Guichet Du Savoir
http://www.guichetdusavoir.org/

L'esprit de l'escalier, deuxième marche
http://www.guichetdusavoir.org/viewtopic.php?f=233&t=46026
Page 1 sur 1

Fromon [ 11/03/2012 à 14:35 ]

Plusieurs fois, j'ai entendu dire que Rousseau avouait (dans... Les Confessions, peut-être) avoir "l'esprit de l'escalier ou "l'esprit d'escalier". J'ai recherche dans le livre Les Confessions, puis sur Gallica, en vain. Sauriez-vous me dégotter cette citations souvent évoquée, mais que je n'ai trouvée reproduite nulle part. Merci pour vos recherches dont je suis toujours satisfait.

Réponse attendue le 15/03/2012 - 14:03


Fromon [ 11/03/2012 à 14:53 ]

Ayant... comme Rousseau l'esprit de l'escalier, je poursuis ma question précédente, ou plutôt en ajoute une autre. Ayant lu voilà pas mal d'années (le magnifique) Enfance de Nathalie Sarraute, je me souviens très bien qu'elle y évoque son esprit de l'escalier. J'ai repris le livre en mains, mais me suis trouvé infichu de retrouver la phrase, le passage, la page ("Blanche" Gallimard ou OEuvres complètes "La Pléiade" Gallimard). Serez-vous plus malins que moi ? ,je n'en doute pas ! Merci d'avance pour pour votre réponse, ayant toujours été satisfait et admiratif des précédentes, chapeau bas !

Réponse attendue le 15/03/2012 - 14:03


bml_litt [ 14/03/2012 à 10:34 ]

Bonjour,

Esprit de l’escalier es-tu là ?

Il ne nous répondra car il n’a pas de repartie, comme nous le dit avec humour Langue sauce piquante, le blog des correcteurs du journal Le Monde
Ce blog nous éclaire précisément sur votre question : « Si Rousseau a bien parlé dans Les confessions de cet esprit-là, il ne l’a pas nommé ainsi. Diderot a, lui, bien décrit la chose, mais sans employer le mot « esprit », dans le Paradoxe sur le comédien (1778) : « …l’homme sensible comme moi, tout entier à ce qu’on lui objecte, perd la tête et ne se retrouve qu’au bas de l’escalier ».
La première attestation écrite l’est, en français, dans un ouvrage anglais de 1839, The Newark Bee , qui l’attribue au Tour of a German Prince , traduction des carnets de voyage du prince Pückler-Muskau, publiés en allemand en 1830-1831.
Cela signifie qu’en allemand — les dictionnaires étymologiques de cette langue l’attestent — l’expression française exacte « avoir l’esprit de l’escalier « était déjà connue avant 1830. Impossible cependant de retrouver une trace écrite en français de cette expression avant cette date. Peut-être apparut-elle dans une critique littéraire de l’ouvrage de Diderot et se répandit-elle alors dans le langage courant."
Il est donc clair que ROUSSEAU n’a pas pu utiliser cette expression.
Selon le Grand Robert de la Langue Française « Avoir l’esprit de l’escalier, l’esprit d’escalier » signifie avoir un esprit de repartie qui se manifeste à retardement, trop tard.

WIKIPEDIA dans sa propre définition de cette expression, cite Jean-Jacques ROUSSEAU qui se reconnaît comme affligé au plus haut point de l’esprit de l’escalier, s’étend longuement, dans ses Confessions sur toutes les bévues, les bafouillages qu’il a commis en société, et qui ont grandement contribué à faire de lui le misanthrope qu’il devint. Il a dit de lui-même qu’il ferait « une fort jolie conversation par la poste2 ».
Ainsi, par exemple, dans le livre III desConfessions il écrit « Deux choses presque inalliables s’unissent en moi sans que j’en puisse concevoir la manière : un tempérament très ardent, des passions vives, impétueuses, et idées lentes à naître, embarrassées et qui ne se présentent jamais qu’après coup. »

Quant à Nathalie SARRAUTE, il ne nous a pas été possible de retrouver dans les différents sites consultés la trace de l’expression concernée dans son livre « Enfance », pas plus qu’il ne nous est matériellement possible de le relire. Cependant, dans le livre de Simone BENMUSSA, Entretiens avec Nathalie SARRAUTE, on peut lire, page 84, la déclaration suivante de l’écrivain : « Moi, je n’ai pas l’esprit de repartie. Il faut que je sois préparée longtemps à l’avance.»

Réponse attendue le 17/03/2012 - 10:03