Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > accord participe passé

accord participe passé

par Kid_Ham, le 10/02/2017 à 18:30 - 3021 visites

pour moi l'orthographe est souvent logique, et presque toujours mécanique, mais je n'ai jamais trouvé d'explication historique à la règle d'accord du participe passé avec le COD placé avant en présence de l'auxiliaire avoir
j'ai des bouts d'explication d'une exception devenue règle
rien en latin

bref d'où ceci vient-il ?

Réponse du Guichet du savoir

par gds_db, le 13/02/2017 à 11:50

Bonjour,

C'est Clément Marot qui, au XVIe siècle, se référant à la langue italienne, est le premier à énoncer la règle moderne d'accord du participe passé avec l'auxiliaire avoir.
Voltaire, deux siècles plus tard, aurait dit : "Clément Marot a ramené deux choses d'Italie : la vérole et l'accord du participe passé ... je pense que c'est le deuxième qui a fait le plus de ravages !" Mais l'authenticité de cette citation n'est pas établie...
Cette règle est d'abord peu suivie ; Vaugelas la formulera une seconde fois, avec des exceptions aujourd'hui tombées en désuétude. Elle ne s'imposera vraiment à l'usage qu'au XIXe siècle, devenant ainsi l'effroi des écoliers et de leurs maîtres !

Sources :
- Introduction à la langue du XVIe siècle / M.-M. Fragonard et É. Kotler
- Introduction à l'histoire de la langue française/ Xavier Blanco, Krzysztof Bogacki
- L'accord du participe passé avec avoir : aspects logiques et psychologiques / Wittwer Jean. In: Enfance, tome 11, n°3, 1958. pp. 269-274.

Pour aller plus loin, vous pouvez aussi lire : L’accord du participe passé en français contemporain : étude en vue d’une réforme / Mémoire de Master réalisé à l’Université de Neuchâtel - Sous la direction de Mme la Prof. Marie-José Béguelin - Par Ayça Dursen - Soutenu le 29 Septembre 2011. En voici un extrait :
" Cette règle qui veut que l’on accorde le participe avec son objet s’il le précède et qu’on le laisse invariable sinon, Marot la justifie par sa conformité à l’italien. Mais elle n’a pas permis la fixation de la règle tout de suite : la plupart des auteurs affirment que la variabilité et les débats sur la règle ont perduré plusieurs siècles, avant que la règle s’installe « réellement » au 19e siècle. Entre le 17e et le 19e siècles, la règle énoncée par Marot de l’accord avec le COD antéposé a été reprise et affinée par des grammairiens comme Vaugelas (notamment pour les participes suivis d’un complément d’objet ou d’un infinitif) ou Malherbe (à qui l’on doit le traitement des pronominaux comme des emplois avec avoir) Béguelin, 2002 : 173 ; Branca-Rosoff, 2007 : 64 ; Brissaud, 2008 : 414 ; Goosse & Grevisse, 2008 : §943 et §952 ; Wilmet, 1999 : 17]. "

Bonne journée !
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact