Guichet Du Savoir
http://www.guichetdusavoir.org/

Qui était Paul Perrache ?
http://www.guichetdusavoir.org/viewtopic.php?f=2&t=61614
Page 1 sur 1

Le Kangourou [ 17/06/2015 à 16:11 ]

Bonjour,
La voûte d'Ainay a été réalisée par Paul Perrache ; mais qui était-il ? Était-ce le frère d'Antoine-Michel ?
Merci de votre réponse, qui comme toujours me sera d'une grande aide.

Réponse attendue le 20/06/2015 - 16:06


bml_reg [ 19/06/2015 à 16:59 ]

Réponse de la Documentation Lyon et Rhône-Alpes

Bonjour,
Nous n’avons trouvé aucune mention d’un lien de parenté entre Antoine-Michel Perrache né le 23 novembre 1726 à Lyon où il est mort le 12 octobre 1779, sculpteur et ingénieur à l’origine du quartier de Perrache, et Paul Perrache, architecte charpentier, ayant vécu lui aussi au XVIIIe siècle (date de naissance et de décès manquante). Les biographies consultées d’Antoine-Michel Perrache signalent généralement l’existence de deux sœurs (Jeanne et Anne-Marie), mais pas de frère. Nous retenons toutefois l’information suivante dans, Vers une biographie d'Antoine-Michel Perrache : Antoine-Michel Perrache naît le 22 novembre 1726. Baptisé le jour suivant à l’église de St Nizier, c’est le septième enfant d’une fratrie comptant 17 frères et sœurs. Sa mère Louise Pierre est issue d’une famille d’orfèvre par sa mère ; son père, Michel Perrache, exerce la profession de sculpteur. La famille est installée à Lyon depuis 1672 […] Elle exerce, dans son ensemble, le métier de charpentier.

Il n’existe apparemment pas de biographie particulière consacrée à Paul Perrache. Les quelques éléments d’informations rapportés de nos recherches portent essentiellement sur son œuvre. Ainsi nous pouvons lire dans Dictionnaire des artistes et ouvriers d'art du Lyonnais : « Fait, à l’église du collège de la Trinité, en 1738, les faux pilastres en bois et les petits échafauds pour les pilastres de marbres. En 1761, il signe une transaction avec l’Aumône [Maison religieuse, hôpital (Guérin 1892)], au sujet d’un terrain acquis par lui de l’abbaye d’Ainay et dont les « hôpitaux ont besoin ».
-Archives départementales, fonds du collège de la Trinité D9, liasse 8.
-Archives municipales, BB329, f.116.

La mention de l’abbaye d’Ainay dans ce très bref texte complète et recoupe les informations portant sur la paternité de Paul Perrache dans la construction de la voûte d'Ainay et de la maison qui la surmonte : « Cette large voûte date du milieu du XVIIIe siècle lorsque Paul Perrache construisit la maison qui la surmonte sur des terrains vendus entre 1723 et 1740 par l’abbé d’Ainay. Sur le même emplacement se trouvait une porte voûtée qui donnait auparavant accès à l’abbaye, la continuité des aspects à donc été assurée. Lyon pas à pas. 02 : son histoire à travers ses rues. Presqu'île, rive gauche du Rhône, quais et ponts du Rhône

Le nom de Paul Perrache est cité dans un dossier de l’inventaire du Patrimoine de Rhône-Alpes pour avoir participé à la restauration d’un bâtiment conventuel à Montverdun dans la Loire : […] Au milieu du 18e siècle, le séminaire Saint-Charles de Lyon fait restaurer et aménager le prieuré pour y installer une école pour prêtres nécessiteux (plan de Paul Perrache en 1740 ). Il en reste essentiellement le passage couvert sur l'entrée de la cour et l'escalier vers la galerie […]

Autre source utilisée
- Nouveau dictionnaire biographique et critique des architectes français

Réponse attendue le 23/06/2015 - 16:06


noyovith [ 19/06/2015 à 18:34 ]

Paul Perrache a fait l'objet de recherches par l'Association Histoire et Patrimoine de Caluire et Cuire dans le cadre de l'étude de la biographie des anciens maires de Caluire. Paul Perrache apparait comme propriétaire d'une maison et de vastes terrains au Vernay avec son épouse Marguerite Seriziat. Un inventaire après son décès conservé aux Archives Départementales du Rhône (BP 2248 du 19.09.1770) et les plans géométraux du mandement de l'Ile Barbe permettent de situer sa propriété à Caluire.
Il est qualifié de maître charpentier - né vers 1707 - fils de Claude (celui-ci, frère de Michel, sculpteur, et oncle d'Antoine Michel, Ingénieur) et de Claudine Omelle (d'après ses deux actes de mariage à St Pierre et St Saturnin de Lyon, 18.02.1732 et 21.01.1761).
Il est probablement le constructeur de sa maison à Caluire. Il fut le beau-père de Jean Baptiste Lagrange, notaire et maire de Caluire et Cuire.
Cela permettra au valeureux Guichet du Savoir de compléter sa réponse précédente.

Réponse attendue le 23/06/2015 - 18:06


bml_reg [ 23/06/2015 à 09:33 ]

Réponse de la Documentation Lyon et Rhône-Alpes

Bonjour,
Afin de compléter notre réponse du 19/06/15, l’association « Histoire et Patrimoine de Caluire et Cuire » a souhaité communiquer au Guichet du Savoir le résultat de ses recherches sur Paul Perrache menées dans le cadre de l'étude de la biographie des anciens maires de Caluire. Nous remercions vivement l’association pour cette précieuse contribution :
« Paul Perrache apparaît comme propriétaire d'une maison et de vastes terrains au Vernay avec son épouse Marguerite Seriziat. Un inventaire après son décès conservé aux Archives Départementales du Rhône (BP 2248 du 19.09.1770) et les plans géométraux du mandement de l'Ile Barbe permettent de situer sa propriété à Caluire.
Il est qualifié de maître charpentier - né vers 1707 - fils de Claude (celui-ci, frère de Michel, sculpteur
, et oncle d’Antoine-Michel Perrache, sculpteur et ingénieur à l’origine du quartier de Perrache, de Claudine Omelle (d'après ses deux actes de mariage à St Pierre et St Saturnin de Lyon, 18.02.1732 et 21.01.1761).
Il est probablement le constructeur de sa maison à Caluire. Il fut le beau-père de Jean Baptiste Lagrange, notaire et maire de Caluire et Cuire.
»
Source : Association Histoire et Patrimoine de Caluire et Cuire

Il n’existe apparemment pas de biographie particulière consacrée à Paul Perrache. Les quelques éléments d’informations rapportés de nos recherches portent essentiellement sur son œuvre. Ainsi nous pouvons lire dans Dictionnaire des artistes et ouvriers d'art du Lyonnais : « Fait, à l’église du collège de la Trinité, en 1738, les faux pilastres en bois et les petits échafauds pour les pilastres de marbres. En 1761, il signe une transaction avec l’Aumône [Maison religieuse, hôpital (Guérin 1892)], au sujet d’un terrain acquis par lui de l’abbaye d’Ainay et dont les « hôpitaux ont besoin ».

-Archives départementales, fonds du collège de la Trinité D9, liasse 8.
-Archives municipales, BB329, f.116.

La mention de l’abbaye d’Ainay dans ce très bref texte complète et recoupe les informations portant sur la paternité de Paul Perrache dans la construction de la voûte et de la maison qui la surmonte : « Cette large voûte date du milieu du XVIIIe siècle lorsque Paul Perrache construisit la maison qui la surmonte sur des terrains vendus entre 1723 et 1740 par l’abbé d’Ainay. Sur le même emplacement se trouvait une porte voûtée qui donnait auparavant accès à l’abbaye, la continuité des aspects à donc été assurée. Lyon pas à pas. 02 : son histoire à travers ses rues. Presqu'île, rive gauche du Rhône, quais et ponts du Rhône

On trouve également le nom de Paul Perrache cité dans un dossier de l’inventaire du Patrimoine de Rhône-Alpes pour avoir participé à la restauration d’un bâtiment conventuel à Montverdun dans la Loire : […] Au milieu du 18e siècle, le séminaire Saint-Charles de Lyon fait restaurer et aménager le prieuré pour y installer une école pour prêtres nécessiteux (plan de Paul Perrache en 1740). Il en reste essentiellement le passage couvert sur l'entrée de la cour et l'escalier vers la galerie […]

Réponse attendue le 26/06/2015 - 09:06


bml_reg [ 03/10/2017 à 09:28 ]

Réponse de la Documentation Lyon et Rhône-Alpes

Bonjour,
Afin de compléter notre réponse du 23/06/2015 Mr François-Laurent Jacquier, généalogiste à Paris a souhaité communiquer au Guichet du savoir le résultat de ses recherches sur Paul Perrache. Nous remercions vivement Mr Jacquier pour cette précieuse contribution.

Citer:
Paul Perrache était le cousin germain d'Antoine Michel Perrache !

Paul Perrache (date de naissance inconnue), s'est marié en 1ères noces , paroisse de La Platière à Lyon, le 19/02/1732 avec Pierret Charreton et en 2e noces paroisse St-Pierre-St-Saturnin de Lyon, le 21 juillet 1761, d'où Jeanne Charlotte 1768-1853 qui épouse à Caluire le 19 août 1788 Jean-Baptiste Lagrange, notaire et maire de Caluire 1764-1815.

Paul Perrache, décédé à Lyon-Caluire le 19/09/1770, ingénieur, toiseur estimeur de bâtiments, était fils de Claude Perrache, maître charpentier puis architecte, né à La Croix-Rousse, Lyon le 22/12/1677, baptisé à St-Nizier le 23 et de Marie Claudine Oelle qu'il avait épousé à St-Pierre-St-Saturnin de Lyon le 27/01/1701.

Claude Perrache, était fils d'Etienne Perrache et de Marie Sibert, qui outre Claude avaient eu pour notamment enfant Michel Perrache, sculpteur, né à Ste-Croix de Lyon le 12/07/1686, dcd à St-Nizier de Lyon le 21/12/1750, qui avait épousé à St-Pierre-St-Saturnin de Lyon le 02/12/1719 Louise Pierre, dont entre autres enfants : Antoine Michel Perrache, sculpteur et ingénieur à l'origine du quartier Perrache, né le 23, baptisé à St-Nizier de Lyon le 24/11/1726, y dcd le 12/10/1779.
Membre de l'Académie de Lyon.
Notice au Bénézit, vol. X, p. 762 (édition de 1999).
François-Laurent Jacquier
généalogiste à Paris
Source : Archives état civil de Lyon, base généalogique "Roglo"

Réponse attendue le 06/10/2017 - 09:10