Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Année de construction Vaulx-en-Velin

Année de construction Vaulx-en-Velin

par Robert RONJON, le 09/08/2017 à 07:22 - 2015 visites

Bonjour,
J'aimerais savoir si dans un village, comme Vaulx en Velin, si c'est l'église, la mairie ou les maisons qui on été construite en premier et à quelle date?
Certaines maison son en pisé et on ne connaît pas leur année de construction
Pouvez-vous m'informer ou me diriger vers un lien ?
Cordialement
Robert RONJON

Réponse du Guichet du savoir

par bml_reg, le 11/08/2017 à 09:59

Réponse de la Documentation régionale

Bonjour,

L’installation d’un habitat (isolé comme une ferme agricole ou groupé avec plusieurs habitats) obéit à des compromis et des nécessités : qualités topographiques du terrain (présence d’un promontoire, proximité de l’eau…) et qualités liées à l’environnement humain (présence d’une voie de communication…).
Ces installations pérennes isolées ou groupées sont parfois devenues des villages ou bien des villes. Le quartier de la Guillotière, auparavant bourg indépendant à la porte de Lyon, s’est par exemple établi le long de la Grande Rue de la Guillotière. Quelques maisons le long de la voie de communication ont attiré de nouveaux habitants qui ont formé le bourg, puis quartier.
A l’époque mérovingienne, la fondation et construction d’églises par les archevêchés ont fixé et structuré le territoire de la campagne. C’est autour de l’an Mil que l’adjonction d’un cimetière contribue à concentrer des habitations près de l’église et du cimetière, créant de véritables villages. La paroisse devient dès lors un cadre de vie.

A Vaulx-en-Velin, l’archéologie permet de retrouver des traces anciennes d’occupation. Des sondages archéologiques datant de 1996 au Pont de la Sucrerie prouvent que des hommes ont dû occuper une partie de ce territoire pendant la protohistoire, à l’époque du Bronze final et/ou l’Age du Fer (c'est-à-dire entre - 1400 et - 450 avant Jésus-Christ). La proximité de Lyon, où d’autres communautés étaient déjà établies, et du fleuve Rhône ont favorisé l’installation.

L’ouvrage carte archéologique Rhône d’Odile Faure-Brac, fait le point concernant la période antique. On peut y lire que la voie romaine allant de Lyon à Crémieu en Isère passait par Vaulx-en-Velin. La présence de cette voie a contribué au passage et donc à l’installation d’habitations. Des vestiges de constructions antiques ont été découverts au lieu-dit Le Ratier. Il est difficile de quantifier l’habitat à Vaulx-en-Velin à cette époque. Quelques fermes disséminées ? Quelques habitations groupées le long de la voie ?

L’histoire de l’église catholique de Vaulx-en-Velin n’intervient donc que bien plus tard. Elle est relatée dans Histoire des églises de Lyon, Villeurbanne, Vaulx-en-Velin, Bron, Vénissieux, Saint-Fons de Louis Jacquemin : « Le cartulaire de Lyon mentionne Vaux (sans l !) dès 1255 ». L’église de Lyon vend alors des droits situés dans la paroisse de Vaulx-en-Velin.
C’est la première mention écrite de Vaulx-en-Velin bien que le lieu était déjà habité comme nous l'avons vu précédemment. L’église visible aujourd’hui n’est pas celle dont parle ce document médiéval. Sauf à faire des fouilles archéologiques, il est impossible de dater l’implantation de la première église et donc de savoir quand le village de Vaulx-en-Velin a commencé à prendre de l’importance. Peut-être est-ce autour de l’an Mil, comme pour beaucoup de paroisses, que s’est formé le village de Vaulx-en-Velin.

Dans la Grande encyclopédie de Lyon et des communes du Rhône, on trouve une historique de la commune de Vaulx-en-Velin.
« Jusqu’en 1320, le village situé sur la rive droite du Rhône appartenait à la Bresse et dépendant de la seigneurie de Montluel ; de cette époque datait le Château-Vieux qui a du disparaître à la Révolution.
En 1320, une catastrophe naturelle allait changer le destin du village ; à la suite d’une crue particulièrement violente, le Rhône qui coulait alors au sud de Vaulx, à l’emplacement de l’actuel canal de Jonage, changea complètement de lit pour se fixer au nord de Vaulx, bouleversant totalement l’aspect du territoire ; sur le tracé de son ancien lit, il ne resta qu’une petite rivière appelée plus tard la Rize.
De fait, le village était donc passé sur la rive gauche en Dauphiné : les Dauphins du Viennois proposèrent alors à Jean de Montluel seigneur de Vaux et vassal du Comte de Savoie Amédée V d’acheter ou d’échanger cette seigneurie. Après de longues discussions, le Dauphin fit conclure l’échange de la Bâtie (Château-Vieux) de Vaulx et de sa paroisse contre plusieurs domaines situés près de Lyon, dans l’Ain et le Dauphiné.
En 1349, le Dauphin Humbert II ruiné du vendre ses possessions au roi Charles V et ainsi le village séparé définitivement de la seigneurie de Montluel devint français plus de quatre cents ans avant la Bresse. »

On peut lire dans Histoire des églises de Lyon, Villeurbanne, Vaulx-en-Velin, Bron, Vénissieux, Saint-Fons de Louis Jacquemin
« Charles VIII érigea, en 1564, la seigneurie de Vaulx en marquisat ; il y existait alors un château dont une tour subsiste aujourd’hui, une église et un ensemble de maisons rurales. »
L’ancienne église de Vaulx-en-Velin fut ruinée en 1562 par les troupes protestantes du Baron des Adret. Cette église tombe en ruine jusqu’au milieu du 19è siècle. Une nouvelle église, Notre-Dame-de-l’Assomption, est bâtie en 1842 à la place de l’ancienne.

Dans la Grande encyclopédie de Lyon et des communes du Rhône, on peut lire : « A cette époque, seuls deux châteaux et l’église sont bâtis en pierre ; toutes les maisons paysannes sont alors en pisé ».
Ainsi, la terre, matériau disponible facilement dans ces terrains humides, a dû être utilisée pour bâtir les maisons d’habitation dès l’installation d’habitants à Vaulx-en-Velin. Les nombreuses crues du Rhône qui jalonnent l’histoire de la commune ont probablement à chaque fois détruit une partie de ces maisons, du fait de la fragilité de ce matériau. Les maisons en pisé que vous voyez aujourd’hui ne peuvent en effet pas être datées mais les plus anciennes n’ont certainement pas plus d’un siècle.

En conclusion, une occupation protohistorique et antique a probablement précédé un village médiéval avec une église et un cimetière dont nous n’avons plus de traces aujourd’hui. L’élévation de l’église a certainement contribué à créer un véritable village. Enfin la mairie a été bâtie bien plus tard puisqu’elle a d’abord été abritée dans le château.

Deux ouvrages vous permettraient d’aller plus loin :
- Le pays du Velin : de Lyon à Satolas, des origines à nos jours d’ André Charvet
- Vivre à la campagne au Moyen-Age : l'habitat rural du Ve au XIIe siècle (Bresse, Lyonnais, Dauphiné) : d'après les données archéologiques sous la dir. de Elise Faure-Boucharlat.
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact