Guichet Du Savoir
http://www.guichetdusavoir.org/

Combat de livres
http://www.guichetdusavoir.org/viewtopic.php?f=292&t=62278
Page 1 sur 1

nikinana [ 04/08/2015 à 17:06 ]

Bonjour,
je suis bibliothécaire et il y a un peu plus d'un an je crois j'avais vu une vidéo qui mettait en scène un "combat de livres"
Il y avait 2 joueurs prde part et d'autres d'une ligne qui se lançaient des livres (de poche ou autres...) je précise qu'ils avait des protections.
J'avais trouvé cela très marrant et caustique or comme nous désherbons en ce moment pour plaisanter j'ai fait référence à cette initiative auprès de collègues mais je ne parviens pas à retrouver ni la vidéo ni aucune référence à cette expérience ...
Merci de m'aider

Réponse attendue le 07/08/2015 - 17:08


gds_ctp [ 05/08/2015 à 10:12 ]

Bonjour,

Après plusieurs recherches sur internet, nous avons retrouvé la vidéo de la bataille de livres. Cette pratique se nomme le « Bookfighting », elle a été créée et théorisée par l’artiste Yves Duranthon.



La démarche de l’artiste est expliquée dans un article du journal Libération : Des livres qui vont faire mal :
« Avec le «Bookfighting», présenté au festival Gamerz, l’artiste Yves Duranthon veut redonner de la combativité à la lecture.

Massés autour de la fosse grillagée de l’école des arts d’Aix, les supporteurs venus pour l’ouverture du festival Gamerz sont hystériques. Dans l’arène coupée par une ligne centrale et éclairée par des néons, deux combattants équipés de casques intégraux, plastrons, protège-genoux et coquilles font le salut d’usage avant de livrer bataille. L’arme qu’ils tiennent fermement dans chaque main est assez inhabituelle, puisqu’il s’agit… de livres, qu’ils brandissent avant de les jeter sur l’adversaire. Chaque touche vaut un point dans cette partie en sept jeux. Ce qui était au départ une performance de l’artiste Yves Duranthon a évolué en un sport très codifié sous la pression de ses adeptes, de plus en plus nombreux à pratiquer le Bookfighting, transgressif et libératoire. […]

Le Bookfighting se démarque très clairement de l’autodafé. «Tout comme notre objectif n’est pas d’abîmer la culture mais de lui faire du bien, ici, on ne détruit pas les livres, on se bat avec», dit l’artiste. Le Bookfighting officiel se pratique exclusivement avec des livres de poche n’excédant pas 300 pages. Un objet commercial idéal pour ce genre d’activité, souple, léger et plus maniable que les encyclopédies, mais aussi très résistant. Durant la soirée, seuls trois livres ont été «déconstruits», leurs pages volantes redistribuées au public. Pour Duranthon, il s’agit aussi de faire voler les mots imprimés une dernière fois avant qu’ils ne disparaissent dans les entrailles du numérique. Paradoxal et provocant, «ce sport de combat postlittéraire est quasiment un sport mort-né». […] »


Pour en savoir plus, vous pouvez consulter les articles suivants :
- Bookfighting.
- Le bookfighting, battez-vous à coups de livres au Palais de Tokyo sur Timeout.
- The Bookfighting Book de Yves Duranthon sur France Culture.

Bonne journée.

Réponse attendue le 08/08/2015 - 10:08