Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Actualités > Quelle mouche vous a piqué ? > les chocs sur les yeux de la mouche

les chocs sur les yeux de la mouche

par reivilo, le 13/09/2009 à 09:50 - 1312 visites

Les yeux de la mouche sont proéminents et donc très exposés.
Comment réagissent-t-ils lorsque la mouche, volant à grande vitesse, se heurte violemment à des surfaces vitrées ?

Réponse du Guichet du savoir

par bml_sci, le 17/09/2009 à 13:56

Réponse du département Sciences et techniques :


Tout d’abord : bonjour.

La grande vitesse du vol de la mouche est à relativiser. Selon les espèces, elles volent en général de 4 à 15 km/h, soit plus ou moins 4 mètres par seconde, avec des pointes à 60 km/h pour la mouche tsé-tsé.
Son système visuel est parfaitement adapté à ses étourdissantes compétences aériennes ; la mouche est en effet l’animal volant le plus acrobatique, toutes espèces confondues.

Un chapitre du livre Les Mouches, le pire ennemi de l'homme, de Martin Monestier, est consacré aux yeux de cet insecte.
On y apprend qu’en réalité, les globes proéminents auxquels vous faites allusion ne sont pas exactement les yeux de la mouche. Ses yeux élémentaires, ou ommatidies, sont au nombre de plusieurs milliers, juxtaposés les uns aux autres et sont chacun une des facettes des deux globes. Chacun de ces yeux miniatures (3000 facettes par « œil » chez la mouche domestique, la plus répandue) possède son propre système lenticulaire composé de huit cellules (soit pour les deux « yeux » 48 000 capteurs parfaitement individualisés).
La mouche possède une image électrique de l’environnement, et la possibilité de percevoir les intensités lumineuses, les couleurs et les mouvements de manière instantanée et sans effectuer un seul mouvement de tête. Elle a donc une vision panoramique mais également mosaïque.
On sait que les mouches ne voient pas les mêmes couleurs et qu’elles évoluent dans une polychromie qui n’est pas la nôtre, doublée d’hyper-myopie et d’astigmatisme profond ; en d’autres termes, tout ce qui se trouve à deux ou trois mètres d’elles ne compte pratiquement pas.


Photo prise à l'aide d'un microscope électronique à balayage, © Stephan Borensztajn, CNRS.


Ces 48 000 facettes fonctionnent indépendamment les unes des autres à la surface du globe, mais coopèrent au niveau neuronal. Les six cellules d’un même œil sont connectés à un seul et même neurone, « comme six antennes alignées, branchées au même récepteur », précise Catherine Vincent, journaliste scientifique dans un numéro de Sciences et Avenir.
Certains de ces neurones jouent le rôle de détecteur de mouvement. Au nombre d’une cinquantaine (sur environ un million), ils sont chacun hautement spécialisés pour la lecture d’un mouvement en particulier, haut-bas, arrière-avant, bas-haut, avant-arrière…


La mouche est un insecte, et possède donc un squelette extérieur, ou exosquelette. Ce squelette est composé d’anneaux, réunis de manière solide. Cette construction a pour conséquence une certaine flexibilité au niveau des articulations et une dureté considérable sur la surface du corps. Ce squelette externe est composé d’un hypoderme et d’une cuticule externe rigide incrustée de chitine résistante et imperméable.


Cet exosquelette très résistant aux chocs assure à la mouche de bien supporter (relativement à sa taille, son poids et sa vitesse) les chocs imprévus, comme celui dû à la rencontre inattendue d’une vitre trop propre… Les yeux de la mouche n’ont pas de paupières et ne se ferment pas en cas de choc.


Pour se documenter à la bibliothèque et sur le web :
*Guide des mouches et des moustiques, Joachim et Hiroko Haupt.
*Mouches, Jean-Paul Haenni.
*Un article de Futura Sciences
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact