Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Actualités > Les journées nationales de l'archéologie > l'île Barbe à Lyon

l'île Barbe à Lyon

par andrehistoire, le 24/04/2012 à 22:17 - 1963 visites

Bonjour,
J'habite Toulouse.
Lors d'un travail de recherche sur Lyon, la Saône et les îles, nous nous sommes focalisés sur l'île Barbe au moyen âge.
J'ai du mal à localiser l'église saint martin sur l'ile barbe au moyen âge et surtout l'endroit où se serait trouvée la bibliothèque de charlemagne.
J'ai trouvé une carte qui semble comporter de nombreuses réponses de localisation que je me pose :
"île Barbe au XIe siècle, par Amédée Cateland (1901-1902). Fonds Cateland, Musée Gadagne, Inv. 70-11-3."
qui semble avoir une légende complète.
- Avez-vous accès à ce plan ? pourriez-vous m'indiquer l'emplacement de ces 2 monuments cités ?
- Peut-on avoir une vue en plus haute résolution de ce plan, où le commander, l'acheter si nécessaire ?
Merci de m'aider dans mes recherches

Réponse du Guichet du savoir

par bml_reg, le 27/04/2012 à 11:43

Réponse de la Documentation Lyon et Rhône-Alpes

Bonjour,

Il est tout à fait normal que vous ne parveniez pas à localiser l’église Saint-Martin (également dédiée à Saint-Loup) de l’Ile-Barbe, car il ne subsiste que très peu de restes de ce monument, qui fut pourtant l’église principale de l’abbaye. Une recherche très bien documentée et synthétique, faite par la Bibliothèque municipale de Lyon en 2008, Et vint couper en cette île sa barbe... (en référence à Amadis Jamyn, poète du 16ème siècle, qui décrit la naissance de l’Ile-Barbe) vous donnera beaucoup d’éléments complémentaires.

Eglises de l’Ile-Barbe. Pour vous donner les explications suivantes, nous avons d’abord utilisé l’ouvrage de référence grand-public Guide des églises de Lyon, que nous citons. « A l’époque romane, le monastère comportait trois lieux de culte : l’église principale, dédiée à Saint-Martin et Saint-Loup, dont ne subsiste que le mur nord du transept avec décor d’arcature, dont des arcs en mître […] ». D’autre part, une exposition (septembre 1995-janvier 1996) au musée historique de Lyon, le Musée Gadagne, a donné lieu à une publication de qualité sur le sujet Mémoire de pierres : abbaye de l'Ile-Barbe. Le plan d’Amédée Cateland qui vous intéresse y figure en réduction et/ou en détail. Citons également cet ouvrage qui fait un point plus technique « Il ne reste pratiquement plus rien de la grande église, sinon quelques murs de la façade occidentale et surtout du revers du bras sud du transept où l’on aperçoit encore de la rive opposée deux rangs d’arcatures reposant sur des chapiteaux à entrelacs ; à l’étage des arcs en plein cintre encadrent un arc en mitre. ». Voilà une photographie issue du fonds Jules Sylvestre, d'un plan de l'île antérieur à la Révolution Française ; il figure très bien l'église Saint-Loup.
En revanche, l’église Notre-Dame est encore debout aujourd’hui, pour le plus grand plaisir des promeneurs. Voyez-la sur cette photographie issue de la base Photographes en Rhône-Alpes. De la construction d’origine, elle a surtout conservé son abside et son clocher (restauré au 19ème siècle). Concernant l’église Sainte-Anne, située à la pointe de l’île, quelques éléments sont restés en place, beaucoup d’autres ont disparu, et certains sont exposés au Musée Gadagne (tout comme de l’église abbatiale Saint-Martin, d’ailleurs).

L’église Saint-Martin et Saint-Loup. Remontons donc un peu dans le temps pour mieux comprendre l’histoire de l’église abbatiale qui vous intéresse.
Plusieurs fois pillé et ravagé à l’époque mérovingienne, le monastère entame une période de renouveau à l’époque carolingienne, comme bien d’autres centres culturels (souvent des lieux religieux au Moyen-âge). C’est ce que l’on désigne couramment par l’expression « renaissance carolingienne ». C’est un large processus de dynamisme intellectuel et de vitalité économique. A ce moment, l’évêque de Lyon, Leidrade, réussit à attirer l’attention de Charlemagne sur le monastère de l’Ile-Barbe. Les bâtiments en mauvais état sont restaurés, et de nombreux religieux (peut-être jusqu’à 90) y suivent la règle de vie monastique bénédictine. C’est une époque de prospérité pour le monastère.
Puis des destructions, remaniements (guerres de Religions, Révolution française - l’île et ses bâtiments sont vendus comme bien national -) et un lent déclin abîmeront les bâtiments. Citons encore le Guide des églises de Lyon : « Des éléments romans se retrouvent, éparpillés et utilisés en réemploi, à Vaise et à Saint-Rambert. Des signes du zodiaque, encastrés dans une propriété privée de Champagne [au Mont d’Or] proviennent de l’église Saint-Martin et Saint-Loup, ainsi que les colonnes du baptistère d’Ainay… ». Puis, plus loin : « Les chapiteaux des arcades sur les murs de cet édicule [la chapelle Sainte-Blandine de l’église Saint-Martin d’Ainay à Lyon] proviennent de l’église de l’Ile-Barbe […] ».

La bibliothèque. Quant à la partie du monastère ayant abrité les manuscrits et les titres de l’abbaye, elle a aujourd’hui entièrement disparu. Ce que la tradition appelle « bibliothèque de Charlemagne » (cf. Wikipedia : L'Ile Barbe) relève de la métonymie. A cette époque, la bibliothèque de l’abbaye a plus largement accru sa collection de livres (et donc son rayonnement), par l’activité des moines eux-mêmes et la réputation de ses abbés. Un peu à la manière d’Henry IV, qui est censé avoir séjourné dans tous les villages de France et de Navarre…on pense à Charlemagne pour l’école et les bibliothèques. Il est cependant logique de lui attribuer une bibliothèque, car c’est bien lui qui donna à la France un essor intellectuel. Concernant l’Ile-Barbe, c’est certainement plutôt son impulsion qu’il faut retenir. Citons une fois encore l’ouvrage Mémoire de pierre « On comprend alors pourquoi Charlemagne, au nom de qui tout ce travail était fait, laissa ici un grand souvenir ». En revanche Leidrade a réellement été un personnage important, proche de Charlemagne, ce qui explique leur association.

Reconstitutions. Plusieurs documents d’archives des Archives départementales du Rhône et gravures de la Bibliothèque nationale de France permettent de reconstituer l’église Saint-Martin.
Amédée Cateland (1876-1938) a été architecte, archéologue et orfèvre. Voilà ce qui est dit de son plan dans Mémoire de Pierre : « A. Cateland s’appuie sur ces textes et sur les fouilles de la cryptes pour reconstituer l’ensemble de l’édifice. Le plan qu’il dessine doit être exact grâce aux dimensions fournies par les visites : dimensions du choeur, des arcs de la croisée et des tribunes. […] Les reconstitutions de A. Cateland sont donc assez fiables, mais il ne faut pas pousser trop loin la comparaison avec l’église d’Ainay, plus récente de quelques dizaines d’années ».
Un opuscule créé par la Direction Régionale de l'Environnement - Rhône-Alpes très synthétique peut aussi vous aider dans vos recherches : un plan redessiné à partir de celui de Cateland y figure. Le Musée Gadagne nous a confirmé que le plan original de Cateland figure dans les collections permanentes d'exposition. Pour obtenir une reproduction de qualité du plan que vous recherchez, vous pouvez contacter le service documentation du Musée.
Vous pouvez aussi vous servir du Cadastre Napoléonien, document utile dans le cadre d’enquête du bâti.

Romantisme. Il est intéressant de noter que le nom de l’île sur laquelle se trouvent ces vestiges importants pour l’histoire de Lyon ne vient non pas de Sainte-Barbe (ou Barbara) ; son vocable n'est connu dans aucun monument de l'île. Il vient du toponyme qui désignait l’île : Insula Barbara, île Barbare, puis par contraction, île Barbe. C’est surtout son aspect, « sauvage, déserte et broussailleuse » qui a formé ce nom, et non pas d'obscures cérémonies à l’époque antique.

Pour finir, la géographie, ce nom, la densité historique, en un mot ce "site" a alimenté bien des rêves…autant dire qu’il concentre à lui seul beaucoup de magie pour les Lyonnais...aussi, c’est avec plaisir que nous avons répondu à votre recherche.
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact