Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > comment l'alcool perturbe l'organisme

comment l'alcool perturbe l'organisme

par jereem_b, le 30/01/2017 à 22:44 - 3722 visites

Bonjour,
j'aimerais savoir de quel manière l'alcool ou les molécules qu'il contient arrive à termes à modifier ou altérer l'organisme humain. peut être que ce sont dans un premier temps les cellules qui sont modifiées et que cette modification affecte ensuite une plus grosse partie du corps. Je cherche donc à savoir ou du moins avoir une piste de recherche pour voir le cheminement de l'alcool dans le corps et connaître ce qu'il se passe entre l’ingestion d'alcool et l'apparition d'une défaillance.

Merci par avance.

Réponse du Guichet du savoir

par bml_san, le 31/01/2017 à 17:47

Réponse de Cap’Culture Santé :

Bonjour,

Pour comprendre le fonctionnement de notre corps et notre cerveau face à l'alcool, nous sommes allés chercher l'information sur plusieurs supports que nous vous proposons ci-dessous :

Dans le livre L'alcool et l'alcoolisme : 100 questions-réponses pour comprendre l'alcool et l'alcoolisme de Noémi Garel

"Comment l’alcool circule t-il dans notre organisme ?

Après avoir été avalé, l’alcool traverse l’estomac puis l’intestin grêle. Contrairement aux autres aliments, il n’est pas digéré mais il passe directement du tube digestif aux capillaires sanguins. Le phénomène par lequel l’alcool est si rapidement diffusé s’appelle la capillarité. Les vaisseaux sanguins conduisent l’alcool d’autant plus vite qu’ils sont très perméables et les molécules d’alcool, très petites.

Pour se représenter une telle opération, on peut penser au café qui imbibe rapidement un morceau de sucre à peine immergé.

De cette manière, le sang achemine l’alcool vers toutes les parties du corps (organes, systèmes nerveux, fibres musculaires, etc) :
- Le tube digestif : seuls 5% de l’alcool est dégradé dans l’estomac, les 95% restants passent tel quel dans le sang via l’intestin grêle, en direction du foie
- Le sang : l’alcool passe 15 à 30 minutes à jeun, 1h si l’estomac est plein. A partir du sang, lalcool se dilue dans toute l’eau de l’organisme, qui représente en moyenne 60% du corps
- Le cœur : des troubles du rythme cardiaque se produisent après une consommation massive d’alcool
- Le foie : c’est la station d’épuration de l’organisme, chargée de nettoyer le sang de la plus grande partie de l’alcool en le transformant en d’autres substances
- Les reins : environ 2,5% de l’alcool ingéré sont éliminés par les reins dans les urines
- Le système nerveux : le cerveau et les nerfs sont particulièrement atteints. Le cerveau, le cœur et le foie étant les organes les plus irrigués, ce sont eux qui recevront, via le sang, la plus grande quantité d’alcool.

Pourquoi l’alcool rend-il ivre ?

L’éthanol, le nom chimique de l’alcool, est une molécule qui passe directement dans le sang après ingestion, et se diffuse dans toutes les cellules, y compris celle du cerveau. En modifiant la membrane des neurones, il se substitue à certains neurotransmetteurs et pirate ainsi les messages nerveux. L’échange d’informations nerveuses dans les synapses (les zones d’échange entre les neurones) étant de cette manière modifié, les régions cérébrales reçoivent des messages erronés ; elles ne sont pas correctement activées par les influx nerveux. C’est ce qui provoque des modifications dans les perceptions, les comportements et les réactions."


Les effets sur le cerveau d’après Surmonter un problème avec l'alcool de Lucia Romo et Pierluigi Graziani

"Pourquoi notre cerveau aime t-il l’alcool ? Une fois ingéré, l’alcool se diffuse rapidement dans tout l’organisme et 90% est métabolisé par le foie. Il produit beaucoup d’effets similaires à ceux des autres produits addictifs en agissant sur les voies neuronales contenant de la dopamine (un neuromédiateur impliqué dans les conduites addictives et dans la régulation du plaisir). L’alcool stimule. Comme certains psychotropes ou opioïdes inhalés ou injectés dans l’organisme, l’alcool, une fois ingéré, agit directement sur le système de récompense / renforcement appelé aussi système hédonique. Ce système est fondamental pour la survie puisqu’il motive à réaliser des comportements adaptés pour la protection et la préservation de l’espèce. La prise de produits comme l’alcool provoque une augmentation de la quantité de dopamine disponible et donc des altérations dans le système de récompense. Ce circuit de récompense est responsable du plaisir que nous éprouvons suite à l’obtention d’une récompense et du déplaisir s’il s’agit d’une punition. Chaque fois que nous obtenons un plaisir suite à la réalisation d’un comportement, nous le renforçons, c’est-à-dire qu’on augmente la probabilité qu’il réapparaisse. Boire de l’alcool est un comportement qui produit un plaisir l’action sur les neuromédiateurs impliqués dans de nombreuses fonctions cérébrales : il stimule la transmission sérotoninergique et noradrénergique, d’où les effets positifs immédiats sur l’humeur.

Il existe également une interaction entre la consommation d’alcool et les endorphines (les neuromédiateurs opiacés endogènes). Les endorphines, ou endomorphines, possèdent une capacité analgésique et procurent une sensation de bien-être."

Une explication de l'action de l'alcool sur le cerveau d’après le site lecerveau.mcgill.ca :

"L'alcool passe directement du tube digestif aux vaisseaux sanguins. En quelques minutes, le sang le transporte dans toutes les parties de l'organisme, y compris le cerveau.

L’alcool a des effets à plusieurs niveaux sur les neurones : il modifie leurs membranes ainsi que certains de leurs canaux ioniques, enzymes et récepteurs. L’alcool se lie d’ailleurs directement sur les récepteurs de l’acétylcholine, de la sérotonine, du GABA et les récepteurs NMDA du glutamate.




L’animation montre l’exemple de l’effet de l’alcool sur une synapse au GABA. Le GABA a pour effet de diminuer l’activité neuronale en permettant aux ions chlore de pénétrer à l’intérieur du neurone post-synaptique. Le chlore, porteur d’une charge électrique négative, contribue à rendre le neurone moins excitable. Cet effet physiologique sera amplifié par la fixation d’alcool sur le récepteur, probablement en permettant au canal ionique de rester ouvert plus longtemps et de faire ainsi entrer plus de Cl- dans la cellule.

L’activité neuronale s’en trouverait donc davantage diminuée, d’où l’effet sédatif de l’alcool. Un effet accentué par une réduction du pouvoir excitateur du glutamate sur le récepteur NMDA en présence l’alcool.

Cependant, une consommation chronique d’alcool amène progressivement une "hypersensibilité" des récepteurs NMDA au glutamate ainsi qu’une "désensibilisation" des récepteurs GABAergiques. C’est ce type d’adaptation qui causerait l’état d’excitation caractéristique du sevrage à l’alcool.

L’alcool contribue aussi à l'augmentation de la libération de dopamine par un processus encore mal compris, mais qui impliquerait la diminution de l'activité de l’enzyme qui détruit la dopamine."

L'émission Allodocteurs propose deux émissions sur l'alcool :
- Les dégâts de l'alcool
- Les conséquences de l’alcool sur le cerveau

Un documentaire d'Arte sur l'alcool et le tabac de 2005, avec des explications de neurobiologistes, généticiens, psychiatres et pharmacologues sur le sujet, à partir de la 20ème minutes environ :




Une explication déjantée mais documentée de Marion Montaigne : L'alcool c'est bon, mais pas pour la santé !



Enfin, un documentaire autour d'un médicament qui permet d'aider à atténuer les effets du sevrage alcoolique, le bacoflene. Avec cependant des effets indésirables sur la santé :

Alcoolisme. La promesse du Baclofène :



Bonne lecture et/ou bon visionnage !

Cordialement,

L’équipe Cap’Culture Santé.
Retrouvez nous sur Image
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact