Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Cosinus Fi

Cosinus Fi

par tradescantia, le 01/09/2017 à 11:26 - 1306 visites

de 343tradescantia

Madame, Monsieur,

en courant électrique alternatif, le cosinus fi ne me rapelle que de lointains souvenirs...
On le trouve très impliqué, actuellement, au sujet des courants porteurs (télévision Orange, compteur Linky...).
Vos services pourraient ils m’en dire davantage ?

Merci d’avance.
Sincèrement.
Chardon Boréal

Réponse du Guichet du savoir

par gds_db, le 04/09/2017 à 13:49

Bonjour,

Tout d'abord, nous vous renvoyons à ce petit cours qui vous remettra en mémoire ce qu'est le cosinus phi et la notion de facteur de puissance :



" Tous les moteurs et tous les appareils fonctionnant en courant alternatif et comprenant un circuit magnétique absorbent deux formes d'énergie :
- une énergie dite active, qui se manifeste par un travail sur l'arbre d'un moteur par exemple.
- une énergie dite réactive, qui ne sert qu'à aimanter le fer du circuit magnétique.
A chacune de ces énergies correspond un courant actif (Ia), en phase avec la tension du réseau et un courant réactif (Ir), appelé aussi courant magnétisant. Celui-ci étant déphasé de 90° en arrière par rapport au courant actif. Les deux courants actif et réactif se composent vectoriellement pour former le courant apparent, déphasé d'un angle Phi par rapport au courant actif. Ce courant dit apparent est cependant bien réel, puisque c'est celui qui parcourt les divers conducteurs du circuit, depuis la source jusqu'au récepteur inclus, et qui provoque entre autre l'échauffement de ces conducteurs, donc les pertes d'énergie par effet joule. " [...]
source : COSINUS PHI / Walter DI PILLA

D'après les recherches que nous avons menées, il semblerait que le disjoncteur interne au compteur Linky a tendance à disjoncter plus facilement que le disjoncteur de votre installation électrique car il tient compte de la puissance apparente (puissance active et puissance réactive) et non plus seulement de la puissance active.
C'est en tout cas ce qu'explique le site du Collectif Chartres de Bretagne.
"Nombreux sont les clients d’EDF (ou d’autres fournisseurs d’électricité) qui rencontrent des disjonctions fréquentes après l’installation du compteur Linky et qui doivent ainsi, augmenter la puissance électrique de leur logement et par conséquent, accroître le coût de leur abonnement, pour ne plus subir ces contraintes répétitives."

Voici quelques extraits de leurs explications :

" La puissance électrique fournie au logement est exprimée en kVA, il s’agit d’une puissance nommée Puissance Apparente (en jaune), mais elle se décompose en deux parties :
- la Puissance Active (en vert), mesurée en kW
- la Puissance Réactive (en rouge), mesurée en kVAr

Image

la puissance active est égale à la puissance apparente multipliée par le cosinus phi.
P (kW) = P (kVA) x cos phi

Le cosinus phi est compris entre 0 et 1, plus il est proche de 1, moins l’appareil utilise de puissance réactive. A l’inverse, plus le cosinus phi est proche de 0, plus l’appareil utilise la puissance réactive et plus cela aura un impact sur la mesure de la puissance par le Linky.
Des appareils composés principalement de résistances, auront un cosinus phi proche de 1 et donc une puissance réactive faible voire inexistante et n’auront alors pas d’incidence sur le comptage du Linky.
En revanche, les appareils disposant de moteurs ou de composants électroniques auront un cosinus phi largement inférieur à 1 et leur puissance réactive sera élevée. L’incidence sur le mode de mesure de la puissance par le compteur Linky sera très importante.
[...]
Or, les appareils n’utilisant pas ou presque pas de puissance réactive sont de plus en plus rares (appareils électriques résistifs) :
- ampoules à incandescence (interdites depuis de nombreuses années)
- grille-pain
- cafetière
- radiateur électrique
- minifour à résistance
- fer à repasser d’ancienne génération (sans centrale vapeur)


La quasi intégralité des appareils électriques que nous utilisons actuellement consomment de la puissance réactive et pour certains de façon très importante (appareils électriques réactifs) :
- ampoules fluo compactes
- ampoules LED
- machine à laver
- réfrigérateur
- ordinateur
- télévision
- chargeurs d’appareils électriques (téléphones portables, tablettes …)

Bilan, avec le compteur Linky, la puissance réactive va être comptabilisée dans le mode de mesure de la puissance électrique."

Avec les compteurs Linky, " ce n’est plus la puissance active qui est mesurée, mais la puissance apparente (puissance active + puissance réactive).
Le tuyau étant le même que précédemment, il y a donc moins de « capacité » pour la puissance active. Une des différences fondamentales entre les anciens compteurs et le nouveau compteur est que le Linky contient un disjoncteur interne." [...]
"Bilan, avec un abonnement identique, la puissance autorisée par le compteur Linky n’est plus la même. Elle est inférieure à celle qui était permise avec les anciens compteurs. La différence dépend du type d’appareils utilisés et de leur mode d’utilisation. Le cosinus phi (facteur de puissance) des appareils électriques aura désormais une importance majeure."

Pour en savoir plus, vous pouvez aussi consulter ce site : Fonctionnement d'une alimentation et pages suivantes.

Toutefois, ce sujet étant assez polémique, nous avons demandé plus de précisions à Enedis et vous tiendrons informé de leurs explications dès qu'elles nous parviendront.

Bonne journée.

Réponse de tradescantia

par tradescantia, le 05/09/2017 à 07:52

Ce n'est pas une question.
Juste un merci.
Réponse TT intéréssante.
Merci.
C.R.

Réponse du Guichet du savoir

par gds_db, le 19/10/2017 à 14:49

Bonjour,

Nous venons de recevoir une réponse du service ENEDIS que nous remercions:

Citer:
Le comptage électronique des consommations d'énergie date des année 1990 avec Larrivée des CBE. (Compteurs blanc avec des boutons bleu)
Un compteur Linky n’est autre qu’un compteur CBE(Compteurs blanc avec des boutons bleu) auquel sont ajoutés d'autres fonctionnalités.
Le comptage de l'énergie du Compteur Linky respecte les même normes que le CBE.(Compteurs blanc avec des boutons bleu)

Nota 1 : partir du moment ou l’on compte l'énergie en kwh, le cos phi est intégré, sinon nous compterions l'énergie en kVAh (kilo volt ampere heure)

Nota 2 : Par contre le cos phi n’est pas pris en compte pour le fonctionnement du breaker. Le breaker remplace la partie thermique du disjoncteur, qui lui ne voyait qu’un intensité.
D'une manière générale, dans la quasi totalité des cas, lorsque, suite à la pose d’un C Linky, le breaker déclenche, cela vient souvent du fait que le disjoncteur était mal réglé et que le client disposait d'une puissance souscrite incohérente avec son contrat.
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact