Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > symbolisme acacia

symbolisme acacia

par THOT, le 28/05/2020 à 03:45 - 298 visites

Bonjour à toute l'équipe.
Quel est le symbolisme de l'acacia dans l'histoire et les religions.?
Merci de m'aider, je n'ai aucune possibilité de consulter des écrits.

Réponse du Guichet du savoir

par gds_et, le 29/05/2020 à 16:27

Bonjour,

Voici ce qu’indique le Dictionnaire des symboles, mythes et croyances à propos de l’acacia :

« Du grec akakia
L’immortalité, la puissance, l’initiation

La dureté et la résistance du bois d’acacia lui confèrent des qualités de force, de vigueur et de pérennité, traduisant principalement la victoire de la vie sur la mort. La tradition maçonnique atteste de la valeur particulièrement positive de l’acacia. Selon la légende, trois ouvriers demandèrent à Hiram, constructeur du temple de Jérusalem, de leur livrer ses secrets. Essuyant un refus catégorique, ils décidèrent de l’assassiner et le frappèrent successivement d’un coup de règle, d’un coup d’équerre et d’un coup de marteau. Ils enterrèrent ensuite son cadavre et plantèrent à l’endroit même un acacia. L’arbre est devenu depuis le symbole de la sagesse et de la résurrection, manifesté par la transmission d’une branche d’acacia à chaque nouveau maître. Cette histoire explique l'importance symbolique de l’acacia dans le rituel maçonnique, intervenant dans l’initiation, mais participant également du passage d’un monde à l’autre. Quelques branches d’acacia sont, en effet, déposées dans les tombes des francs-maçons, de même qu’elles ornent leurs avis nécrologiques.
La valeur sacrée de l’acacia est également attestée dans la croyance selon laquelle l’Arche d’Alliance aurait été fabriquée en bois d’acacia. De même, toujours selon la légende, la couronne du Christ aurait contenu des épines d’acacia.
L’acacia était d’ailleurs, dans la culture égyptienne, l’arbre initiatique permettant d’évoluer de l’ignorance vers la connaissance. Certains textes égyptiens évoquent, à ce sujet, la naissance de dieux sous un acacia, en lieu et place d’un sycomore. »

En complément, quelques passages de l’entrée « acacia » dans le Dictionnaire des symboles universels :

« Egypte ancienne
Il existe au Musée Guimet un bâton en bois d’acacia datant de la XVIIIe dynastie égyptienne qui porte l’inscription suivante : [i]A la personne très favorisée du Seigneur des deux mondes, l’Aimé de son maître chaque jour, se conformant à la vérité, excellent par ses mérites exceptionnels, dilaté de cœur, aimé des hommes, Porte-flambeau du Seigneur des deux mondes. (LVL1, p. 26) Le bâton (de commandement, sceptre) est un symbole de pouvoir temporel. L’acacia et le sycomore sont, en dehors des palmiers et des dattiers, les seuls arbres qui poussent à l’état naturel en Egypte. Le bois d’acacia servant à la fabrication de manches d’armes, malgré la difficulté à trouver des branches droites. Ce bâton en acacia était donc précieux à plus d’un titre : symboliquement, physiquement et, par la suite, pour les inscriptions qu’il portait. Le « Seigneur des deux mondes » cité plus haut était le pharaon qui régnait sur la Haute et la Basse-Egypte. […]

Hindouisme
La conquête du feu a été probablement un apport majeur dans l’évolution de l’humanité. En Inde, l’un des premiers instruments permettant de maîtriser le feu, l’arani, était composé d’une planchette de bois d’ « acacia » (shami) et d’un foret de bois de « figuier » (ashvatta). En faisant tourner entre ses mains la tige verticale de figuier sur le morceau de bois d’acacia horizontal, le brahmane qui officiait faisait naître le « dieu du feu », Agni. Selon ce rituel, le figuier était fécondateur et l’acacia matriciel. De l’union des deux genres (masculin et féminin) naissait l’enfant de lumière qui était salué les mains jointes. La main droite, solaire, et la main gauche, lunaire, réunies, évoquaient la nature ignée de la vie.

Principe clef
Dans la nature, le bois est associé à une ligne | (verticalité), symbole de l’élément terre. Comme combustible inflammable, il est associé à l’élément du feu . représenté par un point. L’association de la ligne et du point i évoque un autre symbole, le flambeau. Signe de transmission, le flambeau illustre à la fois la lumière et la pérennité d’un savoir. Il a une valeur initiatique. Bien que cela ne soit pas spécifique à l’acacia, sa réputation d’imputrescibilité rend ce bois particulièrement adapté au symbolisme solaire (lumière, chaleur).


Concernant plus particulièrement le symbolisme dans la franc-maçonnerie :

« L’acacia qu’évoquent les rituels maçonniques n’est pas l’arbre de nos contrées, le robinier ou faux-acacia. Cette essence citée par la Bible se dit en hébreu shithah dont le pluriel est shithim.
Fait intéressant, le mot shith, selon la ponctuation, signifie « fondement » ou « ruine ». Il y a donc une dualité dans le mot comme c’est le cas pour de nombreuxsymboles.
L’acacia avait la réputation d’être imputrescible. Il a donc symbolisé la longévité et l’incorruptibilité et par voie de glissement l’immortalité, la renaissance, la résurrection. C’est le bois de l’Arche d’Alliance ou Arche du Témoignage. »
Source : Dictionnaire des symboles maçonniques / Jean Ferré
(extrait consultable en ligne dans Google Livres)

Vous pouvez également consulter en ligne cet extrait du Dictionnaire universel de la franc-maçonnerie


Bonne journée.
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact