Guichet Du Savoir
http://www.guichetdusavoir.org/

Chaque organisme vivant a-t-il une signature unique type ADN
http://www.guichetdusavoir.org/viewtopic.php?f=2&t=72344
Page 1 sur 1

Paul dethezy [ 18/09/2017 à 10:38 ]

Bonjour,
Chaque être humain, voire apparemment chat et chien a un ADN unique que l'on peut retrouver dans chaque ongle, cheveux, poil, salive, tissu ou autres ?
Est ce également le cas pour chaque mammifère, animal, poisson, insecte, bactérie, mollusques, voire plante ?
D'avance merci de votre réponse et félicitations pour votre mission fort utile à l'humanité,
Bien à vous,

Réponse attendue le 21/09/2017 - 10:09


gds_alc [ 19/09/2017 à 14:38 ]

Bonjour,

L’article « à la découverte de l’Adn », publié sur le site science junior rappelle ce qu’est l’adn soit « l’abréviation d’Acide DésoxyriboNucléique. C’est une énorme molécule qui contient toutes les informations nécessaires au bon fonctionnement d’un organisme.
Déroulé, l’ADN mesure près de 2 mètres de long ! Et pourtant, on trouve une molécule d’ADN identique dans chaque cellule qui compose notre organisme. Sachant que l’Homme compte en moyenne 80 milliards de cellules, ça fait un sacré paquet d’ADN !
L’Homme n’est pas le seul à posséder de l’ADN dans ses cellules : du pommier au requin blanc, tout ce qui est vivant en possède.
Cette molécule détermine tous les paramètres de l’être vivant comme la couleur de ses yeux, sa taille… mais aussi s’il doit fabriquer des cellules sanguines, de l’insuline, etc.
(…)
Dans les cellules, l’ADN est enroulé sur lui-même et forme des chromosomes.
Si on déroule ces chromosomes on voit que l’ADN est composé de portions appelées gènes. Chaque gène a une fonction bien définie. Il y a par exemple un gène qui sert à fabriquer de l’insuline, un gène qui détermine la couleur des yeux, etc… il existe environ 20 000 gènes chez l’Homme !
Si on regarde encore plus loin, un gène est composé d’une succession de briques appelées bases azotées. Il existe seulement 4 bases azotées qui s’enchainent : l’ Adénine, la Guanine, la Thymine et la Cytosine. On les abrège par A, G, T et C. L’ordre d’enchainement de ces quatre bases et très précis et important car il a une signification pour la cellule.
Si on devait écrire une molécule d’ADN, cela pourrait ressembler à AGTCCTAAGATCAGTCCT ainsi de suite des millions de fois car chaque molécule d’ADN compte 3 milliards de bases. Cela représenterait 2 000 livres de 600 pages.
(…)
Chaque espèce à son propre ADN. Celui de certains animaux ressemble parfois étrangement à celui de l’Homme !
Le Chimpanzé
Son ADN compte 30 000 gènes et ressemble à 98% à celui de l’Homme !
Le poisson zèbre
Son ADN compte également 30 000 gènes et il est identique à 85% à celui de l’Homme. Les scientifiques l’utilisent pour étudier les maladies humaines liées au sang.
L’arabette
C’est une plante qui compte 25 000 gènes dont 25% se retrouve chez l’Homme. Nous partageons donc 6000 gènes avec… une plante !

Plus généralement, sur l’Adn, nous vous laissons parcourir les sites suivants qui ont le mérite de proposer une approche « vulgarisée ».
maxicours.com
kidpasteur-lille.fr
• L’article « homme-animal. Les frontières s’estompent », sur savoirs.essonne.fr
• Le site gnis-pedagogie.org publie des études sur les plantes.


L’ouvrage Empreinte du vivant. L’Adn de l’environnement permet de comprendre ce qu’est l’ADN en toute simplicité :

« Tous les individus d’une même espèce partagent en effet des portions de génome identiques, qui définissent un lien de parenté entre ces individus et permettent de les distinguer de ceux d’une autre espèce. En revanche, d’autres régions du génome sont absolument uniques à chaque individu ».

Le chapitre « Des empreintes ADN pour définir les espèces » explique que :
« Les individus d’une même espèce partagent des caractéristiques génétiques communes qu’il est possible d’utiliser à des fins d’identification (…) Comme la police scientifique identifie un suspect en caractérisant son Adn à partir de cheveux ou de salive, les chercheurs déterminent les espèces vivant sur un territoire en analysant l’ADN des restes retrouvés sur le terrain : poils, peaux, écailles, fèces, fragments de tissu des plantes ou d’animaux.
Pour distinguer le chat sauvage, le puma et le lynx, par exemple, les chercheurs utilisent un gène, qualifié de code-barres ADN, présent chez tous les mammifères mais dont la séquence varie entre ces espèces ….
(…) Les métacodes-barres permettent aussi de reconstituer la diversité des espèces animales et végétales actuelles … »

Nous vous laissons poursuivre la lecture.

Réponse attendue le 22/09/2017 - 14:09