Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Exégèse, cardinal H. de Lubac

Exégèse, cardinal H. de Lubac

par Moksha, le 11/04/2005 à 17:01 - 3780 visites

Bonjour,

Mon compagnon vous a récemment envoyé, en mon nom, un petit message relatif aux abréviations bibliques et ecclésiastiques trouvées dans un ouvrage du cardinal Henri de Lubac. Ai bien reçu les réponses du département du Fonds ancien, que je remercie.

Pour répondre à mon tour aux questions dudit Fonds, l'abréviation "R.A." a été trouvée dans "La révélation divine" (Henri de LUBAC, Ed. du CERF). Quant à l'auteur J. C. HOFMAN, auquel il est fait référence dans ce livre et dont le nom semble incorrectement orthographié, il ne figure pas dans le Larousse des noms propres Ed. 2002. Pourriez-vous m'indiquer si ce nom, J. C. HOFMAN, vous dit quelque chose et s'il vous paraît, tel quel, correctement orthographié ?

Par ailleurs, pourriez-vous me donner la définition exacte des termes suivants, tous trouvés dans "Affrontements mystiques" et "Athéisme et sens de l'homme" du cardinal de LUBAC :

- kérygme (contenu kérygmatique) ;
- terréniste (ambition terréniste) ;
- apophase (mouvement d'apophase) ;
- baianisme ;
- Plérôme / plérômisation ;
- Anangkè (Anangkè et Logos) ;
- Jessé (tige de Jessé) ; et
- Pseudo-Macaire

Vous en remerciant vivement par avance, et restant à votre disposition pour tous renseignements complémentaires,

Meilleures salutations.

Réponse de Moksha

par Moksha, le 11/04/2005 à 17:26

Bonjour,

Suite à mon premier courriel de ce jour, intitulé "Exégèse, cardinal H. de Lubac, Affrontements mystiques", pourriez-vous également :

- m'indiquer la signification :

. de l'abréviation "Gal" ;
. du terme/verbe latin "incipit" ;
. de la phrase "w kainwn kai paradocwn pragmatwn" (???) ;
. du nom "yogacara" ;
. du terme "Periarchôn"

- me dire si les noms (de lieux ? ) suivants vous disent quelque chose :

. Cosima (cf Nietzsche) ;
. Pforta (ditto)

- me dire si les noms (d'auteurs ?) suivants vous disent quelque chose :

. WALZ (cf Nietzsche, "Lettres choisies") ;
. H. BOIS (auteur du livre "Le retour éternel de Nietzsche" ?) ;
. DEUSSEN ;
. GUYAU ;
. ASANGA ;
. KOESELITZ ;
. EUNOMIUS

- me dire si les titres de livres suivants vous disent quelque chose :

. Dionysos philosophos (s'agit-il d'un titre de chapitre dans "Volonté de puissance" de NIETZSCHE ?) ;
. Les sept sceaux (s'agit-il d'un titre de chapitre dans "Ainsi parlait Zarathoustra" de NIETZSCHE ?) ;
. Eve (s'agit-il d'un poème ou du nom d'un recueil de poèmes de C. PEGUY ?) ;
. L'Argent (s'agit-il d'un livre en tant que tel de C. PEGUY ?)

Vous remerciant des réponses que vous vous voudrez m'envoyer,

Meilleures salutations.

Réponse du Guichet du savoir

par bml_anc, le 12/04/2005 à 16:08

Réponse du Département Fonds ancien

Votre question est encore une fois multiple, aussi nous allons reprendre dans l'ordre :
1/ R.A. Nous pensons qu'il s'agit d'une erreur de lecture, et que c'est plutôt R.P. qui veut dire "Révérend Père".
2/ Concernant JC Van Hofman : nous pensons que l'orthographe est exacte. Il aurait vécu de 1810 à 1877, et serait l'auteur de "Schriftbeweiss" (1852-1856), ouvrage consacré aux Preuves de l'Ecriture, mais nous n'avons malheureusement pas ce document.
3/ "Contenu kérygmatique" est un contenu qui concerne l'étude du message évangélique. "Kérygme" (qui vient du grec "kerugma", signifiant "proclamation") est l'annonce de l'Evangile faite au nom de Dieu, en vertu d'une mission légitime, aux non-croyants en vue de leur conversion.
4/ "Ambition terréniste" : en dehors du contexte (ouvrage, page d'où est tirée cette expression), il est hasardeux de répondre à ce type de question. Néanmoins, il est possible que "l'ambition terréniste" fasse allusion à Guy Terré (ou Terreni) de Perpignan, carme et évêque, mort en 1342. Il écrivit en 1323 un "De perfectione vitae christianae", où il expose en 3 livres sa pensée au sujet de la pauvreté du Christ, de la nature de la perfection et de la possibilité d'atteindre la perfection en dehors des vœux de religion.
5/ "Mouvement d'apophase" : "Apophase" vient du grec "Apophasis", signifiant négation. Il s'agit donc d'un mouvement de négation. La théologie négative ou apophatique se dit d'une théologie qui approche de la connaissance de Dieu en partant de ce qu'il n'est pas, plutôt que de ce qu'il est.
6/ "Baïanisme" : Il s'agit de la doctrine de Michel de Bay, connu sous le nom de Baïus, théologien du XVIè siècle qui durcit la pensée de Saint Augustin sur la grâce et la justification. Sa doctrine ouvrit la voie au jansénisme.
7/ "Plérôme"/"plérômisation" : Chez les gnostiques, le plérome est la plénitude divine dont les êtres spirituels sont l'émanation. Plus largement c'est l'ensemble de tous les êtres.
8/ "Anangkè" : il s'agit du mot grec qui signifie Nécessité, Destin, Fatalité.
9/ Jessé : Petit-fils de Booz, Père de David et ancêtre de Jésus-Christ. Il est mentionné dans la généalogie de Jésus, dans les Evangiles de Matthieu (I, 5) et de Luc (III, 32). L'Arbre de Jessé est l'arbre généalogique de Jésus Christ, souvent représenté dans l'iconographie religieuse. La "tige" d'un arbre généalogique est l'ancêtre dont sont issues les branches d'une famille.
10/ Pseudo-Macaire : il est appelé aussi Macaire-Syméon. C'est un moine, longtemps confondu avec Macaire d'Egypte. Il a vécu très probablement entre la Mésopotamie et le sud de l'Asie Mineure durant le dernier tiers du 4ème siècle et le début du 5ème . Il est l'auteur d'une centaine de Discours ou Homélies. Pour plus d'informations, voir le "Dictionnaire de Spiritualité Ascétique et Mystique", tome 10, pp. 20 à 43 (consultable en libre accès dans la Salle du Fonds Ancien de la Bibliothèque municipale de Lyon).

Pour ce qui est de la suite de vos questions, il vous faudra attendre jeudi soir car vos questions demandent beaucoup de recherches.

Réponse du Guichet du savoir

par bml_anc, le 14/04/2005 à 17:42

Réponse du département du Fonds ancien


Votre question est encore une fois multiple, aussi nous allons reprendre dans l'ordre :
1/ Signification de l'abréviation "Gal" : ne serait-ce pas, dans votre contexte, "l'Epître aux Galates", lettre adressée d'Ephèse aux chrétiens de Galatie par l'apôtre saint Paul, sans doute durant l'hiver 56-57, pour réfuter les erreurs des chrétiens judaïsants qui tentaient d'inculquer aux convertis galates la nécessité des observances mosaïques.
2/ "Incipit" : du latin "incipit" : "il commence". Ce sont les premiers mots d'un manuscrit, d'un ouvrage, d'un document ecclésiastique, d'une bulle, d'une encyclique…
3/ "ô kainôn kai paradocôn pragmatôn" : "Oh ! nouvelles et extraordinaires actions (ou désagréments)". Mais cela dépend du contexte…
4/ "yogacara" : ou Vijnanavada: école attribuée aux frères Asanga et Vasubandhu (5e siècle) et renovée par Sthiramati (6e siècle). Doctrine du "Rien que conscience" où toute chose est esprit, la création se fait par l'imagination, les formes de conscience découlent des bijas (germes) et des expériences psychiques : tout devient imagination. La contemplation (dasharna-marga) permet la sortie de l'illusion et élimine les souillures (klesha).
5/ "Periarchôn" : mot grec signifiant "Chef des chefs".
6/ "Cosima" : C'était la compagne de Richard Wagner, tous deux grands amis de Nietzsche.
7/ "Pforta" : Nietzsche est né en Saxe à Röcken en 1844. Le 6 octobre 1858, il entre au collège (gymnasium) de Pforta (en Thuringe), institution prestigieuse dont l'enseignement est fondé sur l'étude des textes classiques et l'éducation religieuse. Il fréquente le gymnasium de Pforta, de 1858 à 1864. Et le 7 septembre 1864 il quitte Pforta avec le baccalauréat en poche.
8/ "WALZ" : La vie de Frédéric Nietzsche d'après sa correspondance / textes choisis et trad. par Georges Walz. Avec une préf. biographique du trad. - Paris : Rieder, 1932.
9/ "H. BOIS (livre : le retour éternel de Nietzsche)" : Docteur en théologie protestante (Montauban, 1890), doyen de la faculté de théologie protestante de Montpellier, rédacteur de la "Revue de théologie et des questions religieuses" et de la "Nouvelle revue de théologie et des questions religieuses", le Pasteur Henri Bois (1862-1924) a écrit de nombreux ouvrages, mais aucun sur Nietzsche. Peut-être est-ce un article ? (il en a publié beaucoup dans la Revue de théologie). Auquel cas il nous faudrait l'indication de la source primaire, donc nous dire où vous avez noté cette référence (texte et page).
10/ "DEUSSEN" : l'éditeur Paul Deussen fut le condisciple de Nietzsche, lors de ses années de collège à Pforta. Il a écrit : "Souvenirs sur Friedrich Nietzsche".
11/ "GUYAU" : Jean Marie Guyau ( 1854-1888) , lauréat de l'Académie des Sciences morales et politiques , est plus qu'un simple auteur de manuels scolaires, c'est un philosophe mondialement reconnu qui aurait même suscité l'admiration de Nietzsche .
12/ "ASANGA" : Fondateur de l'Ecole YOGACARA. Environ 400 après JC, ASANGA est maître yogacharya et fondateur de cette école avec Maître Maitreyanatha et Vasubandhu. Il est issu d'une famille brahmane. Il est le frère de Vasubandhu. Il est converti au bouddhisme par un moine Mahishâsaka, école du Hinayana (créé au IIème siècle avant JC en se séparant des Vibhajyavadin) qui prône la réalité du présent, niant celle du passé et du futur et qui donnera naissance aux Dharmaguptaka. Il est l'auteur d'une doctrine idéaliste où toute chose est esprit, la création se fait par l'imagination, les formes de conscience découlent des Bijas (germes) et des expériences psychiques : tout devient imagination. La contemplation (dasharna-marga) permet la sortie de l'illusion et élimine les souillures (Kleshas). Il est auteur vraisemblable du GUHYASAMAJA tantra d'où un apport au bouddhisme tantrique. Il lui est attribué le Yogacharabhumi-shastra et le Mahayana Sutralankara, ainsi que le texte du Mahayana-samparigraha.
(Source : Lilian Siliburn, Aux Sources du Bouddhisme).
13/ "KOESELITZ" : (prénom : Heinrich), musicien compositeur d'opéras, né en 1854, ami intime et collaborateur de Nietzsche.
14/ "EUNOMIUS" : Eunome de Cyzique (IVème siècle), disciple d'Aetius, fut, après 360, le chef de la fraction extrême de l'arianisme, de celle à laquelle on donne le nom d'"anoméisme" (cela vient du terme grec "anomos" qui signifie "dissemblable"). En effet les "anoméens" disaient que le Verbe était entièrement différent du Père. Nommé évêque de Cysique, ses enseignements scandalisèrent les chrétiens de cette ville, si bien que, sous leurs plaintes, Constance le fit juger et déposer. Son principal ouvrage est une "Apologie", qui fut réfutée par saint Basile. Il composa ensuite , pour répondre à Basile, une "Apologie de l'Apologie" à laquelle répondit saint Grégoire de Nysse dans son "Contra Eunomium" (Contre Eunome. Lorsque Eunome eut soumis à Théodose sa "Confession de foi", au concile de Constantinople de 383, Grégoire de Nysse en écrivit une "Réfutation".
15/ "Dionysos Philosophos" : oui, bien sûr, il s'agit du chapitre VII du livre IV de "La volonté de puissance" de NIETZSCHE.
16/ "Les sept sceaux" : oui, bien sûr, il s'agit du dernier chapitre de la 3ème partie de "Ainsi parlait Zarathoustra" de NIETZSCHE.
17/ "Eve" : Il ne s'agit pas du nom d'un recueil de poèmes, mais bien d'un poème de Charles PEGUY. Cela dit le poème, fleuve, à la manière de PEGUY, fait 380 pages. (L'édition de 1913 est en consultation sur place à la BML).
18/ "L'Argent" : Il s'agit bien d'un livre en tant que tel de Charles PEGUY (en consultation sur place à la BML).
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact