Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Réponse et question sur une photo de Francis Carco

Réponse et question sur une photo de Francis Carco

par Fromon, le 21/08/2017 à 14:08 - 902 visites

La photo de Francis Carco (à la cigarette) que vous pouvez voir avec le lien ci-dessous est très souvent utilisée, mais je n'ai jamais pu trouver de mention d'auteur (du photographe), no de précisions tels date et lieu. Éclaireriez-vous ma lanterne magique ? Merci d'avance.
http://rincondepoetasmajo.blogspot.fr/2 ... carco.html

Réponse du Guichet du savoir

par bml_art, le 24/08/2017 à 11:45

Réponse du département Arts et Loisirs

Nous retrouvons la photo de Francis Carco, recadrée, en couverture du livre Francis Carco, édité par Pierre Seghers, dans la collection Poètes d’aujourd’hui. Dans la table des illustrations, à la page 195, le nom du photographe est révélé :
« Couverture : Photographie, par Laure Albin-Guyot. » (sic)

Une présentation de la photographe Laure Albin Guillot (1879–1962), accompagnée d’une petite vidéo, est disponible sur le site du Jeu de Paume qui a organisée son exposition en 2013. En voici un extrait :
« Si la photographie de Laure Albin Guillot est incontestablement l’une des plus en vogue dans l’entre-deux-guerres, sa personnalité reste aujourd’hui une énigme. Car, paradoxalement, peu d’études ont été consacrées à l’œuvre et à la carrière de cette artiste. Ses premières œuvres apparaissent dans les salons et les publications au début des années 1920, mais c’est essentiellement au cours des années 1930 et 1940 que Laure Albin Guillot, artiste, professionnelle et figure institutionnelle, occupe et domine la scène photographique. Photographe indépendante, elle se consacre à des genres variés comme le portrait, le nu, le paysage, la nature morte et, dans une moindre mesure, le reportage. Technicienne hors pair, elle élève la pratique jusqu’à un certain élitisme. Photographe de son temps, elle utilise les nouveaux modes de diffusion de l’image et fournit à la presse et à l’édition des illustrations et des créations publicitaires.
Elle est notamment l’une des premières en France à envisager l’application décorative de la photographie par ses recherches formelles avec l’infiniment petit. Avec la photomicrographie, qu’elle renomme “micrographie”, Laure Albin Guillot offre ainsi de nouvelles perspectives créatrices combinant science et arts plastiques.
»

Laure Albin Guillot a réalisé plusieurs portraits de Francis Carco, ainsi qu’on peut le voir [4 photos, en tapant le mot Carco dans la recherche] sur le site de l’agence Roger-Viollet qui a racheté le fonds d’atelier en 1964.

Un tirage de l’image en question a été mis en vente chez Artcurial, mentionné par la ressource en ligne Art Price Pure play, base internationale de résultats de ventes aux enchères, biographies, cotes et indices des artistes, consultable sur place en bibliothèque :
Lot # 225
Portrait de Francis Carco à la cigarette (1951)
Photography, Vintage gelatin silver print, 39 cm x 27 cm.

Nous possédons deux ouvrages qui font le point sur Laure Albin Guillot :
Laure Albin Guillot ou La volonté d'art / Christian Bouqueret.
Catalogue d’une exposition itinérante, de 1996 à 1997, préfacé avec sensibilité et érudition par Christian Bouqueret, historien de la photographie.
A la page 33 apparaît un tirage du portrait de Francis Carco à la cigarette :
« (à droite) Francis Carco, 1939, 16,6x10,8 cm, signé, daté et tampon encré au verso. »
Laure Albin Guillot / expositions, Paris, Jeu de Paume, 26 février-12 mai 2013, Lausanne, Musée de l'Elysée, 3 juin-25 août 2013.
Catalogue de l’exposition au Jeu de Paume. La photo n’y a pas été exposée.

Merci d’avoir posé votre question qui nous a permis de nous remémorer l’œuvre passionnant d’une pionnière de la photographie moderne.

Réponse de Fromon

par Fromon, le 25/08/2017 à 22:10

Permettez-moi de vous remercier très vivement de votre réponse formidablement précise et documentée concernant une photo de Francis Carco (réponse par le département art, le 24/08/2017 à 11:45). Vous remercier également de m'avoir... remercié pour l'avoir posée !
Mais, au tatillon que je suis, elle pose une autre question que je vous renvoie, à savoir : de quand date cette photo (prise de vue) étant donné que l'année 1951 est d'abord citée (Carco avait 65 ans), puis celle de 1939 (Carco avait 53 ans) ?
Merci par avance de votre réponse, pressentie brillante !

Réponse du Guichet du savoir

par gds_alc, le 28/08/2017 à 11:59

Bonjour,

Les différences de dates sont liées au tirage. Ainsi, comme l’explique le Musée d’art moderne de Saint-Etienne « une photographie tirée d’après un négatif est toujours une épreuve originale, quelle que soit la date du tirage. On distingue deux types d’épreuves originales :

Epreuve originale d’époque – vintage
Les tirages d’époque sont appelés également «vintage». Ils sont réalisés par le photographe lui-même ou du moins sous son contrôle, à partir du négatif d’origine et à une époque pratiquement contemporaine de la prise de vue.
Généralement utilisées pour des publications ou des expositions, ces épreuves comportent souvent des accidents (pliures, traces de doigts, angles émoussés...) dûs aux manipulations. Considérés par les photographes comme des documents de travail, leur conservation a été bien souvent négligée.

Epreuve originale « postérieure »
On désigne ainsi une photographie obtenue à partir du négatif original par le photographe ou sous son contrôle, à une période postérieure à la prise de vue et avec des préoccupations artistiques ou commerciales différentes de celles du tirage d’époque. Ces épreuves peuvent alors être de bien meilleure qualité.
En général le photographe mentionne la date de prise de vue, la date de création de l’épreuve, le nom du tireur, éventuellement l’appartenance à une série, et s’il le décide une numérotation. Il y appose souvent son cachet et dans tous les cas sa signature.
(…)
Il peut donc exister de la même image des tirages différents suivant l’époque du tirage ou les différents interprètes. Il est
souhaitable que le nom du tireur et la date de son exécution soient indiqués au dos du tirage.

Ainsi le catalogue d’exposition Laure Albin Guillot ou La volonté d'art mentionné dans notre première réponse, précise que la « reproduction dans ce livre est faite à partir des images originaux exposés (…) argentiques pour la plupart (…) constituant pour une grande la collection personnelle que Laure Albin Guillot avait conservé comme étant des œuvres photographiques de référence ».

La photographie de 1939 est donc l’épreuve originale et celle de 1951 est, vraisemblablement, un tirage postérieur.
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact