrées, notamment le miellat, sécrétées, entre autres, par les cochenilles. Donc chassez les cochenilles et vous n’aurez plus de fumagine. Le feuillage noir se nettoie simplement à l’eau.

Pour de plus amples informations, vous pouvez consulter :
- Icerya purchase
- Parasites du citronnier
- la Société Centrale d’Agriculture et d’Horticulture de Nice
- Maladies du jardin, d'Andrew Halstead et Béatrice Henricot

Bonne journée.
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact