Le Guichet du Savoir - Consulter le sujet - D'où viennent les cailloux du jardin potager ?

Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Actualités > Au jardin > D'où viennent les cailloux du jardin potager ?

D'où viennent les cailloux du jardin potager ?

par Dupiochon, le 30/05/2012 à 21:24 - 1550 visites

Bonjour,

Je voudrais savoir pourquoi je sors de mon jardin potager un nombre incalculable de cailloux chaque année. Depuis le temps que je travaille la terre, je pensais avoir épuisé le stock ! Mais non, il en remonte encore et toujours. Comment cela se fait-il ?
Merci d'avance.

Réponse du Guichet du savoir

par gds_db, le 31/05/2012 à 15:28

Bonjour,

Jean-Luc NOTHIAS dans un article intitulé "Pourquoi les cailloux poussent-ils dans les champs ?" publié dans le journal Le Figaro du 26 mars 2008 indique :


TOUS CEUX qui ont un tant soit peu approché le travail de la terre le savent : il faut régulièrement ramasser les pierres apparues dans les champs ou les pâturages afin de faciliter les semailles et de préserver les animaux. Et on aura beau le faire complètement, nul doute que le travail sera à recommencer l'année d'après. C'est pourquoi on dit communément que les pierres enfouies dans les sols remontent spontanément à la surface. Les paysans disent pour leur part que « les cailloux poussent ». Comment cela est-il possible ? Est-ce réel ? Sans plus attendre, voici la réponse : c'est à la fois oui et non.
De nombreuses causes sont pour cela à l'oeuvre. Mais pour bien comprendre, il faut tout d'abord savoir ce qu'est vraiment un sol. C'est avant tout une entité vivante qui peut bouger, respirer mais peut aussi mourir sous l'effet de l'érosion, des pollutions, de l'acidification ou de l'urbanisation. [...]

Comme tout écosystème, le sol peut être malade. Et si les activités humaines peuvent l'abîmer ou le préserver, les causes naturelles de dégradation sont nombreuses. À commencer par l'érosion due au vent ou au ruissellement de l'eau. Les champs en pente, par exemple, peuvent perdre en une année près de 50 tonnes d'humus par hectare, alors que la nature n'en renouvelle au mieux qu'une tonne dans le même temps. Outre cette perte de substance, l'érosion est l'une des causes de l'apparente remontée des pierres. Elle fait simplement apparaître les pierres qui se trouvaient là, tapies sans bouger et qui, trop lourdes pour être emportées, vont rester là, cette fois à découvert. Et compliquer le travail de l'agriculteur. D'où les épierrages annuels qui se répètent inlassablement.

Main d'homme, pieds de bêtes
Mais la main de l'homme n'est pas « innocente ». Car une autre cause de la pousse des cailloux dans les champs est... le labourage. Selon la profondeur à laquelle le soc de la charrue descend, il ramène en surface tout ce qui dormait sous la terre. Pierres et cailloux, mais aussi graines de mauvaises herbes enfouies par le labour de l'année précédente. Graines de mauvaises herbes qui sont bien souvent encore fertiles. L'agriculteur doit donc non seulement épierrer son champ, mais aussi utiliser des herbicides. D'où une tendance nouvelle, le non-labourage. On se contente de fragmenter la couche superficielle du sol pour le rendre plus perméable à l'eau et au semis. Une technique qui n'est pas généralisable partout.

Tout ce qui se promène à la surface du sol porte une responsabilité dans la remontée des cailloux. En particulier les troupeaux de bétail. Pour deux raisons. Premièrement, leur piétinement va compacter le sol, faisant apparaître les pierres sous-jacentes. Deuxièmement, les vibrations engendrées par leurs déplacements vont bouger les pierres, les petites particules ainsi « secouées » passant le long des flancs des grosses, contribuant à les « pousser » vers la surface.

Autre cause produisant le même effet, l'alternance des périodes de gel et de dégel. La géliturbation, en langage spécialisé. En compactant et décompactant les sols, cette alternance favorise également l'apparition de petits rocs en surface. Mais cela n'est valable que pour les zones où les hivers sont très rudes et très longs. Dans nos contrées tempérées, cela ne joue pas beaucoup.



Cette année encore, il va donc falloir prendre votre mal en patience et vous armer d'un ramasse cailloux !




En complément, vous pouvez également lire les contributions apportées à une question similaire sur le site de la
Main à la Pâte.
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact