Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Nombres en lettres

Nombres en lettres

par Dupiochon, le 26/09/2018 à 17:47 - 169 visites

Bonjour,

Mes élèves de CE2 m'ont demandé pourquoi seuls les mots vingt et cent prennent la marque du pluriel et pourquoi seulement dans certains cas (s'ils terminent le nombre). Je ne parle pas du mot million puisqu'ils ne l'étudient pas encore ! Je n'ai pas pu leur répondre. Merci d'avance pour votre aide et votre réponse bien documentée comme d'habitude.

Réponse du Guichet du savoir

par gds_et, le 27/09/2018 à 14:03

Bonjour,

Le déterminant numéral exprime d’une façon précise le nombre des êtres ou des choses désignés par le nom :
« On ne guérit pas en CINQ minutes un mal qu’on traîne depuis QUARANTE ans. »

Les numéraux cardinaux vingt et cent ont une variante graphique quand ils sont multipliés :

« Vingt et cent multipliés prennent un s quand ils terminent le numéral cardinal. »

Le Bon Usage, cité ci-dessus, apporte aussi la précision suivante :

« Vingt et cent, quoique viginti et centum fussent invariables en latin, variaient ordinairement autrefois dans les multiples, même s’ils étaient suivis d’un autre numéral : Ce premier de Mars mille cinq cens quatre vingts (Montaigne, Au lecteur).
De surcroît, selon la règle actuelle (cf. ci-contre), vingt reste invariable comme équivalent à un ordinal : Deux cens quarante deniers (Vaugelas) mais trois cens quatre-vingt dix juste après. Cependant il y avait une certaine tendance à les laisser invariables comme en latin dans toutes les circonstances, jusqu’au XVIIIe s. : Deux cent vaisseaux (Voltaire). L’exemple suivant présente un usage exactement inverse de la règle moderne : Deux mille six cens quatre-vingt enfans (Montesquieu). Cette règle moderne, tout à fait arbitraire, a été d’abord édictée par l’Académie en 1694 pour vingt parce que ce multiple de vingt était devenu une formation isolée (d’où l’agglutination que l’on trouve dans Quatrevingt-treize, titre d’un roman de Hugo et le trait d’union dans quatre-vingt dix chez Vaugelas, ci-dessus.) La règle sera étendue à cent au cours du XVIIIe s. : en 1762, l’Académie écrit encore neuf cens mille. Dans ces vers : Comment se pourrait-il que de moi ceci vînt ? / Le chiffre de mes ans a passé quatre-vingt, Hugo a écrit vingt sans s pour que la rime satisfasse l’œil plutôt que par imitation d’exemples anciens comme ceux qui ont été cités. »

Il s’agit donc d’une règle arbitraire dont la raison d’être est historique et non logique…


Bonne journée.
  • 0 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact