Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Actualités > La photographie en lumière > techniques de la chronophotographie

techniques de la chronophotographie

par Nastya, le 20/09/2014 à 11:46 - 1019 visites

Bonjour,
Où pourrais-je trouver des renseignements sur les techniques de la chronophotographie?
Merci

Réponse du Guichet du savoir

par gds_ctp, le 22/09/2014 à 12:15

Bonjour,

De nombreux ouvrages ont été consacrés à Muybridge et Marey, inventeurs aux Etats-Unis et en France de la chronophotographie, qui permet de décomposer le mouvement, ou selon les termes de la fin du XXIe siècle, « la locomotion ».

« L'invention de cette technique revient à Eadweard Muybridge qui photographia en 1878 le galop d'un cheval à l'aide d'une succession d'appareils disposés le long du trajet.
À la suite d'un pari avec le milliardaire Stanford sur la véracité des expériences menées par Étienne-Jules Marey, qui avait décomposé le mouvement du cheval au pas de course avec son capteur pneumatique, provoquant le scepticisme des spécialistes, Muybridge s'emploie dans l'entreprise très coûteuse de reconstituer le mouvement du cheval au pas de course, la question étant « à un moment de son galop, le cheval n’a-t-il aucun pied en contact avec le sol ? »
Il aligne ainsi 12 appareils photographiques sur le côté d'une piste où doit courir le cheval. Les 12 appareils s'enclenchent quand les fils sur la piste se tendent au passage du cheval. Une fois l'ensemble des images rassemblées sur un même support, Muybridge met au point le zoopraxiscope capable de projeter la reconstitution du mouvement (et gagne ainsi son pari sur la véracité du travail de Marey.)» (Wikipédia)

Image

« Si les travaux et les inventions de Marey dans le domaine physiologique sont aujourd'hui encore utilisés avec profit, on sait moins souvent quel a été son rôle de pionnier dans l'invention du cinématographe. Il s'agit pour lui d'une recherche technique qui prolonge ses études de physiologiste. Son travail sur la locomotion des animaux, et en particulier du cheval, est à l'origine des photographies instantanées que E. Muybridge effectua aux États-Unis (1872-1878) pour décomposer le mouvement. Intéressé depuis longtemps par la visualisation graphique des phénomènes physiques complexes que leur rapidité ne permet pas d'observer (La Méthode graphique, 1878), Marey adopte en 1882 la photographie et met au point son « fusil photographique » dont le barillet est remplacé par une plaque photographique circulaire. C'est l'ancêtre de la caméra. La même année, il met au point son chronophotographe à plaque fixe, à disque rotatif fenêtré. Les diverses images des phases du mouvement s'inscrivent côte à côte sur une plaque unique. Idée féconde, qui l'amène en 1888 à remplacer sa plaque d'abord par une bande de papier sensible animée d'un mouvement de translation à arrêts intermittents, puis par le film transparent (1890). Il réalise la projection de ses films dès 1893, mais il refusera toujours d'adopter la perforation latérale qui permit aux frères Lumière de breveter et de commercialiser en 1895 les procédés mis au point par Marey et par son aide Demeny. » (« MAREY ÉTIENNE JULES - - (1830-1904) », Encyclopædia Universalis )

Image

« La découverte des travaux de Muybridge, en 1789 et 1881, entraîne Marey à considérer que la photographie instantanée, techniquement possible depuis peu depuis grâce aux plaques photographiques au gélatino-bromure d’argent, est un moyen d’enregistrement graphique très sûr et scientifique. Il met alors au point le fusil photographique (1882) et sur surtout la chronophotographie sur plaque fixe (1882), méthode ingénieuse et nouvelle basée sur l’utilisation d’un fond noir avec des sujets mobiles blancs. La multiplication des poses est obtenue par la rotation, devant la plaque, d’un disque fenêtré. C’est avec cette technique qu’il réalise ses photographies insolites de divers oiseaux, quadrupèdes (cheval, chien, éléphant…) et hommes à pied ou à bicyclette. Il construira dans ce but deux fonds noirs successifs en 1882 et un troisième plus grand et plus profond en 1886 [la « station physiologique »].
Les premiers essais de chronophotographie sur bande de papier mobile ont eu lieu en 1888 ; il adopte la bande de pellicule celluloïd de 90mm de large en 1889. Il produit alors avec un mécanisme de défilement et d’arrêts rapides de la pellicule jusqu’à 60 images par seconde. Ce sont les premiers « films », d’environ 1 m de long.
En 1892, il met au point un projecteur pour ces « bandes chronophotographiques »
. (Michel Frizot, Etienne-Jules Marey)

Image

La source la plus passionnante est de Marey lui-même, Le Mouvement.

Bonne journée.
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact