Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Le Soja

Le Soja

par LIS87, le 05/11/2018 à 11:29 - 213 visites

Bonjour,

Nous consommons de plus en plus un régime végétarien et par conséquent des protéines végétales dont le soja.

Or il semblerait que les purines, phyto-ostrogenes et l'acide phytique contenu dans celui ci soient nocifs pour le corps lorsque nous en consommons plus de deux fois par semaine. En Asie le soja est beaucoup utilisé sous sa forme fermentée , ce qui présente beaucoup plus d'avantages...

On entend parfois tout et son contraire.
Est-ce qu'il y a des études récentes scientifiques publiées à sujet ? A t-on suffisamment de recul ? Que faut-il croire ?

Merci

Réponse du Guichet du savoir

par bml_san, le 07/11/2018 à 16:44

Réponse de Cap’Culture Santé :

Bonjour,

Faut-il se méfier du soja ?
Après un succès fulgurant porté par les végétariens puis par la "vague du bio", la plante inspire méfiance depuis une dizaine d'années. Malgré sa richesse nutritionnelle, son rôle préventif dans les cancers hormono-dépendants et son rôle d'allié dans le soulagement des troubles liés à la ménopause, des études conseillent d'en limiter la consommation.
La consommation de la petite graine jaune (Glycine max), à ne pas confondre avec le harico mungo mungo (Vigna radiata) dont les graines germées sont vendues sous le nom trompeur de « pousses de soja » est donc controversée.
Citer:
« La faute aux isoflavones, des composés végétaux capables d'induire dans l'organisme des effets comparables à ceux des oestrogènes, des hormones produites par le corps. Le soja contient deux isoflavones (génistéine et daïdzéine), qualifiés de phyto-oestrogènes en raison de leur capacité à se fixer à certains récepteurs spécifiques d'une hormone endogène (oestradiol). Si de récentes études confirment leurs bénéfices sur la santé, d'autres mettent en évidence certains effets délétères.[…]
Le soja et ses dérivés doivent donc être consommés sans excès. Attention, c'est un allergène à déclaration obligatoire car une réaction allergique peut survenir même quand il n'est présent qu'à l'état de traces. […]
L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation (Anses) recommande de ne pas dépasser 1 mg d'isoflavones par kilo de poids corporel et par jour . , soit un bol de jus de soja et un steak au tofu. »
Source : Boitard, Sylvie : « Les multiples facettes du soja », Sciences et Avenir, jeudi 26 juillet 2018


Ophélie Ostermann dans son article « Soja : le point sur ce qu’on lui reproche ». Madame Figaro, 27 février 2018, pointe 3 reproches souvent faits à cette graine :
- Les phyto-oestrogènes : « Le fond du problème repose essentiellement sur les isoflavones du soja et de ses dérivés. Les "soja-sceptiques" pointent du doigt ces phyto-œstrogènes qui, dans l'organisme, peuvent mimer l'effet des œstrogènes, hormones surtout produites par les ovaires et dans une moindre quantité par les testicules et les glandes surrénales. Alors que ces hormones sont classées dans la catégorie des perturbateurs endocriniens par l'Afssa (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation), certains mettent en garde contre d'éventuels troubles hormonaux chez les femmes comme chez les hommes (une mauvaise qualité du sperme), favorisant le cancer du sein ou des problèmes de thyroïde. Les enfants de moins de 3 ans ainsi que les femmes enceintes et allaitantes ne peuvent en consommer.

- L’acide phytique : contenu dans le soja mais aussi dans bon nombre de céréales, légumineuses (pois chiches, lentilles, haricots rouges etc.), ou encore graines oléagineuses (graines de tournesol ou de sésame) Consommé en grande quantité, cet acide phytique bloquerait l'absorption des nutriments (comme le magnésium, le zinc ou encore le calcium) pour d'autres, les phytates ont plus d'avantages que d'inconvénients

- Certains n'encouragent pas à la consommation de soja tout simplement parce que la plante demande une monoculture, qui épuise les sols et ne respecte pas la biodiversité. De plus, le soja fait partie des quatre cultures OGM commercialisées dans le monde, avec le maïs, le coton et le colza. Il est ainsi préférable de soigner le soja que l'on achète en privilégiant le bio. Seulement, bio ou non, un produit est défini comme «sans OGM» s’il contient moins de 0,9 % d’ingrédients OGM. […] aucun soja ne peut donc se prévaloir sans OGM.

Citer:
«Nous n'avons pas assez de recul, donc mieux vaut appliquer le principe de précaution et limiter la consommation»


Pour aller plus loin :
- Bénéfices et risques du Soja sur la santé, Institut de recherche du bien-être, de la médecine et du sport, 16 janvier 2018.
- Soja : la grande invasion, documentaire de France 5.

Cordialement,

L’équipe Cap’Culture Santé.
Retrouvez nous sur Image et sur L’Influx, le webzine des bibliothèques municipales de Lyon
  • 0 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact