Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Jeu philosophique

Jeu philosophique

par Viince, le 27/08/2019 à 02:54 - 631 visites

Bonjour
Y a-t-il des jeux proprement philosophiques ? Et inventés par des philosophes ?
Merci

Réponse du Guichet du savoir

par bml_civ, le 29/08/2019 à 11:24

Bonjour,

La consultation de l’article Jeu des Notions philosophiques Tome 1 p. 1390 et sq., devrait vous fournir les premiers éléments de réflexions ainsi que quelques références. Vous pourrez décliner jeu, jeux, jouet, jouer à l’envi.

Voici quelques pistes en vrac, puisées dans cet article : le jeu comme espace, comme entre-deux pour qu’une machine, ou un système fonctionne, « Seul le jouer du joueur fait le jeu », le jeu, en grec païdia, de païs, « ce que fait l’enfant quand il se conduit en enfant » (Aristote), « le jeu est sans pourquoi » (Heidegger) etc.
Les notions de gratuité et de plaisir y sont abordées.
Voir aussi dans cet ouvrage l’article Théorie des jeux, « théorie qui décrit les propriétés mathématiques de certains jeux ».

Des pédo-psychiatres, pédagogues et psychanalystes comme Wallon, Winnicott, Mélanie Klein, Freud se sont aussi intéressés à la fonction du jeu. De même que les anthropologues Frobenius, Huizinga, Lévi-Strauss, Benveniste.

- Sur Platon, lire cet article de Jacques Darriulat Platon et le jeu dialectique.

- Pascal s’est intéressé aux jeux, notamment dans ce qu’on a appelé Le problème des partis qu’il expose dans son Traité du triangle arithmétique en ligne sur Google books.

- De Jean-Claude Dumoncel, Le jeu de Wittgenstein vous éclairera (peut-être !) sur les jeux de langage chez Wittgenstein. Voir aussi : Le Cahier bleu et le Cahier brun .


Quelques études plus actuelles vous apporteront des éléments supplémentaires :

- Qu’est-ce qu’un jeu ? de Stéphane Chauvier.

- Petites distractions philosophiques de Robert Zimmer

- Paradoxes philosophiques et mathématiques de Michael Clark

Enfin, ne manquez pas :

- les émissions de France-Culture en 2017 dans Les chemins de la philosophie consacrées aux jeux vidéo.

- l’invité de l’une de ces émissions, Jean Zeid dans notre catalogue

- une journée d’étude : Que dit la philosophie des jeux vidéo ? organisée sous la direction de Mathieu Triclot

- une autre série d’émissions sur le jeu dans les Chemins de la philosophie plus ancienne (2011). Ecouter notamment : Les lettres sur le jeu de Schiller. Lire à ce propos les ouvrages et articles de Colas Duflo,
- Le jeu de Pascal à Schiller,
- Jouer et philosopher et
- Les « Lettres sur l’éducation esthétique de l’homme » de Schiller sur le site de Cairn.

Bonnes lectures et bonne écoute !

Réponse du Guichet du savoir

par bml_civ, le 05/09/2019 à 11:05

Bonjour,

Suite à votre message privé nous revenons vous donner un complément de réponse.

Nous n’aurons que quelques pistes à vous fournir, car nous avions déjà dans notre réponse précédente cherché tant sur internet que dans les documents cités, de quoi vous répondre.

Commençons donc par citer un jeu de cartes: Le jeu du phénix. Il s’agit là d’un tarot ludique et philosophique créé par le philosophe et essayiste Vincent Cespedes.

Dans la série jeux de plateau, nous pouvons citer la rithmomachie datant du moyen âge et inspirée des échecs. Ce jeu de plateau mathématique assez complexe tire son inspiration de l’arithmétique théorique de Boèce et de Pythagore. Les règles ardues de ce jeu le réservaient alors à une élite intellectuelle.

A destination des plus jeunes, et des étudiants préparant le bac, le jeu de cartes Philodefi est une approche pédagogique intéressante donnant accès aux philosophes clés et à leur pensée.

De même, le jeu Discut propose grâce à des cartes, des ateliers philo animés par les participants. Ces cartes cadrent le jeu et permettent de donner lieu à des débats développant l’esprit critique et la réflexion des joueurs.

Terminons dans la même veine: Philo'motiv est un jeu composé de cartes et d’un livret. Il permet de développer des ateliers ludosophiques qui donnent accès à la démarche philosophique et permettent de se questionner sur le monde, les autres et soi-même.

Mentionnons ensuite Alain Turing et le jeu de l'imitation. Le site des cahiers philosophiques nous en explique les règles:« Avec le "jeu de l'imitation", Turing imagine une méthode pour décider si une machine "peut penser". Il montre que la définition théorique de la machine qu'il a lui-même donnée en 1936-1937 n'interdit pas l'hypothèse qu'une machine conforme à cette définition puisse l'emporter au jeu. Ce faisant, il n'aborde ni un problème technique, ni un problème de logique théorique, mais s'avance sur le terrain d'une philosophie que l'on qualifiera de "continentale" : pour l'emporter au jeu, la machine doit s'exprimer à la première personne et être pour son adversaire un semblable. La machine victorieuse doit être élevée à la pleine dignité du sujet de la philosophie classique. […]

Le jeu de l'imitation oppose un homme A à deux autres protagonistes : B - une femme - et C - un homme ou une femme ; chacun des trois joueurs est isolé des deux autres ; C, en posant des questions à A et B, doit déterminer qui est l'homme, qui est la femme. L'homme A doit s'efforcer de tromper C, en se faisant passer pour la femme B, laquelle doit aider C. Les trois protagonistes communiquent par l'intermédiaire d'un téléscripteur ; ils ne peuvent donc utiliser au cours du jeu de caractéristiques telles que l'apparence extérieure, la voix ou les performances physiques. Seul ce qui relève de l'échange linguistique est pris en compte. »

Terminons notre réponse en signalant ce site qui soutient que selon la légende, les échecs auraient été créés par un philosophe : « Sachant que le jeu provenait d'Orient, certains ont imaginé le roi Salomon jouant aux échecs pour éblouir la reine de Saba. D'autres, le philosophe Xerxès offrant au roi de Babylone Evilmodorach ce jeu de guerre pour apaiser sa folie meurtrière. De plus avisés, remarquant que la Bible ne fait pas mention des échecs, leur ont trouvé un "inventeur" dans le monde grec en associant deux illustres personnages qui faisaient déjà beaucoup rêver : Aristote aurait ainsi instruit le jeune Alexandre le Grand... »

Bonne parenthèse ludique !
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact