Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Lettres muettes

Lettres muettes

par Anonyme 123456789, le 09/07/2019 à 13:55 - 377 visites

Quel est le pourcentage de lettres muettes en français ? Et dans les autres langues ?

Réponse du Guichet du savoir

par bml_litt, le 12/07/2019 à 09:45

Réponse du Département Langues et Littératures :

Bonjour,

La langue française se distingue par ses nombreuses irrégularités et, en effet, la présence de lettres muettes ne constitue pas la moindre d’entre elles.

Consonnes finales, « e » intercalé, « h » non aspiré, ce phénomène récurrent brouille les cartes et rend l’apprentissage du français très difficile pour des apprenants étrangers.

On comprend mieux l’étonnement, ci-dessous, de l’écrivain allemand George-Arthur Goldschmidt lorsqu’il évoque sa découverte de la langue française.

« Je n’avais jamais encore remarqué le bizarre et pittoresque agencement de toutes ces lettres qu’on n’entendait pas, pour la plupart, quand on lisait à haute voix et qui semblaient orner la page ; leur succession me surprenait, cela virevoltait élégamment. » [Le poing dans la bouche]

Le site collaboratif Ideopedia recense ainsi pas moins de 16 lettres de notre alphabet qui seraient susceptibles de devenir muettes selon le contexte.

Bref, la langue française regorge de tels particularismes. On peut s’en désespérer mais aussi s’en amuser :

« Le goéland gourmand était friand de glands, tandis que le canard aimait les épinards, que le crapaud costaud faisait cuire sur son réchaud. » [Les exceptions de la langue française, on adore les détester de Jean-Louis Chiflet]


Pourquoi une telle irrégularité ?

Ce phénomène trouve principalement son origine dans un vaste mouvement de relatinisation, opéré à la Renaissance. L’objectif était, alors, de rapprocher les mots de leur étymologie latine afin d’éviter toute confusion avec leurs homonymes.

Le site du Projet Voltaire donne quelques exemples de cette relatinisation :
Consonnes finales muettes : d’où viennent-elles, à quoi servent-elles ?
Consonnes finales muettes : d’où viennent-elles, à quoi servent-elles ? (suite)


Qu’en est-il des autres langues ?

La langue française partage cette opacité orthographique entre ses graphèmes (ce qui est écrit) et ses phonèmes (ce qui est dit) avec la langue anglaise. En effet, la langue anglaise n’a rien à nous envier quant à la difficulté de la prononciation comme l’atteste le site bilingueanglais.com.

On mentionnera aussi les langues scandinaves comme étant particulièrement irrégulières.

A l’opposé du spectre, certaines langues font preuve d’une transparence orthographique rigoureuse. On peut recenser dans cette catégorie l’Espagnol, le Portugais, l’Italien, l’Allemand mais aussi le Serbe ou le Croate.

Enfin, pour plus de précisions notamment chiffrées, nous vous invitons à solliciter l’Académie Française.


Bonne journée,
  • 0 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact