Bonjour, nous sommes désolés mais en raison de la promulgation du stade 3 de l'épidémie, nous ne sommes plus en mesure de vous répondre. Nous espérons pouvoir revenir vers vous très prochainement.

Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Covid-19 : pourquoi tant de médiatisation ?

Covid-19 : pourquoi tant de médiatisation ?

par Viince, le 12/03/2020 à 00:33 - 429 visites

Covid-19 : pourquoi tant de médiatisation ? On nous présente ce virus comme une grippe, et pourtant le monde entier panique...
Est-il le fruit d'un travail humain opéré dans le labo P4 de Wuhan ?

Réponse du Guichet du savoir

par gds_db, le 13/03/2020 à 16:16

Bonjour,

Justement non, le coronavirus n'est pas qu'une mauvaise grippe ! Selon les dernières études, le Covid-19 serait plus mortel et ses formes graves peuvent toucher des catégories de patients plus larges. La crise sanitaire secoue mais n’en est encore qu’à ses débuts !

"Au cours des derniers jours, avec l'accélération de l'épidémie, le regard sur le nouveau coronavirus a bien changé. Alors qu'il était qualifié de simple "grippette" par certains il y a encore peu, de nombreuses voix dans la communauté médicale s'alarment aujourd'hui de sa dangerosité.
Dans un article du Parisien daté du jeudi 12 septembre, plusieurs médecins affichent leur inquiétude. "On s'est trompés, il faut arrêter de les comparer, raconte Gilles Pialoux, le chef du service infectiologie de l'hôpital Tenon, à Paris. C'est bien plus grave." [...]
"C'est vrai que plus on est âgé, plus on est fragile, plus on est exposé à des formes graves, mais cela peut aussi arriver à des personnes relativement jeunes qui n'ont pas de pathologies chroniques", a ainsi souligné auprès de l'AFP le numéro deux du ministère français de la Santé, Jérôme Salomon."
source : France 24

Voici quelques extrait de l'article du Parisien en question :
Citer:
"Des médecins alertent sur la dangerosité du Covid-19, y compris sur des populations jeunes et sans pathologie, et jugent inéluctable la nécessité de mettre toute la France en quarantaine. Les médecins changent de ton. Les discours mesurés laissent désormais place à une inquiétude de plus en plus affichée.
Le coronavirus, une bonne grippe ?
« On s'est trompés, il faut arrêter de les comparer, reconnaît aujourd'hui Gilles Pialoux. C'est bien plus grave. » Ce chef du service infectiologie de l'hôpital Tenon, à Paris, voit, au fil des jours, bondir le nombre de malades. « Les patients arrivent de partout, lâche-t-il. On est stressés! »
Alors, certes, il ne veut pas créer la panique. Rappelons que plus de 80 % ont des formes bénignes. « Mais le coronavirus ne joue pas dans la même cour que la grippe, lâche-t-il. Sans faire peur, il faut mettre les gens face à la réalité ».
Qu'elle est-elle ?
Celle d'un virus plus contagieux et mortel. Ça, on le savait, avec 0, 1% de mortalité pour la grippe, 2 à 3% pour le coronavirus. « Bien sûr, ce n'est pas Ebola, précise Gilles Pialoux. Mais les Chinois ont montré qu'un patient peut aller bien et d'un coup, la deuxième semaine, au 8e ou 10e jour, il se retrouve en réanimation. C'est là la difficulté. Le coronavirus est bien plus fourbe. Certains n'ont pas de symptômes tout en étant contagieux. Difficile de boxer contre une menace parfois invisible. Autre inquiétude, cette fois-ci nouvelle, le profil des personnes admises en réanimation est en train d'évoluer. Il y a deux ou trois jours encore, les hommes et les femmes qui arrivaient dans ces services pour des détresses respiratoires étaient surtout des personnes fragiles, âgées, déjà malades. Désormais, ce ne sont plus les seuls. « Il n'est plus rare de voir des jeunes de 30 ou 40 ans, sans pathologie, lâche Gilles Pialoux. C'est la réalité du terrain. Le cercle s'élargit. »
Pour preuve, 86% des patients décédés de la grippe en France entre 2011 et 2019 avaient plus de 75 ans, contre 50 % pour les morts du Covid-19 en Chine. [...]
Les malades sauvés «seront épuisés pendant six mois»
Interrogé, Jean-Michel Constantin, secrétaire général adjoint de la Société française d'anesthésie et de réanimation, avance une hypothèse. « L'explication que j'en ai, c'est que la contamination est telle qu'on finit par avoir également des formes critiques chez des jeunes ». Il précise que le virus n'est pas en train de muter, mais il se répand vite : « C'est ce qui explique que le nombre de personnes en réanimation croît à vive allure ». En Ile-de-France, ils étaient 6 lundi, contre 100 jeudi.
Rappelons évidemment que tous les patients les plus graves hospitalisés dans ces services n'en meurent pas. L'immense majorité, 80%, est sauvée. Auront-ils des séquelles pulmonaires ? « Non, mais ils seront épuisés pendant six mois, précise le médecin. Et ils devront passer par une phase de rééducation à cause d'une atteinte neuromusculaire. »
[...]
Autre problème, les patients du Covid-19 restent, en moyenne, vingt jours en réanimation sous ventilation artificielle. Une période très longue qui ne permet pas à d'autres patients d'occuper les lits. « C'est la mauvaise nouvelle dans la mauvaise nouvelle, admet Gilles Pialoux. Soyons clairs, il faut se préparer au pire. » « Nous ne sommes qu'au début de l'épidémie » a reconnu jeudi le président. Au point que certains médecins tapent désormais du poing sur la table.
Eric Caumes demande des mesures rapides pour éviter un scénario à l'italienne. « Il faut confiner », s'exclame le chef du service des maladies infectieuses de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, à Paris, qui s'emporte « contre l'amateurisme du gouvernement » : « On a toujours un train de retard. Arrêtons de courir après l'épidémie. »
Faut-il jusqu'à aller jusqu'à mettre en quarantaine toute la France?
« Probablement, appuie le médecin. De toute façon, on va y arriver. C'est certain.
»

source : Coronavirus : des médecins admettent que l’épidémie est plus grave que prévu / Elsa Mari - Le parisien - 12 mars 2020

A lire également : « De grâce, écoutez-nous » : des médecins italiens dénoncent la minimisation des dangers du coronavirus / L'Obs - 12 mars 2020


Quelle est l'origine de ce virus ?
Le mystère demeure entier à ce jour. La difficulté d’identifier l'animal à l'origine de ce virus représente l’une des particularités du Covid-1.9 Le Magazine Futura Sciences apporte quelques éléments de précision :

" Face à cette nouvelle maladie, qui n'épargne désormais plus aucun continent habité, les scientifiques sont à pied d'œuvre pour comprendre le coronavirus Sars-CoV-2, l'agent étiologique du Covid-19. Et la question de son origine est loin d'être résolue.
Chauves-souris, serpents, pangolins, plusieurs espèces animales transitant par le marché de Wuhan point de départ de l'épidémie, ont été mises en cause, comme réservoir naturel ou hôte intermédiaire du coronavirus, par les chercheurs.
Mais chaque publication déposée sur Biorvix s'est accompagnée d'une suivante la remettant en cause. Pour rappel, le site Biorvix est un site de prépublication, les travaux référencés n'ont pas suivi le chemin de publication scientifique classique, à savoir une relecture par les pairs où des erreurs de méthodologie ou d'interprétation sont soulevées et ensuite révisées par les auteurs. Un processus long mais qui renforce la valeur des résultats publiés. En revanche, la prépublication, bien qu'ayant ses limites, est fort utile pour communiquer des résultats scientifiques rapidement lors d'une situation qui évolue aussi vite qu'une épidémie.
[...]
Les chauves-souris sont toujours considérées comme la source la plus probable du Sars-CoV-2. Un coronavirus isolé du mammifère volant est le plus proche génétiquement du virus circulant entre humains, 96 % du matériel génétique est commun. Le virus a-t-il pu passer de la chauve-souris à l'Homme sans hôte intermédiaire ?
Les différences entre les fameux « receptor-binding domain » des deux virus suggèrent que le coronavirus de chauve-souris n'a pas pu infecter l'Homme sans hôte intermédiaire, selon les chercheurs.
Mais qui est cet hôte intermédiaire qui échappe aux scientifiques ? Les publications parues sur le sujet soulèvent plus de questions qu'elles n'en résolvent. L'enquête promet encore d'être longue.
source : Coronavirus : le mystère de ses origines animales s'épaissit / Julie Kern - Futura Sciences - 08/03/2020

Pour en savoir plus :
- Coronavirus : pangolin, chauve-souris... le mystère de l’animal hôte demeure / France 24 - 27/02/2020
- Coronavirus : la course pour trouver la source chez les animaux sauvages / Helen Briggs - BBC News - 01/03/2020


Contrairement aux rumeurs que vous avez pu entendre, le Covid-19 n'a pas été créé en laboratoire. Les explications du Pr. Olivier Schwartz dans cette vidéo publiée sur France Culture sont très claires. En voici quelques extraits :

" Le virus a-t-il été créé dans un laboratoire secret à Wuhan ?
Pr. Olivier Schwartz : "Dans la région de Wuhan il n’y a pas de laboratoire secret, il y a un laboratoire dit P4, il y en a en France aussi. P4 ça veut dire un certain niveau de sécurité et par exemple en France ou à Wuhan ces laboratoires servent à manipuler des virus de types Ebola, c’est pour protéger les manipulateurs et la population."

Est-il possible que des scientifiques créent un virus ?
Pr. Olivier Schwartz : "Non la nature le fait très bien. Elle a mis des centaines, voire des milliers, voire des millions d’années à les créer, je pense aux rétrovirus endogènes, par exemple, qui ont même été une forme rudimentaire de vie avant l’apparition de mammifère certainement. En laboratoire on peut faire des essais, mais on ne fera jamais aussi bien que la nature au cours de ces milliers, voire millions d’années."

Est-ce qu’on pourrait savoir si un virus était créé par l’homme ?
Pr. Olivier Schwartz : "Tout à fait. L’analyse de son patrimoine génétique permettrait de comprendre les manipulations s’il y en avaient. On pourrait voir un alignement de séquences ou des mots étranges qui ne viennent pas d’un processus naturel. Mais souvent quand on introduit ce genre de modifications dans un virus, ça a des effets plutôt mauvais pour le virus, tant mieux pour l’homme, le virus est moins capable de se multiplier avec ces additions étrangères dans son propre génome." "

source : Le coronavirus a-t-il été créé en laboratoire ?

Bonne journée.
  • 0 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact