Guichet Du Savoir
http://www.guichetdusavoir.org/

autonomie
http://www.guichetdusavoir.org/viewtopic.php?f=2&t=79725
Page 1 sur 1

Lachtouk [ 08/04/2019 à 15:30 ]

Bonjour,
Je voudrais savoir de combien d'hectares de terrain il faut disposer pour être autonome au niveau alimentaire (tout aliment confondu, non végétarien mais très faible consommation de viande 2x/mois) pour une personne "normale" (1m62, pratiquant une activité sportive à hauteur de 1h30 de vélo par jour)

Quel temps cela prend-il dans l'année pour entretenir, cultiver et cuisiner pour ne plus dépendre d'un supermarché ? (afin d'adapter mon temps de travail)

Je sais que la réponse peut varier en fonction de beaucoup de paramètres, alors je précise... par exemple : 800m d'altitude, orienté plein sud, pas de source à proximité (>500m de distance), dans les alpes françaises, sur terrain calcaire.

Merci !

Réponse attendue le 11/04/2019 - 15:04


bml_sci [ 10/04/2019 à 14:37 ]

Réponse du département Sciences et Techniques

Bonjour,

La plupart des sources que nous avons consultées s’accordent pour dire que la surface minimale permettant l’autonomie alimentaire (on parle aussi d’autosuffisance alimentaire ou encore d’autarcie alimentaire) dépend d’un grand nombre de paramètres : récupération de l’eau, gestion du climat et de la latitude, orientation, composition du sol, organisation culturale, capacité de planification, disponibilité et temps de travail, etc.

Le nom de l’agriculteur japonais Fukuoka est largement cité, parce qu’il a testé l’autosuffisance alimentaire d’une famille sur 1000 m², assumant la production de fruits, légumes, viandes, miel et céréales (voir ses ouvrages L'agriculture naturelle ainsi que La révolution d'un seul brin de paille : une introduction à l'agriculture sauvage).

Dans son article Quelle surface cultiver pour être autonome ? l’agronome spécialisé en permaculture et agroécologie Christophe Gatineau s’efforce de faire le point sur les méthodes de calcul que l’on trouve sur internet. Sa conclusion est que la surface nécessaire à l’autonomie alimentaire d’un être humain pendant 1 an est comprise entre 1000 et 1500 m2 en climat tempéré – à noter que 1000 m² équivalent à un septième d'un terrain de football – auxquels il faut ajouter 25% de sol en jachère et 1000 m² pour permettre la régénération des sols et compenser les pertes de matière organique de la zone cultivée (mais il ne précise pas s’il tient compte de l’élevage ou non).

Le site Fermes d’avenir aboutit à la même conclusion (hors viande et poissons, les protéines étant apportées par les légumineuses).

L'article Quelle surface de potager faut-il pour atteindre l’autosuffisance alimentaire ? fait également bien le tour de la question, en évoquant notamment le temps de travail nécessaire pour cultiver sa terre. Ce temps de travail est bien entendu loin d’être négligeable, comme cela est expliqué ici et va dépendre tant de l’expérience et de la rigueur du-de la cultivateur-trice que de facteurs techniques, en particulier liés au sol. Vous pouvez d’ailleurs trouver un témoignage intéressant d’une personne qui a tenté de cultiver seule un lopin de terre (argileuse) de 810 m².

En complément, nous vous recommandons la lecture de cette étude de l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) et Agro Paris Tech, dans laquelle on apprend qu’il est possible de produire de manière hyper intensive sur 1 000 m² et que cette très petite surface peut suffire à dégager suffisamment de revenus pour une personne, même lors d’une année très médiocre. L’une des conclusions de cette étude est que S’il est possible de produire sensiblement autant de légumes sur 1 000 m² que sur un hectare, cela libère de l’espace agricole qui peut être consacré à planter des arbres fruitiers, des haies, élever des animaux, installer des mares pour l’irrigation et l’aquaculture, des ruches, un éco-­‐habitat pour le paysan, etc. Ceci permet d’imaginer des micro fermes qui couvrent l’ensemble de leurs besoins en matière organique et sont donc résilientes et autonomes.

Vous pouvez également consulter la réponse apportée par le Guichet du savoir à la question posée par un internaute Quel est le terrain minimal pour vivre en autarcie ?

Pour terminer nous vous recommandons les lectures suivantes qui vous permettront de bien démarrer votre activité au jardin et ainsi moins dépendre des supermarchés :
Vivre en autosuffisance : vivre de peu mais vivre mieux / Dick et James (Larousse, 2017)
Autosuffisance : un jardin pour nourrir ma famille : vers l'alimentation autonome / Thomas Alamy (Hachette Pratique, 2019) (mention spéciale pour cet ouvrage qui s'avère très complet)
Comment moins dépendre du système : habitat, nourriture, autosuffisance, entraide : petit manuel de conseil pratique au quotidien / Magali et Bernard Farinelli (Rustica éditions, 2017)
Une petite ferme chez soi, c'est facile ! / Miriam & Peter Wohlleben (Delachaux et Niestlé, 2017)
Le jardinier-maraîcher : manuel d'agriculture biologique sur petite surface / Jean-Martin Fortier (Écosociété, 2015)
Les affranchis jardiniers : un rêve d'autarcie / Annick Bertrand-(Ulmer, 2019)

Des ouvrages pratiques conciliant jardinage et petit élevage :
Une année au jardin bio : les secrets de Terre vivante (Terre vivante, 2016)
Le guide Terre vivante de l'autonomie au jardin : savoir tout faire au potager, au poulailler, au rucher (Terre vivante, 2015)
Concevoir son poulailler agroécologique / Hervé Ricca (Rustica éditions, 2018)


Et enfin, des conseils pour conserver vos récoltes :
Le traité Rustica de la conservation (Rustica, 2015)
Mon jardin dans un bocal : toutes les méthodes pour conserver fruits et légumes / Alys Fowler (Rouergue, 2014)
Cuisiner les aliments fermentés / Claude Aubert et Jean-James Garreau (Terre vivante, 2017)
Déshydrater les aliments chez soi : tirez le meilleur parti de votre déshydrateur, depuis les cuirs de fruits jusqu'aux charquis de viandes / Michelle Keogh (Terran, 2017)

Bonne journée.

Réponse attendue le 13/04/2019 - 14:04