Le Guichet du Savoir - Consulter le sujet - Totoro

Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Totoro

Totoro

par Garett175, le 25/11/2014 à 19:10 - 3411 visites

Bonjour,
J'ai LA question !!!!!!
En plein visionnage du film des studios Ghibli "mon voisin Totoro"
Une question m'est venue !!!!!

TOTORO est il ovipare ??????

Réponse du Guichet du savoir

par gds_et, le 26/11/2014 à 16:33

Bonjour,

Tout d’abord, soyons clairs : Totoro étant une créature inventée par Hayao Miyazaki, et son mode de reproduction (si tant est qu’il en possède un !) n’étant pas évoqué dans le film, il nous est bien entendu impossible de vous donner une "vraie" réponse.

Précisons néanmoins que dans ses films Hayao Myazaki fait souvent référence au shintoïsme. D’après certaines interprétations, Totoro serait donc un Kami, un esprit (ou divinité) vénéré dans cette religion :
Religion originelle du Japon vénérant les forces de la nature, le shintô, la voie du divin, est une croyance animiste et chamaniste qui se fonde sur le respect des kami.
Littéralement, kami signifie « ce qui est au-dessus des hommes » ou « supérieur à la condition humaine », souvent ce terme est traduit par « divinité » ou « esprit ». Ses origines se perdent dans la nuit des temps. Selon les récits mythiques, la déesse Izanami et le dieu Izanagi seraient le couple céleste qui donna naissance à l’archipel. Amaterasu, déesse du soleil, serait l’ancêtre direct de l’empereur lui-même. Au-delà du mythe, le shintô tend à rendre harmonieux les relations des êtres humains avec la nature et les kami.
La tradition en recense « huit cents myriades », autrement dit un nombre infini. Même si des ancêtres ou des héros valeureux des temps passés peuvent après leur mort être considérés comme kami, ce culte archaïque déifie en premier lieu les éléments de la nature. Ces déités, célestes ou terrestres, sont omniprésentes. Ces dernières, gardiennes tutélaires d’un lieu, séjournent sur une montagne, protègent une forêt, se logent sous une cascade, se nichent sous quelque roche…

Source : guidejapon.fr

Les principes du Shintoïsme

La religion est un élément fondamental dans la majorité des oeuvres de Miyazaki, pour ne pas dire toutes. Mais pour un Occidental, le voir ou le comprendre n'est pas une mince affaire.

Tout d'abord, il faut savoir que le shintoïsme est une religion qui n'a ni fondateur, ni de prophète en particulier. On ne saura certainement jamais quand cette religion est arrivée, et cela restera toujours un mystère. Pourtant, en 593, le shintoïsme est déclaré comme la religion officielle de la cour Impériale. Elle a subi de nombreuses influences, comme les religions animistes de l'Afrique Noire ou d'anciennes tribus, le chamanisme, ainsi que le bouddhisme, qui apparu en 522. Selon le Kokiji, le livre sacré religieux, il y aurait plus de 8 000 000 de divinités shinto, autant dire que les croyances sont vraiment multiples et variées (Le Japon est surnommé Shinkoku, et cela signifie "le pays des divinités").
Mais finalement, être shintoïste, c'est quoi?

Le culte du shinto, c'est avant tout croire aux Kami. Les kami sont des esprits qui sont élevés au rang de divinités. Les kamis représentent le lien entre les divinités et les hommes. Mais dans la religion shinto, tout peut être désigné comme kami. Dans le shintoïsme très ancien et plus traditionnel, les japonais vénéraient les créations de la nature, pour leur beauté et leur puissance, tels que les chutes d'eau, les montagnes, les rochers, les animaux, les arbres, ou bien l'herbe. Le shintoïsme est donc basé sur un respect profond de la nature.
Chez Miyazaki, la majorité des kami sont de gros animaux, comme dans Prrinçesse Mononoké avec Moro la déesse louve (le loup étant un animal symbole dans le culte shinto) ou avec les Totoros dans Mon voisin Totoro.

Cependant, les kami peuvent être victimes de malédiction : on appelle cela un Tatari. Cela arrive quand une divinité a commit une faute ou qu'il n'a pas réussit à se contrôler, que l'on appelle un Tsumi. Dans Princesse Mononoké, le tsumi du sanglier Nago est qu'il n'a pas su contrôler sa colère contre la pierre qui lui broyait les entrailles, et son tatari est caractérisé par les vers grouillants qui le ronge de l'intérieur.
Les principes fondamentaux du shintoïsme sont appliqués au travers du respect de la tradition et de la famille. Les naissances et les mariages sont très importants puisque ses évènements renouvellent les générations et conservent ainsi les coutumes religieuses.
L’amour de la nature est aussi très présente dans cette religion : chaque élément naturel est vénéré, il peut contenir un kami en lui. Aimer la nature apporte la protection des kami et les honore.

Si Miyazaki insère des éléments shinto dans ses oeuvres, c'est tout simplement parce qu'il est lui aussi un fervent shintoïste, et que les morales de cette religion lui conviennent, dans la mesure ou la nature est maître de tout.

Les pratiques du shintoïsme et les lieux de culte

Le shintoïsme a une place très importante chez Miyazaki : il est caractérisé par les kamis, les lieux de culte, mais aussi par des pratiques, que l'on peut voir de temps à autre dans ses oeuvres. Petit zoom sur les éléments les plus marquants.

Mon voisin Totoro

Lorsque Mei et Satsuki rentrent de l'école sous la pluie, elles arrivent devant un petit temple bouddhiste où l'on peut voir une statue, que l'on retrouvera plus tard, lorsque Mei se perd. Cette figure est en fait Jizo, un des quatre bodhisattvas, un disciple de Boudha, particulièrement vénéré au Japon. C'est un dieu très protecteur, qui peut assurer une longue vie aux fidèles ou faciliter les accouchements. Il protège également les enfants qui viennent de mourir. On l'associe donc très souvent au monde des enfants. Si on place les statuettes de Jizô, c'est parce que les lieux où elles sont exposées attirent particulièrement les fantômes et autres démons.
Cette statue est donc un symbole shinto qui protège la petite fille, même quand elle est perdue.
Plus tard, le père emmène les deux fillettes près d'un camphrier géant qui n'est autre que le domaine de Totoro, le dieu de la forêt. Avant de s'y rendre, ils doivent passer sous un torii, une sorte d'arche qui annonce l'entrée d'un espace sacré. Il sépare donc le monde réel et le monde spirituel. Généralement, le torii signale l'entrée d'un temple. Le spectateur sait déjà qu'il va atterir dans un endroit sacré.
Puis, nous découvrons enfin l'Arbre sacré, vu de près. Sa hauteur parait infinie et le regard du spectateur est aussitôt happé vers le ciel, et les notes aiguës du thème musical qui accompagne cette scène va aussi dans ce sens et nous porte à regarder vers le haut.

L'Arbre est donc un sanctuaire naturel, symbolisé par un shimenawa, la grosse cordelette que nous pouvons apercevoir directement sur le tronc de l'arbre. Cette corde est constituée de grosses torsades de paille de riz tressées, qui délimite donc un endroit sacré.
Plus tard, les deux enfants attendront le bus, elles passeront près d'un sancutaire où l'on peut voir une figure d'un petit renard, que l'on appelle un kistune. Cette statue représente la divinité Inari, déesse des champs, et donc de la culture, des fonderies, du commerce, mais c'est aussi la gardienne des maisons. Cette divinité est très populaire au Japon.
[…]

Un bestiaire très riche

L'univers de Miyazaki, c'est avant tout des animaux, des divinités, des monstres étranges et mystérieux qui fascinent le spectateur par leur forme, leur couleur et leur origininalité. Retour sur le bestiaire légendaire et merveilleux des oeuvres les plus connues du génie japonais.

[…]Le kami le plus important dans Mon Voisin Totoro est certainement le Totoro géant. En réalité, ils sont trois : le grand Totoro (O-Totoro), le moyen (représenté ici en bleu, Chu Totoro) et le petit (représenté ici en blanc, Chibi-Totoro), mais le plus important reste le grand car c'est seulement lui qui se fera baptisé "Totoro" par la petite Mei. Ce dieu est le dieu de la forêt. Il ressemble à une sorte de raton laveur croisé avec un hibou qu'on aurait quadruplé de volume. Ce dieu est doux et inoffensif, et c'est certainement le seul dieu de Miyazaki qui ne montre pas son mauvais côté. Seule une âme pure d'enfant peut le voir. Comme le Chat-Bus qui voyage à travers le paysage vers la fin du film, il est invisible aux yeux des adultes qui sont trop rationnels pour l'apercevoir. Totoro est donc le symbole de l'enfance et de l'âme d'enfant qu'il faut conserver, même étant adulte. Totoro est certainement LE personnage le plus connu chez Miyazaki, puisqu'il est devenu l'emblême du studio et que le générique du film est une comptine que les petits japonais apprenent généralement en class de maternelle.
Le Chat Bus est en réalité une métaphore de la nature puisqu'il souffle et représente le vent. On peut donc en déduire que lui aussi est un kami.
On peut aussi remarquer la différence avec le chat du Cheshire d'Alice aux pays des merveilleux de Lewis Carol.

Source : La spiritualité, Hayao Miyazaki : Représentation de la civilisation Japonaise ?, TPE réalisé par Mathilde Colleter et Léo Thune, lycée Jean Prévost 2009/2010


Totoro serait donc un esprit de la forêt, doux et pacifique, associé à l’innocence et à l’enfance :

Les Totoros

Les Totoros sont des esprits de la forêt. Totoro est le nom « générique » de la race des créatures du film bien qu'on l'utilise en général pour désigner le grand Totoro.
Dans le film, on distingue trois tailles de Totoros : le grand (Chô Totoro), le moyen (Chû Totoro) et le petit Totoro (Chibi Totoro). Le plus gros, de couleur grise, avoisine les 2 mètres de haut, le moyen, de couleur bleue, environ 60 cm, et plus petit, de couleur blanche, 30 cm. Outre leur différence de taille et de couleur, le nombre de tâches sur la poitrine peut également varier : 9 pour le grand, 3 pour le moyen et aucune pour le petit.
Installés dans la région bien avant les êtres humains (selon Hayao Miyazaki, le plus gros est âgée de 3 000 ans), les Totoros ressemblent à un croisement de raton laveur et de hibou. Ils vivent secrètement dans la forêt, se nourrissant de glands. De nature très sensible, ils aiment le calme et la tranquillité. Sous les racines du camphrier qui domine la forêt, ils habitent une immense grotte tapissée de mousse et d'espèces végétales aujourd'hui disparues. C'est dans cette demeure que le grand Totoro dort la journée tandis que le petit et le moyen Totoro ramassent des glands et les mettent dans de grands pots. Selon Miyazaki, «Totoro a appris la poterie de l'ère Jômon (-10 000 à -300 avant J.-C.) des mains même des habitants de cette époque». Outre dormir et récolter les glands, leur seule autre activité semble être de jouer de l'ocarina au clair de lune, perché sur la plus haute branche du camphrier.
Malgré des pattes pourvues de longues griffes, ce sont des esprits pacifiques et inoffensifs, que seule l'innocence des enfants permet encore de rencontrer. Aussi le petit Totoro semble surpris de constater que Mei puisse le voir lorsqu'il passe devant elle dans le jardin. Il ne semble d'ailleurs pas pouvoir garder son invisibilité longtemps devant elle, comme si il perdait ses pouvoirs face au jeune âge de Mei. Cette explication se confirme lorsque Grand-Mère explique, un peu plus tôt dans le film, quelle aussi voyait toutes sortes de phénomènes étranges lorsqu'elle était plus jeune.
Au début du film, Totoro ne s'intéresse pas au monde des humains et ne prête pas attention aux deux fillettes. Mais il est séduit par le parapluie que Satsuki lui prête, à cause du bruit que font les gouttes de pluie à son contact. En échange du parapluie, issu du monde des humains, il offre des graines magiques, issues de son univers. Attendri par la patience qu'on les deux fillettes pour essayer de faire pousser les graines, l'esprit de la forêt les aidera à les faire sortir de terre puis les invitera à partager ses jeux nocturnes. Vers la fin du film, sensible à la détresse de Satsuki, Totoro fera appel au Chat-Bus pour retrouver Mei et mettre ainsi un terme à la crise familial que traverse les deux sœurs.

Source : Mon voisin Totoro : Personnages, buta-connection.net


Toutefois, cette interprétation est quelque peu mise à mal par les propos d’Hayao Miyazaki lui-même, qui aurait déclaré que Totoro n’est pas un esprit, seulement un animal. Je crois qu’il vit de glands. On suppose qu’il est le gardien de la forêt, mais c’est une idée « boîteuse », une approximation.
(Watsuki, Nobuhiro (2005). The Art of My Neighbor Totoro: A Film by Hayao Miyazaki)
(source : Wikipedia)

Si Totoro est un « simple » animal, alors il doit avoir un système de reproduction. Quant à savoir lequel, nous supposons que tout dépend du type d’animal auquel vous choisissez de l’apparenter : si vous le voyez plutôt comme un gros hibou, vous pouvez considérer qu’il est ovipare. Si vous le voyez plutôt comme un ours ou un raton laveur, il s’agirait plutôt d’un vivipare… A vous de faire fonctionner votre imagination !
Image
Source : arte.tv

Enfin on peut noter qu’un onychophore découvert au Viêt-Nam en 2009 fut baptisé « Totoro » en référence au Chat Bus de Mon Voisin Totoro : Eoperipatus totoro, qui, dans le cas où vous vous poseriez la question, semble être ovovivipare (les œufs incubent et éclosent dans le ventre de la mère, sans relation nutritive avec celle-ci). Seuls trois spécimens d’Eoperipatus totoro ont été trouvés pour l’instant…

Image
Image
Source : wired.com


Pour aller plus loin :

- Fiche pédagogique « Mon voisin Totoro », Dossier réalisé par Didier Lutz, CPD Arts visuels Allier, Avril 2012
- Mon voisin Totoro, odysseeducinema.fr
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact