Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Actualités > La Biennale d'art contemporain : une terrible beauté est née > "Beauté nostalgique"

"Beauté nostalgique"

par bonom, le 19/04/2006 à 12:03 - 829 visites

Bonjour,

J'aimerais connaître les études existant en la matière de "beauté nostalgique" des choses. Je m'explique.

A la vue d'une calèche, l'émotion qui nous envahit est généralement liée à une certaine beauté de ce moyen de locomotion. De même pour les vieilles voitures. A l'époque de ces engins, rien n'était plus banal. De nos jours, une voiture classique actuelle (comme une Renault 19 par exemple) ne nous touche pas. Il est probable que, dans 100 ans, la vue d'une R19, symbole entre autres des années 90, touche.
De même pour de très nombreux sujets.

J'aimerais donc savoir s'il existe des articles qui tentent de comprendre pourquoi cette attirance incontrôlable pour le passé (voire qui étudient l'incontrôlabilité de cette attirance, peut-être non évidente).

Merci par avance !

Cordialement,
CP

Réponse du Guichet du savoir

par bml_civ, le 22/04/2006 à 11:28

Réponse du département Civilisation

« Seules les traces font rêver »
René Char

Permettez-nous de contester un point de votre présentation.
Les calèches, les vieilles voitures, rien n’était plus banal, dites-vous, à l’époque de ces engins.
Vous semblez mettre de côté le fait, qu’au contraire, à leur époque, ces objets étaient rares, chers et dénotaient donc un certain statut social, une distinction.

Les objets du monde, les objets manufacturés ne sont pas perçus uniquement du point de vue de leurs caractéristiques physiques. Ils sont pris dans un réseau de significations comme l’ont montré, par exemple, Roland Barthes ou Jean Baudrillard.

Pour une introduction à ces questions, vous pouvez consulter ce site sur la notion d’objet

On peut donc distinguer deux axes principaux :

- l’un social qui fait de la rareté de l’objet du passé un critère de valeur, de beauté. L’objet servant de support à la reconstruction d’un passé mythique.
Et puisque vous évoquez principalement la question de l’automobile, vous pouvez vous reporter à Pleins phares sur l’automobile ainsi qu’à l’article de Roland Barthes Mythologie de l’automobile.

Le site suivant vous donnera de bonnes approches de ce que peut représenter la trace.

- l’autre philosophique et/ou psychologique, qui a à voir avec les questions d’identité et de conscience de soi du sujet.
« On ne compte plus les amateurs qui ont rêvé de posséder enfin la voiture qui roule encore dans leur souvenirs émerveillés, celle du médecin de famille, du laitier qui passait tous les jours, du notaire du village, et plus encore celle d’un parent, proche ou lointain, père mais aussi grand-père ou grand-oncle. (…)
« La voiture est belle parce qu’on peut y projeter et y retrouver sa propre histoire. Elle est le lieu où l’on dépose ses souvenirs et plus encore le moyen de les évoquer. Sa valeur tient ainsi à sa puissance d’évocation, à sa capacité à ranimer le passé. Elle est belle parce qu’elle parle du passé, d’un passé personnel, minuscule. »

in « De l’épave au chef-d’œuvre : l’auto biographique » de Véronique Moulinié in Le goût des belles choses.-

Les objets du passé jouent ainsi le rôle de « monuments » commémoratifs, fragments et points d’accroche pour faire ressurgir le passé et donc éprouver sa propre continuité malgré l’écoulement du temps, ce qui renvoie aussi à la question du fonctionnement de la mémoire.
Sur ces questions vous pouvez lire aussi :
L’irréversible et la nostalgie
Comment l’esprit vient aux objets.
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact