Guichet Du Savoir
http://www.guichetdusavoir.org/

Transpiration
http://www.guichetdusavoir.org/viewtopic.php?f=2&t=80501
Page 1 sur 1

FrClaude [ 28/06/2019 à 13:38 ]

Bonjour !
Question d'actualité en cette période de canicule : pourquoi les gouttes de transpiration qui tombent des aisselles sur les flancs sont-elles froides, voire glacées - ou ressenties comme telles - alors qu'aux autres endroits du corps - tête par exemple - elles ne le sont pas ?
Je ne fais pas allusion aux sueurs froides dues au stress.
Merci

Réponse attendue le 02/07/2019 - 13:07


bml_san [ 29/06/2019 à 13:55 ]

Réponse de Cap’Culture Santé :

Bonjour,
Votre question est pleinement d’actualité il est vrai !
En période de canicule, notre organisme déclenche tout un tas de mécanismes d’adaptation. Et la transpiration en est un !

Citer:
L'hypothalamus, qui contient le centre thermorégulateur, reçoit des informations de tous les thermorécepteurs (cutanés et centraux) ; il analyse la température en permanence, et la compare à une valeur de consigne (environ 37 °C).
Lorsque la température du corps est supérieure à la valeur de consigne, l'hypothalamus provoque le phénomène de transpiration : l'évaporation de la sueur provoque un abaissement de la température de la peau. Dans le même temps, les artérioles cutanées se dilatent (augmentation du diamètre) afin de favoriser les échanges de chaleur avec l'extérieur.
Source : Wikipedia


Nous avons sué (au propre mais surtout au figuré) quelque peu pour répondre précisément à votre question…par contre, nous avons appris plein de choses insolites.
Savez-vous par exemple que :
- nous possédons environ 3 millions de glandes sudoripares dans le corps, et que leur nombre et surtout leur volume augmentent avec l'âge : il y a environ 150 glandes par cm2 chez l'adulte.
- Elles peuvent rejeter jusqu'à 3 litres d'eau par jour (voire 4 litres en cas de fortes chaleurs et jusqu'à 10 litres pour les sportifs). [Voila pourquoi il est important de boire régulièrement de l'eau en cas de canicule]
- Chaque litre de sueur évaporé entraîne l'élimination d'environ 580 kilocalories.

Si vous ressentez comme froides gouttes de transpiration c’est parce que
Citer:
une des principales fonctions de la transpiration est d'éliminer l'excès de chaleur produit par l'organisme. Elle permet de maintenir la température interne de l'organisme proche des 37°C physiologiques et d'éviter l'hyperthermie. [ndlr : Elle contribue à la Thermoregulation de notre organisme.]

Pour cela, la sueur produite par les glandes sudoripares traverse les pores de la peau puis s'évapore. C'est cette évaporation qui fait baisser la température corporelle.[…]
La sueur n'est pas la même partout. Elle diffère en fonction de son origine.
En effet, elle peut être produite par deux types de glandes sudoripares distinctes :
• les glandes sudoripares eccrines ;
• les glandes sudoripares apocrines.
Glandes sudoripares eccrines
Avec entre 2 et 5 millions d'unités, les glandes sudoripares eccrines sont les plus nombreuses et se retrouvent dans l'ensemble de l'organisme. Elles sont cependant essentiellement concentrées au niveau :
• des paumes des mains ;
• des plantes des pieds ;
• de la poitrine ;
• du front.
La transpiration issue de ces glandes est claire et légèrement salée. [...] La sueur produite par les glandes sudoripares eccrines se compose :
• majoritairement d'eau ;
• de sels minéraux ;
• d'acide lactique.
Leur rôle thermorégulateur est particulièrement marqué. La sueur qu'elles émettent entraîne, lorsqu'elle s'évapore, un refroidissement instantané.

Glandes sudoripares apocrines
Les glandes sudoripares apocrines sont moins nombreuses mais plus grosses que les glandes eccrines.
Elles se retrouvent au niveau :
• des aisselles ;
• des mamelons ;
• de l'anus ;
• du nombril.
La transpiration qu'elles produisent est constituée :
• d'eau, de sels minéraux, d'acide lactique ;
• d'urée ;
• de lipides, de quelques protéines ;
• d'ammoniaque ;
• de sébum, de phéromones.
Source : « Transpiration», Ooreka santé


Le site soleil-info, édité par l’association sécurité solaire, centre collaborateur de l’OMS précise également les mécanismes à l’œuvre en matière de sudation :
Citer:
« Lors de la transpiration, les glandes sudoripares amènent du sérum à la surface de la peau formant ainsi de fines gouttelettes d’eau. Un premier mécanisme intervient alors : la chaleur du corps est transmise à ses gouttelettes d’eau qui s’agitent et passent de l’état liquide à l’état gazeux en consommant de la chaleur.

Le deuxième mécanisme qui intervient est la dilatation de ces gouttes d’eau qui, sous l’effet d’une plus forte pression de la part des glandes sudoripares que de l’atmosphère tendent à occuper tout l’espace disponible en passant sous forme gazeuse. Pour que cette sueur puisse se retrouver sous forme gazeuse dans l’atmosphère, il faut que l’air ambiant ne soit pas déjà trop chargé en humidité. On comprend donc que la vaporisation de la sueur est plus aisée en atmosphère sèche.
L’évaporation d’une gouttelette d’eau dépend aussi du rapport entre : le volume et la surface qui se retrouve au contact de l’air de cette dernière. Si son volume est trop important, elle aura plus de mal à passer sous forme gazeuse. La conséquence pratique est qu’une sueur qui ruisselle est inefficace et ne s’évapore pas. [=donc ne génère pas de sensation de frais ; ndlr]Le fait de s’essuyer avec une serviette, enlève cette transpiration inutile et permet à la peau de récupérer transitoirement quelques moyens d’évaporer sa sueur.
De la même manière, le coton et la laine absorbent bien la transpiration. Lorsque ces tissus sont mouillés, l’eau peut s’évaporer à leur surface et réduire ainsi la température du tissu, puis de la peau qui est à leur contact. Pour donner un exemple chiffré, l’évaporation de 125 grammes de sueur abaisse la température centrale du corps de 1 degré »


Bonne fin de journée (au frais, si possible !)

Cordialement,

L’équipe Cap’Culture Santé.
Retrouvez nous sur Image et sur L’Influx, le webzine des bibliothèques municipales de Lyon

Réponse attendue le 03/07/2019 - 13:07