Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Mémoire auditive

Mémoire auditive

par Oulipo, le 20/01/2020 à 01:18 - 324 visites

Bonjour,
Savez-vous s'il y a un nom pour décrire le fait de mémoriser très facilement des phrases mises en musique (typiquement des paroles de chanson par exemple) ? (Contrairement à la mémorisation de phrases prononcées entendues, ou d'une mélodie de musique, je m'interroge sur la combinaison des mots mots + notes de musique).
Merci,
Bien cordialement

Réponse du Guichet du savoir

par bml_mus, le 23/01/2020 à 11:58

Réponse du Département Musique :

Le phénomène que vous décrivez ne semble pas avoir de nom particulier. Il est cependant repéré comme un des nombreux mécanismes de mémorisation ou d'aide à la mémorisation.
Les bénéfices de l'aspect combinatoire (mots + notes de musique) pour la mémorisation seraient plutôt dépendants de la méthode que votre cerveau privilégie : vous pouvez être un apprenant plutôt auditif, tactile, visuel, comme le détaille cet article sur Musiclic.com

Cet article d'Anna Roig sur EMDL.fr nous apprend que "des études indiquent qu’associer des mots à une mélodie facilite l’apprentissage d’une langue. Le scientifique Daniele Schon a d’ailleurs fait différentes recherches à ce propos et semble avoir prouvé que les étudiants d’une langue trouvent plus facile d’apprendre de nouveaux mots quand ils sont chantés que lorsqu’ils sont prononcés normalement."

Cette étude pointe les limites de la méthode combinatoire : "Dès qu’il y a des paroles sur une musique, la mémorisation baisse de 40 %. Ceci est dû à la concurrence dans la mémoire lexicale. On ne peut pas faire deux choses à la fois."


Enfin pour l'anecdote, sachez que "des recherches ont montré que la musique Baroque aidait à mieux mémoriser et à apprendre un texte par coeur plus facilement. Vous pouvez utiliser une musique baroque en fond sonore pour stimuler le cerveau droit lié à l’imagination." (via etreacteur.fr)

Réponse du Guichet du savoir

par bml_sci, le 23/01/2020 à 12:43

Complément de réponse du département Sciences et Techniques

Bonjour,
Nos recherches ont été axées sur les neurosciences. Vous trouverez ci-dessous quelques extraits d’ouvrages permettant de mieux comprendre les mécanismes cérébraux en jeu dans le cadre de "mémoire et musique". Les références des ouvrages sont en fin de réponse.

Et malheureusement, nous n’avons pas trouvé de terme spécifique ; l’expression la plus proche pourrait être la plasticité cérébrale : Le cerveau humain a la capacité inouïe – la dénommée plasticité cérébrale – de changer sa structure et sa fonction en réponse à une stimulation externe tout au long de la vie d’un individu. La musique est une présence unique tout au long de notre vie et constitue un stimulant riche et complexe capable de stimuler tout le cerveau. L’apprentissage et la pratique de la musique sont des activités multimodales impliquant des processus perceptifs, moteurs, sensoriels, émotionnels et cognitifs associés à des réseaux neuronaux complexes : plusieurs études sur les enfants et les adultes ont montré que la formation musicale courte et longue est capable de façonner la structure et les fonctions du cerveau, induisant ainsi des processus de plasticité cérébrale. En outre, pratiquer et écouter de la musique chez les non musiciens s’est avéré fortement capable de moduler l’activité cérébrale. Dans ce cadre, plusieurs études ont souligné que la capacité de la musique à stimuler et à modifier les fonctions du cerveau peut être employée pour améliorer d’autres capacités non musicales telles que le mouvement, le langage ou la mémoire, avec des conséquences importantes pour les interventions neuro-réhabilitatives.
(In Musique et plasticité cérébrale (publié dans la revue internationale d’éducation de Sèvres)

Plusieurs régions cérébrales participent à la musique. Le son est d’abord traité par les structures de l’oreille et les aires sous-corticales du système auditif. Puis interviennent différentes parties du cerveau, impliquées dans la mémoire, les émotions, les mouvements ou d’autres modalités sensorielles. Certaines sont communies à la musique et au langage, et d’autres seraient spécifiques à la musique. Ainsi, "écouter une musique familière" active entre autres des régions impliquées dans la mémoire. Ce sont par exemple l’hippocampe et des aires du cortex frontal. (cf. Les bienfaits de la musique sur le cerveau)

Le système visuel est là pour nous informer sur ce qui se passe dans le monde qui nous entoure. Mais en général, les événements qui se produisent autour de nous ne se manifestent pas seulement par des rayons lumineux, mais aussi par des vibrations de l’air, que nous percevons comme des sons. […] la vision et l’audition ont chacune leurs qualités. La vision est plus précise que l’audition pour localiser les choses dans l’espace. Si vous donnez un petit coup sur la table, alors que je vous regarde mais que je me bouche les oreilles, mes yeux me suffiront pour voir exactement ou vous avez tapé. Inversement, si j’ai les yeux fermés et ls oreilles ouvertes, l’audition seule m’indiquera seulement de façon approximative à quel endroit de la table vous avez frappé. (cf. Comment lire avec les oreilles)

Avant la généralisation de l’imprimerie, la plupart des connaissances se transmettaient oralement. Les recettes mnémotechniques étaient débattues et enseignées : on parle à leur sujet d’un "art de la mémoire". Les recettes consistent le plus souvent à imaginer des lieux complexes et à y déposer les éléments à mémoriser en des positions précises. On parle moins de la transmission orale et du rôle qu’y joue la modulation musicale (par exemple les textes psalmodiés en liturgie). La mise en chanson de poèmes leur offre une chance de bien s’inscrire dans la mémoire et d’y résider longtemps. Toutefois, comme dans la plupart des chansons, l’air des couplets se répète, on se souvient assez bien de chacun des couplets et moins bien de l’ordre exact des strophes mises en couplets ; Une bonne partie de l’éducation consiste à apprendre à mettre des collections dans un ordre immuable : les chiffres, les notes de musique, les lettres de l’alphabet. (cf. Au cœur de la mémoire)

Hervé Platel, dont les travaux sont mondialement connus, est l'un des premiers chercheurs, dans les années 90, à avoir observé le cerveau sous l'influence de la musique grâce à l'imagerie par résonance magnétique. Avec son équipe, ce professeur de neuropsychologie de l'Inserm, exerçant à l'université de Caen, a réussi à mettre en évidence les réseaux du cerveau impliqués dans la perception et la mémoire musicales.
(In Pourquoi la musique est bonne pour le cerveau - Le Point 30/10/2015)

Grâce aux travaux des neurosciences, on sait aujourd'hui que l'exposition à la musique a des effets positifs sur la mémoire, notamment chez les personnes atteintes d'Alzheimer. Le point sur les dernières découvertes, dans cet article qui figure dans le Top 10 des contenus les plus lus sur notre site cette année. La suite sur Le journal du CNRS
Sur ce même sujet, voir aussi 2 DVD sur l’influence de la musique sur le cerveau (contient des entretiens avec des musiciens, chanteurs et chercheurs du CNRS) : les allegros d’Alzheimer et les concertos d’Alzheimer

Ouvrages consultés :
Au cœur de la mémoire / Jacques Ninio
Le cerveau et la musique / Jean-Paul Despins
Les bienfaits de la musique sur le cerveau / Emmanuel Bigand
Les neurones enchantés : le cerveau et la musique / Pierre Boulez, Jean-Pierre Changeux, Philippe Manoury
Comment lire avec les oreilles / Laurent Cohen
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact