Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Rhône et Saône

Rhône et Saône

par dlyon, le 10/09/2018 à 19:17 - 497 visites

Chez Guichet du Savoir,

J’espère que vous avez passé de très bonnes vacances.
Je me demandais pourquoi le Rhône et la Saône sont-ils aussi verts ?

Je vous remercie.
Très cordialement.

Réponse du Guichet du savoir

par bml_reg, le 12/09/2018 à 17:34

Réponse de la Documentation régionale

Bonjour,
Comme il avait déjà été répondu à ce sujet dans un précédent Guichet : « La couleur des fleuves dépend en fait de la nature des matières transportées. La Saône contient beaucoup de limon et de boue qui génèrent une eau marron alors que le Rhône alimenté par les rivières de montagne a une eau plus claire, un fond moins limoneux. » Nous lisons à ce propos dans l’ouvrage Le fleuve Rhône :
Citer:
La nature géologique des bassins versants des affluents du Rhône conditionne à la fois la chimie de l’eau transportée, sa couleur, mais aussi l’aspect des grèves. Ainsi, aux eaux acides provenant du Massif central répondent les eaux plus calcaires des Préalpes. Les couleurs de thé léger du doux ou de l’Eyrieux, résultant du lessivage de la matière organique sur les granites, contrastent avec le bleu turquoise des eaux de la Drôme, lié à la fois au parcours souterrain et au développement d’algues microscopiques. Les sédiments différent parfois complètement : Les cours d’eau dévalant le Massif central roulent du sable grossier de plus en plus fin, composé de l’inaltérable quartz des granites ou plus ponctuellement du basalte pilé ; les grèves de la Drôme ou de l’Ain ne présentent pratiquement pas de sable mais seulement des galets de calcaire, l’Arve et l’Isère, drainant à la fois des massifs cristallins des alpes et les calcaires des Préalpes offrent plus de diversité avec, de plus, des limons.
Toutes ces composantes, mêlées entre elles, sont à l’origine de l’extraordinaire diversité sédimentaire du fleuve Rhône.

Ainsi la couleur verte des eaux du Rhône et de la Saône ne concerne que certains de leurs tronçons. Pour le Rhône, à la hauteur de Peyrieux, dans l’Ain, « Le Rhône à ce niveau est d’un vert émeraude très profond », Le Rhône à pied du glacier à la mer.
Pour la Saône, nous citons ici le "fleuve trotteur" Patrick Huet, « A Lyon, et même un peu en amont, la Saône […] évolue dans des teintes opaques, parfois légèrement vertes, mais le plus souvent dans des camaïeux de brun ou de vert bouteille. Peut-être en raison des sédiments qui s’y accumulent, car son courant (déjà faible) est brisé par celui plus puissant du Rhône dans lequel elle pénètre avec une savante lenteur. Il est à noter que, si à proximité de son embouchure, elle arbore des nuances brun-vert, à la source et quelques kilomètres en deçà, sa profondeur est bien trop faible pour refléter autre chose qu’une eau de cristal transparente. »

Dans les collections de la bibliothèque
- Descente de la Saône à pied
- Pour saluer le Rhône
- Le Rhône en 100 questions

Bonne journée
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact