Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Actualités > 5, 4, 3, 2, 1, partez > Mark Spitz

Mark Spitz

par beate, le 04/06/2004 à 16:14 - 813 visites

Bonjour,

Le 5 septembre 1972 a eu lieu un attentat aux jeux olympiques de Munich. Comment ont réagi les sportifs, notamment américains et particulièrement Marc SPITZ. ? Est-ce vrai que des équipes ont quitté l’Allemagne ?
Merci

Beate .

Réponse du Guichet du savoir

par bml_art, le 07/06/2004 à 15:09

Réponse du département Arts et Loisirs

Voic une première réponse à votre question, nous pourrons ultérieurement la compléter par d’autres informations sur lesquelles nous travaillons actuellement.

Néanmoins, il est possible de vous dire qu’à l’issue de la prise d’otage de 1972 aux Jeux Olympiques de Munich, aucune délégation n’a apparemment quitté la compétition. Au lendemain du drame, une cérémonie funèbre a cependant été organisée au stade olympique pour les 11 victimes israéliennes.


Les Jeux ont également été suspendus durant 34 heures. Puis, sur décision du Comité Olympique International, le président annonça la reprise des XXème Jeux Olympiques avec une phrase devenue célèbre « The Games must go on ».
Pour de plus amples informations, il vous est possible de consulter "La grande histoire des jeux olympiques" (p.411) disponible à la bibliothèque de la Part Dieu, ou le site du Comité International Olympique.

A l’annonce de la première dépêche informant de la prise d’otage ce matin du 5 septembre 1972, Marc Spitz, alors jeune juif américain, détenait déjà le record de 7 médailles d’or remportées en natation, un exploit salué par tous et le hissant au rang de « héros » de ces jeux.

Une conférence de presse était prévue ce même matin pour recueillir ses impressions, au village olympique. Elle fut maintenue, alors que dans quelques bâtiments plus loin se déroulaient les premières heures de la prise d’otage. Un journaliste suédois, Per Olov Enquist, envoyé spécial, assista à cette conférence et relate l’attitude de Marc Spitz, alors sous le choc de la nouvelle dans son ouvrage "La cathédrale Olympique" (pp 163-180), disponible à la Bibliothèque de la Part Dieu.

Les réactions des sportifs au terme de cette prise d’otages sont mentionnées dans des articles de presse de l’époque comme ceux du journal Le Monde. Vous pouvez consulter les archives du Monde à la Bibliothèque de la Part Dieu.

Réponse du Guichet du savoir

par bml_art, le 09/06/2004 à 11:04

Réponse du département Arts et Loisirs (suite)

Comme précisé dans la première partie de réponse ci-dessus, les informations suivantes viennent compléter, voire modifier, celles déjà apportées.

Après de plus amples recherches, trois délégations ont effectivement quitté la compétition.
Dans Le Monde du 7 septembre 1972, un article (page 2) intitulé « Le film des évènements » mentionne que le 6 septembre 1972 à « 9h44. l’équipe olympique des Philippines est rappelée en signe de désapprobation devant le meurtre des onze israéliens ». Ce départ de la délégation philippine marque son désaccord quant à la décision du Comité International Olympique de poursuivre les jeux malgré le drame. Cette polémique entre poursuivre ou non les jeux fut au cœur des réactions prononcées a posteriori. L’article précise ensuite qu’à « 9h58, les survivants de la sélection israélienne rentreront mercredi à Jérusalem après avoir assisté à la cérémonie à la mémoire de leur onze compagnons tués par le feydin. »
Puis, à 16heures, « Un avion spécial quitte le Caire pour Munich afin de ramener les athlètes égyptiens ».
Dans Le Monde du 8 septembre 1972, il est précisé que « « les sportifs syriens, koweitiens, 4 néerlandais et 13 athlètes norvégiens ont quitté le village olympique (…) ils estiment que les Jeux Olympiques se poursuivent pour des raisons politiques et économiques ». Il est également stipulé que l’ordre de rappel de l’équipe des Philippines a été annulé par le président Marcos.

Le Monde ne mentionne aucune réaction particulière d’athlètes. Il est précisé que « les Jeux Olympiques se poursuivent dans une atmosphère pesante » (8 septembre 1972).
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact