Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Actualités > Lyon à la Renaissance > Fenêtres dans le quartier du Vieux-Lyon

Fenêtres dans le quartier du Vieux-Lyon

par Phèdre75, le 29/11/2011 à 10:28 - 536 visites

Bonjour,

Les escaliers à vis du Vieux-Lyon sont situés dans une tour, aérée par des ouvertures. Ces ouvertures étaient-elles fermées à l'époque du Moyen-âge puis de la Renaissance ? Par quels moyens ?
Ou bien restaient-elles ouvertes ?

En était-il de même pour les fenêtres à meneaux ?

Merci beaucoup pour votre réponse.

Réponse du Guichet du savoir

par bml_reg, le 30/11/2011 à 11:37

Réponse de la Documentation Lyon et Rhône-Alpes

On peut voir dans le Vieux-Lyon plusieurs exemples d’escaliers en vis dans des tours rondes. Leurs ouvertures n’ont jamais été fermées comme en témoigne ce passage du livre Le Vieux Lyon de Pierre Faure-Brac :
Certes, dès l’origine, on peut repérer des particularismes locaux qui sont sans doute imputables à une influence venue du Sud, tels que ces tours-escaliers qui s’élèvent plus haut qu’il ne serait nécessaire pour la seule desserte des maisons et qui regardent par-dessus le toit du voisin, ou encore ces galeries qui distribuent les logements et qui, ouvertes à tous les vents, paraissent incongrues à qui connaît le climat lyonnais
.
Les grilles en fer qui ferment désormais certaines d’entre elles furent posées au fil des siècles.

Par contre, pour votre seconde question, il n’en est pas de même.

Les fenêtres à meneaux, caractéristiques de la fin du Moyen-Âge et de la Renaissance peuvent être fermées par du papier huilé. Ce dernier est tendu sur un châssis en bois directement gondé dans la pierre. Cette technique permettant une bonne translucidité avait cependant l’inconvénient de devoir changer régulièrement le papier. Aussi bon nombre des toits de l’époque ont une avancée afin de protéger les façades des maisons du ruissellement des eaux.
Dans d’autres cas, les fenêtres possèdent des vitres faites de petits carreaux de verre. Ce verre à vitre vient d’Allemagne ou d’Italie, et seuls les plus riches appartements peuvent en être pourvus. Il faut attendre le 18ème siècle pour que la Généralité de Lyon (circonscription administrative réunissant le Forez, le Beaujolais et le Lyonnais) soit autorisée à fabriquer ce verre. Dès lors, avec la possibilité de faire, sur place, une vitre de plus grande surface, les fenêtres à meneaux vont disparaître et seront remplacées par des fenêtres à la française.

Autres sources consultées :
- La Renaissance du Vieux Lyon : le journal,
- L'architecture à Lyon : l'antiquité à la fin du XVIIIe siècle de Jacques Beaufort,
- Vingt siècles d'architecture à Lyon (et dans le Grand Lyon) : des aqueducs romains au quartier de la Confluence de Jacques Beaufort,
- Le Vieux-Lyon : un patrimoine vivant de Gérald Gambier.

Un grand merci aux personnes contactées de l’association culturelle Renaissance du Vieux-Lyon.
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact