Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Actualités > Crise économique > FRANC SUISSE.

FRANC SUISSE.

par LUDOVICUS, le 02/02/2015 à 10:03 - 1288 visites

S.V.P.

Je n'arrive pas à saisir et comprendre la, ou les raisons fondamentales, qui ont motivées la réévaluation considérable, du franc suisse intervenue le 15 janvier 2015,donc tout récemment !

Mes recherches sur les médias, presse et net, me font connaitre et, confirment ce que je pensais : qu'une telle opération ne présenterait à priori que des inconvénients , en particulier en matière industrielle et touristique !!!
Alors,d' après vous pourquoi le gouvernement suisse aurait il pris une telle décision,si subite et si importante ?
N'ayant que peu de connaissances en politique économique et monétaire, j'aurais mieux compris, comme beaucoup, une dévaluation dans le contexte international actuel ! mais on en est très très loin ; alors.je donne ma langue au chat et souhaiterais avoir de votre part quelques simples éclaircissements . par avance , merci.

Réponse du Guichet du savoir

par bml_soc, le 04/02/2015 à 15:30

Réponse du département société :

Bonjour,

En 2011, en pleine crise économique, la Banque Nationale Suisse (BNS) a décidé d’indexer le taux du franc suisse sur celui de l’euro, en fixant un plancher à 1,20 franc suisse pour 1 euro. L’objectif était de limiter les effets négatifs, pour les exportations industrielles et le tourisme notamment, d’une surévaluation du franc suisse liée à son caractère de valeur refuge. Il s’agissait là d’une mesure définie dès le départ comme provisoire.

Dans l'article de Mathilde Farine paru dans le journal Le Temps le 15/01/2015, on apprend qu'à cette même date, la Banque Nationale Suisse a pris la décision brusque de supprimer ce cours plancher, suite à une période « d’adaptation à la nouvelle situation » (cf ce communiqué de presse de la BNS). Il s’agissait en outre de répondre à l’affaiblissement de l’euro face au dollar.
Dans la foulée de cette annonce, le taux du franc suisse a augmenté de près de 30 % pour se stabiliser autour d’un équivalent 1 euro pour un franc suisse. Dans cet article d'Anne Bodescot du Figaro ce 16 janvier, la bourse de Zurich, réputée pour être l’une des plus stables plateformes du monde a dévissé jusqu’à -12 % le 15 janvier.
D'après cet article du Temps, il semble néanmoins que les craintes qui pesaient sur l’économie suisse aient rapidement été digérées, une reprise progressive des marchés, y compris des valeurs particulièrement touchées par cette mesure (comme l’horlogerie) se poursuivait début février 2015.

Dans l'article "Les économistes critiquaient de plus en plus le taux plancher" paru dans Le Temps le 16 janvier, Emmanuel Garessus mentionne que cette suppression du cours plancher n’est néanmoins pas une décision irréfléchie, des économistes s’interrogeant sur la pertinence de son maintien indéterminé. C’est notamment le cas de l’influent Ernst Baltensperger, professeur émérite à l’université de Bern, dont Tomas Jordan, actuel président de la BNS, a été l’assistant. Il proposait dans l’édition hebdomadaire du NZZ am sontagg datée du 11 janvier 2015 une alternative au cours plancher sous la forme d’un panier tenant compte de l’euro mais également du dollar. Cela afin que le cours du franc suisse soit plus libre tout en tenant davantage compte du rapport de force entre l’euro et le dollar.
Il s’agit en fait pour la BNS de miser sur un ajustement à la conjoncture en diminuant les interférences monétaires dans l’objectif de revenir progressivement vers fonctionnement plus libéral. En attendant, la BNS tente de prévenir une flambée trop importante du cours du franc suisse en achetant massivement des euros (cf cet article de 24 heures du 2 février) et en abaissant son taux d’intérêt directeur afin de maintenir un équilibre monétaire (cf cet article de Libération du 15 janvier).

A court terme, cette opération défavorise donc surtout les exportateurs suisses et les investisseurs étrangers d’autres devises (Russes notamment, mais également les personnes travaillant en Suisse payées dans d’autres monnaies que le franc suisse) ; elle profite en revanche aux frontaliers qui habitent ou font leurs courses en France.

Pour vous familiariser davantage avec le problème vous consulterez avec profit les articles généraux suivants :

- Libération le 15/01/2015

- Le Monde le 15/01/2015

Si vous souhaitez approfondir le sujet sur le fonctionnement économique de la Suisse et du système monétaire vous pouvez consulter ces travaux de synthèse :

- Pierre Bezbakh, Inflation et désinflation, La Découverte, 2011

- Christian Bordes, La politique monétaire, La Découverte, 2007

- Alain Schoenenberger, L’économie Suisse, PUF, 2005
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact