Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Actualités > Le ski, tout schuss > classes de neige

classes de neige

par claudehenri, le 16/01/2006 à 09:31 - 868 visites

Pourriez-vous me dire quel ministre et en quelle année a crée les "classes de neige" ou "classes vertes"pour les elvesdes classes primaires? merci

Réponse du Guichet du savoir

par gds_db, le 17/01/2006 à 14:09

Réponse du service Guichet du Savoir

La première classe "ailleurs" date de 1953 : le docteur Fourestier, médecin scolaire, conduisit des enfants de la banlieue parisienne dans les Alpes. Ce fut la première classe de neige qui devait par la suite servir de modèle aux autres classes de découvertes. En 1964, furent créées les classes de mer et classes vertes.

Depuis 1941, l’école Gambetta de Vanves (Hauts de Seine), fonctionnait, à titre expérimental, sous le régime du mi-temps pédagogique : études scolaires le matin et sport l’après-midi. C’est dans ce contexte, douze ans plus tard, que trente-deux garçons de cette même école partent pour un mois à La Féclaz, l’activité sportive étant alors le ski. Trois personnes sont à l’origine de cette première classe de neige dont les objectifs hygiénistes, dans ces années d’après-guerre, sont clairement affichés à côté des bénéfices pédagogiques escomptés : un médecin,
J. FOURESTIER, un instituteur, M. DISCOURS, et un professeur d’éducation physique, J. BARNIER3. Cette initiative constitue le début d’un phénomène qui s’amplifiera rapidement puisqu’à la fin des années soixante, ce sont près de 2 000 classes (environ 60 000 élèves) qui partent ainsi à la montagne, à l’initiative des écoles et des municipalités qui, avec les familles, en assurent le coût.

source : www.observatoiredelenfance.org


... les séjours de vacances collectives ont précédé le départ des classes, et ce, le plus souvent à l'initiative d'enseignants et d'autres éducateurs. Incontestablement, les réflexions et les recherches qu'ont suscitées les colonies de vacances, ont considérablement influé sur celles qui ont permis la naissance des classes de neige, puis des classes de mer...
C'est en effet en 1953, à l'initiative du docteur Fourestier, que les élèves de l'école Gambetta de Vanves partent pour la première classe « ailleurs ».
Ce premier départ est le résultat d'une réflexion très large, et concrétise une évolution qui, en gros, depuis la dernière guerre, amène à prendre en compte à l'école les notions d'étude du milieu, d'éveil aux phénomènes de l'environnement, et surtout, dès les années cinquante, de mi-temps pédagogique et sportif. Les premiers succès constatés, tant dans le domaine de la santé qu'au plan scolaire, ont véritablement permis le lancement des classes « de nature ». La classe de neige voit le jour en 1953, celle de forêt en 1959, celle de mer en 1964, les classes vertes également dès 1964. D'expérience en expérience, le mouvement s'élargit, les initiatives se multiplient et l'imagination permet d'enrichir la variété des formes pour répondre à des besoins qui se diversifient.
[...]
L'examen des textes qui ont réglementé l'organisation, le fonctionnement et le financement de ces classes met en évidence l'intervention conjointe et constante de deux ministères : celui de l'Éducation nationale et celui de la Jeunesse et des Sports.
Le premier texte est une circulaire du ministère de l'Éducation nationale, datée du 24 mars 1958. Elle se réfère à l'arrêté du 1er août 1957, qui définit les « classes et écoles expérimentales ». Les classes de neige, de mer et de campagne sont ainsi clairement considérées comme des classes expérimentales. Ce sont des lieux de recherche pédagogique. Ce caractère leur permet sans doute une certaine liberté de manœuvre, et les marginalise tout en les maintenant dans les contraintes des pratiques scolaires habituelles.
Ce caractère expérimental est rappelé dans une circulaire du 21 mars 1961 du haut commissariat à la Jeunesse et aux Sports, qui précise les modalités de financement des classes de neige. Elles sont, dit la circulaire, « destinées à étudier l'introduction dans les programmes scolaires d'une plus grande part d'activités physiques en plein air ». Un élément important apparaît alors dans la définition des classes de neige : « II s'agit de classes normales de l'enseignement du 1er degré
envoyées exceptionnellement en montagne telles qu'elles ont été constituées à la rentrée d'octobre : mêmes maîtres et mêmes élèves. » On ne peut qu'approuver cette exigence, que la réglementation ultérieure ne mettra pas en cause.[...]


Suivent plusieurs autres circulaires : le 4 janvier 1963, le 27 novembre 1964, le 25 novembre 1966, le 30 octobre 1968, 14 novembre 1968, 31 décembre 1968 ...

La circulaire du 6 mai 1971 est intitulée : "Organisation des classes de mer et des classes vertes", et vise à leur développement. Elles entrent dans le cadre du tiers-temps pédagogique (il a été instauré à l'école élémentaire par un arrêté du 7 avril 1969).
Ce sont toujours des classes normales, avec leur maître habituel. Un fait nouveau particulièrement important : elles peuvent relever de l'un des trois ordres d'enseignement : préélémentaire, premier et second degrés. Leur durée est d'au moins trois semaines pour les classes maternelles. Les conditions d'hébergement sont analogues à celes des classes de neige. En ce qui concerne l'encadrement, apparaît pour la première fois, la notion d'équipe. [...]

La note de service n°82-399 du 11 septembre 1982 va apporter des éléments nouveaux, et d'un grand intérêt. Les mesures qu'elle institue témoignent manifestement de la volonté du ministre de l'Education nationale de donner un nouvel essor au tiers-temps pédagogique, d'ouvrir l'école sur le monde, de promouvoir un travail d'équipe sur un projet commun. [...]


source : En sortant de l'école : les classes de découverte


Si l'on considère que le 24 mars 1958 marque la naissance des classes découvertes, c'est sous le Gouvernement Félix Gaillard qu'elles seraient nées. Mais comme nous l'avons vu plus haut, les différents types de classes découvertes sont issues d'expériences pédagogiques plus que de décisions ministérielles qui n'ont fait qu'accompagner ces mouvements pédagogiques.

Nées après la deuxième guerre mondiale, les classes de découverte répondent à des préoccupations hygiénistes, soucieuses du développement harmonieux des enfants. La montagne est leur destination de prédilection et le temps se répartit équitablement entre les activités scolaires, pour moitié, et sportives, pour l’autre moitié.
Les séjours se diversifient à partir de 1957 : classes de mer et classes vertes apparaissent. Le grand essor des classes transplantées intervient à compter de 1982, à l’initiative d’Alain Savary, alors Ministre de l’Education Nationale : de 51 000 élèves en 1967, on passe à 350 000 en 1982, à comparer aux 32 enfants partis en 1953 !

source : Rapport Pavy


Pour approfondir le sujet :
- Les classes de découverte ont cinquante ans
- Les classes de neige et le tiers-temps pédagogique
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact