Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > centrale nucléaire

centrale nucléaire

par belleisa, le 20/03/2011 à 08:40 - 1830 visites

Bonjour
Pourriez-me dire :
- quel est l'homme politique qui a lancé en France le programme des centrales nucléaires ?
- A quelle époque ?
- Est-ce qu'il y avait des opposants ?
- est-ce que la recherche sur les autres énergies existait ?
- Si oui pourquoi avoir choisi le nucléaire ?
Depuis la catastrophe au Japon et la remémoration de celle de Tchernobyl, il y a beaucoup de questions que l'on se pose.
Merci de vos éclaircissements.
Bien sincèrement
Isabelle

Réponse du Guichet du savoir

par gds_db, le 21/03/2011 à 15:52

Réponse du service Guichet du Savoir

Bonjour,

Tout d'abord, un petit point d'histoire :

L'arme nucléaire en France
En 1945, le général de Gaulle crée le Commissariat à l'Energie Atomique (CEA) pour mettre au point la bombe atomique française. Le premier essai nucléaire eut lieu en 1961, dans le désert algérien. 210 essais suivront : jusqu'en 1966, dans le Sahara, puis en Polynésie française (sur les atolls de Fangataufa et Mururoa).
Un moratoire avait été décidé par le président François Mitterrand en 1991. Mais il fut rompu par son successeur, Jacques Chirac, qui reprit en 1995 les essais nucléaires dans le Pacifique. Il s'agissait officiellement de réaliser une ultime campagne d'essais avant de passer à un programme de simulation. Le dernier essai eut lieu en janvier 1996. En septembre de la même année, la France signait le Traité d'interdiction complète des essais nucléaires. Depuis cette date, elle n'a plus jamais effectué d'essais nucléaires.

La nucléarisation de la France
Les premiers réacteurs nucléaires apparaissent en France à la fin des années 50. Mais c'est au début des années 70, dans le contexte du premier choc pétrolier, qu'un programme de grande ampleur est lancé. C'est le « plan Messmer ». Il veut généraliser le recours à l'énergie nucléaire en France et prévoit la construction de trois réacteurs par an. Ce programme a fait de la France le pays le plus nucléarisé au monde.
Aujourd'hui, on compte 58 réacteurs sur le territoire français. Tous sont des réacteurs de deuxième génération (réacteurs à eau pressurisée). Mais des réacteurs dits de troisième génération (de type EPR) devraient faire prochainement leur apparition. L'un est en construction à Flamanville (près de Cherbourg). Un autre est en projet à Penly (près de Dieppe). L'annonce de ce second réacteur EPR a été faite par le président Nicolas Sarkozy en janvier 2009. La mise en service est programmée pour 2017.
Dans le même temps, dix réacteurs sont en démantèlement, notamment celui de Superphénix à Creys-Malville. Abandonné à la fin des années 90, il s'agissait d'un réacteur à neutrons rapides. Un autre réacteur de ce type (Phénix, à Marcoule) doit être fermé en 2009.

source : Greenpeace

Voir aussi :
- L’aventure nucléaire en France : grande et petites histoires / Revue des Ingénieurs - Mars/Avril 2008

Sur le CEA :
- Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives sur Wikipedia
- Au coeur de la matière : 50 ans de recherches au CEA de Saclay / Véronique Lefebvre
- Les moyens de la puissance : les activités militaires du CEA (1945-2000) / Jean-Damien Pô

Le site www.dissident-media.org explique que sous couvert de recherche scientifique visant à développer des applications civiles du nucléaire, ce sont en réalité des recherches militaires avec pour objectif la création de bombes nucléaires qui étaient programmées.

- Jean-Claude Allain, « Histoire secrète de la bombe atomique française », La revue pour l’histoire du CNRS, 8 | 2003
Cet ouvrage présente l'histoire de l'accession de la France à l'arme nucléaire :
La problématique de l'ouvrage s'articule autour de la relation, dans le domaine sensible de la défense, entre le milieu scientifique et l'autorité politique qui n'ont pas nécessairement la même approche, ni des vues convergentes, surtout quand le pouvoir politique traverse une phase critique (1940-1944) ou s'exerce difficilement (1947-1958). L'objectif scientifique des savants est la découverte, mais aussi sa valorisation dans leur milieu national et international, d'où le dépôt de brevets, comme le dit F. Joliot en 1939 (et dont la rocambolesque histoire nous est ici contée), une publicité qui s'accorde mal avec le « secret défense ».


Votre question fait probablement allusion au "plan Messmer".
Un mouvement contestataire s'est effectivement dressé contre ce programme nucléaire :

- Sezin Topçu , « Les physiciens dans le mouvement antinucléaire : entre science, expertise et politique », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique, 102 | 2007
Cet article analyse la mobilisation d’une partie du milieu physicien contre le programme électronucléaire français lancé en mars 1974. Centrant l’enquête sur l’Appel des 400, la pétition de masse des scientifiques opposés au programme nucléaire et sur le Groupement des Scientifiques pour l’Information sur l’Énergie Nucléaire (GSIEN), groupement créé par des physiciens à l’origine de cette mobilisation, il analyse les conditions de l’émergence de la critique du nucléaire civil à l’intérieur du monde de la physique. Il rend compte des apports ainsi que des limites de la critique scientifique dans l’orientation des décisions techno-politiques. L’auteur soutient que la mobilisation puis la démobilisation rapide du milieu physicien est due, entre autres, à la difficulté à laquelle ce milieu est confronté dans l’articulation de l’activité scientifique et de l’action politique. Cette contribution propose aussi de revisiter la notion de « légitimité », perçue en général comme une catégorie chère à la science, dans un contexte où une division forte entre science et expertise s’impose.

- Nucléaire : l’exception française ? entretien avec Bernard Laponche

- 40 ans de luttes anti-nucléaires - article de l'Express / par Matthieu Deprieck, publié le 16/03/2011.

- Mouvement antinucléaire : article de Wikipedia

- Le mouvement antinucléaire en Europe article de l'Encyclopédie du développement durable, écrit par Emmanuel Rivat, Doctorant en sciences politiques à Science Po Bordeaux et l’Université d’Amsterdam.
version pdf

- Histoire lacunaire de l'opposition à l'énergie nucléaire en France / textes choisis et présentés par l'Association contre le nucléaire et son monde.

... autres ouvrages sur les Mouvements anti-nucléaires

Quelques ouvrages datant des années 1970 :

- Commentaires antinucléaires de Jean Pignero non scientifique militant; ill. de Françoise Vairel ; ed. Association de Protection contre les rayonnements ionisants

Sur le choix du nucléaire :
- La politique énergétique française et l'option nucléaire / Guy de Carmoy - Etudes 1977/5 (Tome 346)
- Alternatives au nucléaire : réflexions sur les choix énergétiques de la France / Rapport préliminaire préparé par des chercheurs de l'Institut Economique et Juridique de l'Energie de Grenoble - 1975
- Chronique d'une lutte : le combat antinucléaire à Flamanville et dans la Hague de Didier Anger - 1977
- La Cinquième énergie : l'enjeu énergétique français / Claude Roset - 1976
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact