Guichet Du Savoir
http://www.guichetdusavoir.org/

Le Mouvement républicain et citoyen (MRC)
http://www.guichetdusavoir.org/viewtopic.php?f=231&t=45878
Page 1 sur 1

149707 [ 24/02/2012 à 19:37 ]

1) quel est le slogan du candidat ?
2) quels est son programmes politique (5 exemples) ?
3) Comment a été désigné le candidat (Primaire ? Autre mode de désignation ?... ) ?
3) quels est la date de création de ce parti ?
4) Quel est la place du parti sur le plan politique (gauche, droite....) ?
5) Quels sont les actions du Le Mouvement républicain et citoyen récentes ou plus anciennes (ex : ont présenté une loi importante ...)
6) Est-ce que ce parti a une expérience gouvernementale ou pas ?
7) Est-ce un parti important ou minoritaire ?
8) Quels est son influence dans la société ?
9) Quel est le nombre d'adhérents ?
10) Quels est le ^rôle du candidat et du parti ?
11) Quels est leur chance de remporter les élections ?

Réponse attendue le 28/02/2012 - 19:02


gds_alc [ 25/02/2012 à 11:13 ]

Bonjour,

A partir de notre réponse que nous vous avons apportée sur l’UMP, vous trouverez des suggestions de lecture vous permettant de répondre à toutes vos questions.

Parallèlement la présentation du Mouvement républicain et citoyen sur election-france.com répond quasiment à chacune de vos questions :

Longtemps membre du Parti Socialiste, où il animait un courant républicain – le CERES – Jean-Pierre Chevènement a pour principal trait de caractère d’être un « esprit libre ». Républicain et souverainiste, il n’a jamais supporté le ralliement du PS au Traité de Maastricht (approuvé par voie référendaire en 1992). C’est ce qui l’a conduit à la tête d’une liste baptisée « l’Autre politique »aux élections européennes de 1994. Tout en regroupant des personnalités issues de différents partis de gauche et malgré son échec relatif (2,54% des suffrages), cette candidature a été le « moment fondateur » du Mouvement Des Citoyens (MDC), créé un an auparavant. Un temps Ministre de l’intérieur de Lionel Jospin, Jean-Pierre Chevènement démissionnera toutefois du gouvernement de gauche plurielle, pour s’opposer au projet de statut d’autonomie de la Corse. Soutenu par un « Pôle républicain », regroupant des républicains de tous bords (socialistes, gaullistes, communistes, radicaux ou souverainistes), Jean-Pierre Chevènement se lance alors dans la bataille des élections présidentielles de 2002. Il obtiendra 5,33% des voix, mais si le score est honorable, ce « Pôle » ne résiste pas longtemps à son échec cuisant aux législatives. Présents dans de nombreuses circonscriptions, tous les candidats du Pôle Républicain sont battus.

Les éphémères alliés de la campagne présidentielle prenant très rapidement leurs distances, le parti décide d’une refondation, et devient le Mouvement Républicain et Citoyen – MRC). Confirmée autour de l’ancien Ministre George Sarre, la stratégie du MRC entend « promouvoir l’indépendance de la Nation, face à la mondialisation financière, contraire aux besoins de l’humanité et aux équilibres de notre planète ». Concrètement, le Parti bataillera en faveur du « non » au Traité établissant une Constitution pour l’Europe de mai 2005. Mais en dehors des apparitions de celui qui en est désormais président d’honneur, le MRC semble aujourd’hui exsangue et l’hémorragie des adhérents est persistante. Jamais à court d’idées, Jean-Pierre Chevènement entend bien, pourtant, peser sur l’élection présidentielle de 2007 : si les militants du Parti Socialiste venaient à désigner, pour porter leur couleur, « un candidat n’ayant pas fait campagne pour le non à l’Europe », Jean-Pierre Chevènement laisse entendre qu’il pourrait se présenter à nouveau

Pour compléter, nous vous invitons dans un premier temps à lire l’article publié sur
Wikipedia qui explique que le Mouvement républicain et citoyen (MRC) est un parti politique français fondé en 2003, qui prend la suite du Mouvement des citoyens et avant lui du Centre d'études, de recherches et d'éducation socialiste. Il faisait partie du Pôle républicain, du temps où celui-ci existait.

Leur poids dans les élections présidentielles
Les instances du MRC ont décidé à 84 % le 10 décembre 2006 de ne pas présenter la candidature de Jean-Pierre Chevènement et soutenir Ségolène Royal dès le premier tour. L’accord électoral prévoit que 10 circonscriptions sont réservées à des candidats MRC, qui sont également soutenus par le PS et que six places de suppléants de candidats socialistes sont réservées au MRC. Dans une soixantaine de circonscriptions, le MRC a présenté ses propres candidats à côté des candidats présentés ou soutenus par le PS (40). Il obtient finalement un seul siège, celui de Christian Hutin dans le Nord qui s'inscrit au groupe Socialiste, radical, citoyen.
(…)
Le site du MRC publie un communiqué de presse de Jean-Luc Laurent , président du Mouvement Républicain et Citoyen, mercredi 1er février 2012 mentionnant que Jean-Pierre Chevènement vient dans une déclaration de retirer sa candidature à l'élection présidentielle et indiquera au moment qu'il choisira, le candidat auquel il apportera son soutien. Cette décision qui relève du candidat et de lui seul, engage le Mouvement Républicain et Citoyen.

Pour vous documenter sur tous les partis politiques (logos, slogans etc.), nous vous invitons à naviguer sur le site france-politique.fr.

Réponse attendue le 29/02/2012 - 11:02


149707 [ 26/02/2012 à 10:33 ]

1) quel est le slogan du candidat ?
2) quels est son programmes politique (5 exemples) ?
3) Comment a été désigné le candidat (Primaire ? Autre mode de désignation ?... ) ?
3) quels est la date de création de ce parti ?
4) Quel est la place du parti sur le plan politique (gauche, droite....) ?
5) Quels sont les actions du Le Mouvement républicain et citoyen récentes ou plus anciennes (ex : ont présenté une loi importante ...)
6) Est-ce que ce parti a une expérience gouvernementale ou pas ?
7) Est-ce un parti important ou minoritaire ?
8) Quels est son influence dans la société ?
9) Quel est le nombre d'adhérents ?
10) Quels est le ^rôle du candidat et du parti ?
11) Quels est leur chance de remporter les élections ?


Excusez-moi de reposer la même question mais serait-ce possible que vous répondiez avec les numéro des questions (ex: 1) réponse ) car je ne sais plus trop a quel réponse correspond sa question. Je suis professeur d'éducation civique et je fais un cours sur les parti politiques. Chacun des élèves doit présenter un parti et répondre a ces questions et je ne connais pas le MRC.

Merci de votre compréhension

Réponse attendue le 01/03/2012 - 10:03


gds_db [ 27/02/2012 à 13:34 ]

Bonjour,

Comme indiqué en page d'accueil de notre service dans la rubrique "Comment ça marche ?", nous n'effectuons pas les travaux scolaires à la place des étudiants et encore moins à la place de leurs professeurs :wacko: !

Les sites que nous vous avons proposés lors de notre précédente réponse permettaient de répondre à l'ensemble de vos questions. A vous d'effectuer un minimum de travail de synthèse et de rédaction.

Réponse attendue le 01/03/2012 - 13:03


A10A10 [ 01/03/2012 à 19:17 ]

Bonjour,
En effet, j'ai un exposé sur le mouvement républicain et citoyen à rendre et les informations internet/CDI n'étant pas suffisantes, j'ai plusieurs questions à vous poser :

1) Quel(s) est(sont) le(s) slogan(s) du MRC ?
2) Quelles sont les grandes réformes emblématiques du MRC
3) Quel est le profil socio démographique de l'électorat ( Sexe, Age CSP)
Merci de votre compréhension.

Réponse attendue le 05/03/2012 - 19:03


gds_alc [ 02/03/2012 à 11:46 ]

Bonjour,

Difficile de se faire passer pour un enseignant en éducation civique lorsque l'on ne comprend pas les rouages des partis politiques !!

De quel slogan parlez-vous ? De celui pressenti pour les élections présidentielles 2012, sachant que Jean-Pierre Chevènement s’est désormais retiré de la course à l’Elysée et qu’il avait dans ce début de campagne proposé de « faire bouger les lignes » ?

Les slogans au sein même d’un parti politique peuvent différer selon qu’il s’agit d’une élection locale ou nationale.

Par exemple, la MRC du Haut-Saint-François avait adopté un tout nouveau slogan ainsi qu'un logo différent. "Engagée vers l'avenir" devient ainsi le slogan qui se retrouvera sous le nouveau logo constitué d'un arbre, d'une rivière et d'une montagne, trois éléments qui décrivent bien le territoire du Haut-Saint-François.

De même, en 2007, Nathalie Audegond et Laurence Brevart « Ticket chic, ticket choc » ou encore lors du désistement de Jean-Pierre Chevènement au profit de Ségolène Royale, les membres du MRC clament alors « Dans le val D’Oise, avec Jean-Pierre Chevènement, la République, c'est Royal » .
Sources : « Le MRC affirme sa légitimité dans la 9e circonscription », par Béthune Brua, pubié dans La Voix du Nord, samedi 19 mai 2007 ; « Les chevènementistes veulent jouer un rôle aux élections », Le Parisien, Vendredi 19 janvier 2007.

Donc si vous souhaitez connaître tous les slogans il faudra vous déplacer à la Bibliothèque municipale de Lyon et effectuer des recherches à partir de la base de données Europresse.

Dans un article du Figaro, Pierre Giacometti, directeur général d''Ipsos, analyse les enseignements de la pré-campagne présidentielle. Première partie, l''examen des raisons et des limites de la percée de Jean-Pierre Chevènement dans les enquêtes d''intentions de vote.

Le cumul des enquêtes d'intentions de vote réalisées par Ipsos en octobre et novembre, comme l'atteste le tableau, permet d'approcher avec précision le profil des Français qui déclarent avoir l'intention de voter au premier tour pour le député-maire de Belfort. La première caractéristique réside bien dans son exceptionnelle diversité politique. Pour atteindre en moyenne 11% des intentions de vote, Jean-Pierre Chevènement recrute son soutien sur l'ensemble du spectre électoral. Il attire ainsi 15% des sympathisants socialistes, 8% de l'électorat Vert, et capte une très petite partie des Français proches du parti communiste (6%) ou de l'extrême gauche (3%). Parallèlement, il parvient à séduire également à droite. Chevènement mord sur 23% de sympathisants désorientés du RPF, sur une frange non négligeable de ceux de DL (13%) et de l'UDF (10%), et à un moindre degré plus sur l'électorat RPR (7%). Cette capacité d'attraction momentanée explique aussi pour partie les difficultés de François Bayrou et d'Alain Madelin. Ces électeurs-là sont aujourd'hui peu soucieux du passé politique de Jean-Pierre Chevènement, acteur du congrès d'Epinay qui officialisera la création du PS en 1971. Il a pour l'instant gagné la bataille de la troisième voie, celle qui veut renvoyer dos-à-dos le président de la République et le Premier ministre.
Si l'on y ajoute les intentions de vote de 6% des proches du FN et du MNR et les 16% des électeurs dépourvus de toute sympathie partisane, on constate que Chevènement est aujourd'hui le seul, avec Chirac et Jospin, à recruter sur l'intégralité du spectre politiqu

La largeur et l'éclectisme du spectre électoral contraste toutefois avec le profil sociodémographique, très marqué, de ses soutiens. Son électorat potentiel est pour l'instant plutôt masculin, âgé et aisé. Il ressemble aux contours traditionnels d'un électorat de droite " bon teint ". La variable générationnelle, particulièrement nette - 70% de ses électeurs ont plus de 45 ans - coïncide en effet avec une structure droitière des profils socioprofessionnels. Chevènement enregistre ses meilleurs scores auprès des artisans, commerçants et chefs d'entreprise (16% d'intention de vote) et chez les cadres supérieurs (16% également). Parmi ces cadres supérieurs, on note la sur-représentation des professeurs, ingénieurs et des cadres de la fonction publique. Parallèlement, il est davantage soutenu dans les foyers disposant de hauts revenus et parmi les classes moyennes aisées qu'au sein des milieux sociaux populaires ou modestes. A travers ce marquage sociologique, il y a le signe d'un auditoire plus " civique " que la moyenne, votant plus souvent, s'informant régulièrement, continuant à s'intéresser à la politique et à la chose publique. Il en souligne aussi la limite. La faiblesse de sa capacité d'attraction chez les moins de 35 ans reste à terme un handicap, s'il prétend progresser encore.

Plus significatif peut-être, le peu d'écho rencontré au sein des milieux populaires. Le discours peine aujourd'hui à retenir l'attention de milieux sociaux dont l'intérêt pour les débats politiques de fond décroît et qui trouveront dans des figures plus contestataires une expression conforme à leurs attentes. Cette faiblesse contraste avec la forte capacité d'attraction dont pourrait par exemple une nouvelle fois profiter Jean-Marie Le Pen au sein de catégories sociales encore marquées par la crise et les difficultés économiques et sociales
.
Source : ipsos.fr.

Quant à votre dernière interrogation, vous trouverez toutes ces informations sur les sites que nous vous avons déjà mentionnés … à vous de travailler, non ?

En complément :

* sondages-en-France.fr
* chevenement2012
* sondages-election.com
* mrc-France.org
et puisque ce sujet vous passionne nous ne pouvons que vous suggérer de consulter les ouvrages écrits par Jean-Pierre Chevènement.

Réponse attendue le 06/03/2012 - 11:03