Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Anesthésie et grand écart

Anesthésie et grand écart

par Lili67, le 10/04/2019 à 14:52 - 458 visites

Bonjour,
Mon prof de yoga affirme que tout le monde est capable d'effectuer un grand écart sous anesthésie générale quelque soit son degré de souplesse.
Je ne trouve aucune source scientifique qui vérifie cette assertion.
Pourriez vous m'aider s'il vous plaît ?
Merci d'avance !

Réponse du Guichet du savoir

par gds_ctp, le 11/04/2019 à 15:12

Bonjour,

Malgré nos recherches, nous n’avons trouvé aucune source répondant à votre question. Cependant, l’une des trois procédures de base de l’anesthésie générale, la curarisation, semble bien aller dans le sens de ce que dit votre professeur, comme nous vous le disions dans une précédente réponse :

« L’anesthésie est administrée à l’aide de médicaments hypnotique (pour endormir), morphinique (pour soulager la douleur) et curare (pour rendre les muscles souples, ce qui permet au chirurgien d'opérer). Vous trouverez des explications plus détaillées des effets des produits sur wikipedia et doctinet.info. Vous pouvez aussi trouver des informations plus poussées sur le Référentiel Officiel du Collège National des Enseignants d'Anesthésie et de Réanimation (CESAR).

[…]

- les curares : ils créent un relâchement musculaire en bloquant la contraction des muscles striés. Leur utilisation est optionnelle, soit pour faciliter la chirurgie, soit pour faciliter l'intubation trachéale par l'anesthésiste ou la ventilation artificielle mécanique. L'utilisation de ces médicaments paralyse la ventilation spontanée (la "respiration") du patient et suppose une suppléance de cette ventilation par l'équipe médicale : accès aux voies aériennes (trachée) et ventilation artificielle avec un ballon ou une machine (ventilateur / respirateur). Parmi ces médicaments, on peut citer : suxaméthonium, cisatracurium, rocuronium. »

C’est que les curares non dépolarisants « fonctionnent comme des « verrous » qui vont se fixer sur les récepteurs de la plaque motrice, empêchant ainsi l'ACh d'y intervenir pour provoquer une contraction musculaire. Les canaux ioniques ne peuvent s'ouvrir, il ne peut y avoir de dépolarisation et donc de contraction. L'utilisation d'un curare non dépolarisant n'entraîne par conséquent, aucune fasciculation. »

(Source : infirmiers.com)

Le relâchement musculaire, qui a pour premier avantage d’éviter tout mouvement parasite induit logiquement une souplesse accrue – est-elle suffisante pour que tout un chacun puisse se livrer au grand écart facial, nous ne pouvons toutefois l’affirmer.

Pour aller plus loin :

-Anatomie pour le yoga [Livre] : les muscles dans le yoga / Blandine Calais-Germain

-Les muscles [Livre] : anatomie clinique des membres : fiches illustrées / Michel Dufour, Santiago Del Valle

-Olivier FOURCADE, Thomas GEERAERTS, Vincent MINVILLE, Kamran SAMII, Traité d'anesthésie et de réanimation (4° Éd.) sur Google Livres

Bonne journée.
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact