Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Actualités > Les prix littéraires > Création d'un prix littéraire

Création d'un prix littéraire

par AUDELAURENCE24, le 23/06/2016 à 16:32 - 1113 visites

Bonjour,
Je suis principale dans un collège, et je souhaiterais avec des enseignants de lettres créer un prix (le prix Maurice Fombeure) portant le nom du collège, car Maurice Fombeure était un enseignant écrivain et poète de la région.

Des conditions sont-elles nécessaires pour créer un prix (à l'échelle de notre établissement bien sur) ou peut-on le faire simplement ?

Merci d'avance.

Réponse du Guichet du savoir

par gds_db, le 27/06/2016 à 12:29

Bonjour,

Il ne semble pas falloir remplir de conditions particulières pour créer un prix littéraire.
Nous vous informons seulement des Conseils aux créateurs de prix et concours dispensés dans l'ouvrage intitulé "Le guide des prix et concours littéraires" par Bertrand Labes :

Vouloir créer un prix ou un concours est certainement une noble ambition. Beaucoup se sont lancés avec bonheur dans dure bataille, certains se sont brûlés les ailes dès la conception même de leur projet. Des conseils peuvent être préconisés, que devraient prendre en compte, d'une façon générale, ces nouveaux intervenants de la vie littéraire.
Il est impératif, si l'on a la moindre velléité d'une création de prix littéraire de se renseigner sur :
• l'utilité d'un tel prix ou concours. À quoi bon créer une énième attribution qui se délayera dans le flot de celles qui existent déjà, si elle ne sert objectivement à rien - ou à très peu de chose ? S'il s'avère qu'une telle récompense ne comblera pas un manque ressenti par un nombre appréciable de personnes, autant rassembler ses efforts vers d'autres modes d'expression ;
• l'existence d'un prix ou concours semblable, aux finalités équivalentes, couronnant les mêmes manuscrits ou genres littéraires. Les années 2000 ont vu fleurir les prix honorant les polars et autres romans noirs : il est évident que trop de prix en la matière nuit à la lisibilité de ces distinctions. Mais ceci peut être valable pour les premiers romans, par exemple;
• l'existence ou non d'un intitulé similaire; deux prix Tristan Tzara existaient, qu'il a fallu distinguer dans leur intitulé. Même chose voici peu de temps encore pour plusieurs prix Richelieu couronnant des genres littéraires différents. Chaque fois, le lecteur ou auteur potentiel, quand ce n'est pas l'éditeur qui veut présenter ses ouvrages, entre dans le doute : de quoi s'agit-il, et qui fait quoi ? La confusion n'est pas un idéal à suivre;
• la pérennité du prix; la dotation est une chose, mais les frais annexes en sont une autre. Le budget global d'un prix littéraire de moyenne importance représente souvent entre cinq à dix fois la récompense allouée au récipiendaire, et en tout cas plusieurs dizaines de milliers d'euros. Il est alors nécessaire de se poser la question de la fidélité dans le temps des partenaires, qui attendent des retombées de notoriété du prix et de leur solvabilité. Le problème pécuniaire a toujours représenté le nerf de la guerre. Trop de prix disparaissent par défaillance des partenariats. Sont particulièrement touchés par ce phénomène les prix ayant un appui financier direct des collectivités locales. Tout peut être remis en question par un simple changement de majorité électorale... Les apprentis organisateurs ont donc intérêt à assurer leurs arrières, quitte à aborder plusieurs partenaires.
(pages 13-14)

L'auteur semble toutefois favorable aux prix "scolaires" :
Les nouvelles générations
Deux remarques s'imposent [...]
Une nouvelle fois, on soulignera l'augmentation des prix littéraires organisés par des collèges ou lycées, et parfois même des écoles primaires. Les professeurs, aidés de bibliothécaires ou de libraires, font un travail remarquable. Ils sélectionnent des ouvrages contemporains, souvent des romans, voire des premiers romans ou maintenant des romans policiers, et les inscrivent dans leurs programmes de cours. Les élèves les étudient en classe pendant plusieurs mois, puis votent pour élire leur préféré. Le but du prix est d'inciter les jeunes à lire la littérature contemporaine, qu'ils n'abordent pas d'une façon générale tout seuls. Le prix littéraire, alibi culturel? Pourquoi pas?

(page 12)

Pour plus d'information, nous vous conseillons de contacter la structure régionale pour le livre dont vous dépendez. Pour la région Rhône-Alpes, il s'agit de l'ARALD, pour la région Poitou-Charentes (s'il s'agit bien de votre "région"), il conviendra de s'adresser au Centre du Livre et de la Lecture Poitou-Charentes.

Ces autres documents pourront aussi vous intéresser :
- Comment sont financés les prix littéraires?
- Liste des prix littéraires
- Guide des prix et concours littéraires

Bonne journée.
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact