Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Actualités > Le retour de l'automne > Les feuilles mortes...

Les feuilles mortes...

par Pamtoche, le 31/12/2005 à 13:30 - 1549 visites

Cette année mon figuier n'a toujours pas perdu ses feulles au 31 décembre. J'habite en région parisienne et habituellement les feuilles de ce figuier tombent fin octobre. Elles sont alors encore vertes.
Cette année 2005 la plupart des feuilles sont encore attachées aux branches, tiennent d'ailleurs très bien, et sont bien entendu toutes recroquevillées.
Est-ce une des conséquence de la sècheresse de cette année, de l'augmentation de la température moyenne, ou du tempérament capricieux e ce figuier ?


Réponse du Guichet du savoir

par bml_sci, le 04/01/2006 à 12:23

Réponse du départment Sciences et Techniques


L'Institut national de recherche en agronomie a analysé la question de la chute des feuilles :

Pourquoi les feuilles tombent en automne...

A l'automne, le changement de température et le raccourcissement du jour déclenchent une série d'évènements qui aboutissent à la chute des feuilles. Sous l'action des basses températures, la chlorophylle et certaines protéines sont dégradées, ce qui permet de recycler le carbone et l'azote de ces molécules sous forme de réserves de nutriments transférés au reste de l'arbre. La dégradation de la chlorophylle dévoile une palette de pigments à base de carotènes (orange), d'anthocyanines (pourpre), et de xantophylles (jaune) qui donnent à l'automne ses si jolies couleurs... De nombreuses enzymes et hormones végétales règlent ces phénomènes. Une zone d'abscission se forme à la base des feuilles, qui tombent sous l'effet de leur poids et du vent. La chute des feuilles au sol permet de recycler les constituants de la matière ligneuse, dégradés par les microorganismes de l'humus et captés à nouveau par l'arbre.
La chute des feuilles en automne n'est pas une grande perte pour l'arbre d'une part parce que leur métabolisme est très ralenti par arrêt de la photosynthèse, d'autre part parce que leurs constituants sont recyclés et réutilisés par l'arbre. De plus, contrairement aux autres organes de la partie aérienne de l'arbre (les bourgeons, le bois), la feuille n'est pas un organe adapté au froid et se dessèche sous l'action du gel.


L'"endurcissement", une préparation de l'arbre au froid

En automne, l'arbre entre dans une phase d'acclimatation au froid, dite " endurcissement ". Au cours de cette phase, les réserves d'amidon stockées pendant l'été dans le bois et l'écorce sont progressivement transformées en sucres, qui ont une fonction " d'antigel ". Ces sucres empêchent le contenu cellulaire de geler, ce qui aboutirait à la destruction des membranes et à l'éclatement de la cellule. L'état des réserves glucidiques de l'arbre semble donc déterminant dans sa résistance au froid.
C'est au mois de janvier-février que l'arbre est le mieux acclimaté au gel. En cas de gel précoce en automne, le tronc de l'arbre insuffisamment endurci peut présenter des nécroses de l'écorce. On l'a vu récemment dans la hêtraie ardennaise.


La sécheresse empêche l'endurcissement

Une sécheresse sévère pendant l'été diminue l'activité photosynthétique des feuilles et peut aboutir à leur perte précoce. L'arbre ne peut plus alors synthétiser et stocker de l'amidon. On s'attend donc à ce que l'arbre soit plus sensible au froid, en particulier aux gels précoces. Ce scénario s'est produit lors de la canicule de 2003 durant laquelle sécheresse et chaleur ont provoqué la chute précoce des feuilles. Il pourrait se renouveler dans le contexte du changement climatique puisque l'on prédit des déficits hydriques plus fréquents en été. Ainsi paradoxalement, le risque majeur pour les arbres dans ces climats futurs pourrait être le froid qui succède aux épisodes de sécheresse.

Une expérimentation "grandeur nature"

Pour évaluer l'importance des réserves glucidiques dans l'endurcissement, les chercheurs Clermontois, en collaboration avec l'INRA de Nancy et le CNRS de Montpellier, utilisent l'expérimentation " grandeur nature " fournie par la canicule de 2003. Ils mesurent dans les forêts touchées la capacité de résistance au gel des arbres (noyers, hêtres, érables, chênes) et la mettent en relation avec l'état des réserves glucidiques. Les arbres seront suivis pendant plusieurs années car les effets d'un stress peuvent se prolonger jusqu'à 10 ans.
Les chercheurs développent en parallèle une étude complémentaire en chambre climatisée. Ils soumettent des arbres cultivés en conteneurs à des sécheresses et défoliations précoces et étudient la résistance des différents tissus et organes de l'arbre à des gels provoqués. Ces travaux devraient permettre d'appréhender les risques potentiels de dépérissement forestiers, de proposer des expérimentations virtuelles pour tester les scenarii de changements climatiques et de prédire les aires de répartition des espèces.



Cosmovisions explique les mécanismes de la Défoliation :

Ce terme s'applique an phénomène que l'on nomme habituellement chute des feuilles. Comme la foliation, la défoliation est soumise aux influences des climats et des saisons, de l'organisation particulière à chaque espèce de plante, etc.; mais la principale cause de la chute des feuilles est leur mortification par suite de l'arrêt du mouvement nutritif de la plante et de l'absence de la sève dans la feuille. Une fois frappée de mort, la feuille se sépare de la plante vivante comme une partie gangrenée tombe du corps d'un animal. Certains végétaux cependant conservent leurs feuilles flétries, comme on le voit sur les chênes; on dit alors que ces feuilles sont marcescentes. L'aspect des végétaux vivaces pendant l'hiver diffère beaucoup suivant la durée des feuilles sur les rameaux Si les feuilles se flétrissent et se détachent avant que les nouvelles soient sorties de leurs bourgeons, l'arbre reste dépouillé pendant l'hiver et on le dit à feuilles caduques, Si, au contraire, les feuilles ne meurent qu'après une nouvelle foliation, la plante conserve toute l'année sa verdure et est dite à feuilles persistantes; on désigne ces végétaux sous le nom vulgaire de toujours verts. On a tort de dire que ces végétaux ne perdent pas leurs feuilles; seulement ils en portent toujours parce qu'elles se succèdent sans interruption sur leurs rameaux. Dans les pays intertropicaux, la plupart des arbres ne se voient jamais dépouillés, parce que le mouvement de la sève n'est pas suspendu par une saison rigoureuse. La durée des feuilles sur la plante varie, suivant les espèces de quelques mois à plusieurs années : le frêne commun ne garde les siennes que trois ou quatre mois; le pin, deux ou trois ans; les sapins, jusqu'à dix et onze ans; les araucaria plus longtemps encore Quant à l'époque de la chute des feuilles, elle varie suivant les espèces, les climats et l'état des saisons.


Quelques sites :

Cybersciences

Les débrouillards

dis papa
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact