Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Actualités > Je suis Charlie > Epreuve à passer

Epreuve à passer

par Borntobewild, le 09/01/2013 à 14:47 - 702 visites

Bonjour,

Je doit passer un examen et ma problématique est la suivante : "L’humour peut prendre le dessus sur les sentiments tragiques de la Seconde Guerre Mondiale ?"

Je suis à la recherche de livres, d'interview en rapport avec cette problématique

Réponse du Guichet du savoir

par bml_civ, le 11/01/2013 à 16:07

Si nous devions passer cet examen, Image voici comment nous le préparerions. Notre première interrogation porterait sur une définition de l'humour et du rire.

A cet usage, les livres de référence sont celui de Henri Bergson, le rire et celui de Freud, le mot d'esprit et sa relation à l'inconscient. Vous pouvez aussi vous reporter à l'article de l'encyclopédie contributive en ligne Wikipedia qui mentionne d'autres références dans sa bibliographie.

Ensuite, nous nous poserions la question : peut-on rire de tout ?
Sur ce sujet, les avis sont partagés. Voici quelques éléments de réflexion que vous pourrez trouver sur le site Doctissimo : "Pierre Desporges répondait : oui, mais pas avec tout le monde". "Finalement, à la question peut-on rire de tout, la réponse la plus sensée est tout simplement "c'est l'intention qui compte". Car plutôt que de chercher à définir d'éventuelles limites et autres sujets tabous, il vaut mieux se demander quelle est l'intention du blagueur. Si la blague est prétexte à se moquer, stigmatiser, rabaisser, alors il y a des raisons de s'inquiéter et de condamner. Et comme le souligne Emmanuel Pallas, "Rire de tout, oui, encore faut-il que ce soit drôle" !" Une perspective plus philosophique vous est proposée sur Philolog : "l'humour est une espèce de détachement amusé sur nous-mêmes et sur ce qui nous entoure. Il excelle dans l'art de jouer avec les mots et ce jeu avec les mots est en réalité un jeu avec le réel dont il surprend l'inconsistance, la cocasserie, l'absurdité, les raideurs, les tartuferies diverses et variées. A la différence de l'ironie et du rire ordinaire qui détachent le rieur de ce qu'il désigne comme risible, l'humour n'épargne pas le rieur. Avoir de l'humour, c'est savoir rire de soi et du monde. C'est là une certaine manière d'affirmer la supériorité de l'esprit sur tout ce qui peut le détruire ou l'aliéner..." "Quand on ne peut pas changer le monde, il reste encore une arme, celle d'en rire". Ainsi, les juifs de Vienne après l'Anschluss disaient-ils : "la situation est catastrophique mais pas grave". Par contre, le philosophe Vincent Cespedes, dans son blog, répond non à cette question en s'insurgeant contre le développement du cynisme : "Ma réponse est « non », pour qui veut conjuguer le rire et l'humanité... Car un tel cynisme, en explosant la décence minimale qui fait que nous sommes humains, nous plonge dans la barbarie, autrement dit : la violence pure."

Mais cet éventuel désaccord ne doit pas nous empêcher de nous demander alors quelle est la fonction de l'humour, quand il a pour cible des événements tragiques, telle la seconde guerre mondiale. Pierre Gripari, dans du rire et de l'horreur nous montre que le rire a une fonction cathartique et apporte un réconfort face au désespoir et au tragique. « L'homme souffre si profondément qu'il a dû inventer le rire » disait Nietzsche. Sur cet aspect de l'humour, vous pouvez vous reporter aux deux tomes de rire de résistance qui font l'inventaire sous forme de dictionnaire de toutes les manières de rire en liberté. Gérard Rabinovitch, dans Comment ça va mal s'interroge sur la spécificité de l'humour juif, "joyeux et désenchanté" qui est une véritable forme de pensée :"A Auschwitz, le jour de Yom Kippour, des juifs très pieux, en cachette, prient. Dans sa douleur et dans sa fièvre, l'un d'entre eux élève soudain la voix. Les autres le rappellent à l'ordre aussitôt : "Plus bas ! Dieu pourrait s'apercevoir qu'il en reste encore quelques-uns..." Mais l'humour, quand il se donne pour cible des événements tels que des génocides, ne nous amène-t-il pas à une forme d'indifférence, interdisant notre capacité mémorielle ? Ou de par la prise de distance qu'il entraîne, contribue-t-il au travail de mémoire que les générations à venir se doivent à elles-mêmes ? Rire, mémoire, shoah, un ouvrage coordonné par Andréa Lauterwein pose ce problème de la transmission : "Le rire peut-il libérer certains affects bloqués, pour engager un travail de mémoire ? Le rire, comme expérience physique de l'effondrement, peut-il éventuellement abattre les barrières qui cloisonnent les mémoires individuelles".

Ceci nous amène à une dernière partie, l'humour n'est-il pas une manière de rassembler les hommes autour d'une condition qui leur est commune ? C'est le point de vue développé par Inès Pasqueron de Fommervault, qui étudie le rire et l'humour à l'aune de deux processus identitaires : socialisation et individuation. Une approche anthropologique originale montrant combien l'humour est une opération culturelle, imprégnée de son époque et de la société dont il émane. Vous pourrez multiplier les points de vue et les approches en écoutant l'émission le rire dans tous ses éclats : rire pour s'unir, ta blague, c'est du chinois, crise de rire. La revue France culture papier dans son numéro 3 propose un complément à ces émissions sous le titre Rire pour le meilleur et pour le pire. Enfin, vous pouvez revoir ou voir des films tels celui de Benigni sorti en 1997, la vie est belle, le Mein Führer de Danny Levy, autoproclamé "première comédie sur Adolf Hitler", le dictateur de Charlie Chaplin, qui sont autant d'exemples d'un traitement humoristique de la deuxième guerre mondiale, à partir desquels vous pouvez argumenter pour votre examen.

Image
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact