Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Actualités > Les prix littéraires > Prix littéraires et édition suisse...

Prix littéraires et édition suisse...

par noisetine, le 26/11/2009 à 13:00 - 1369 visites

Bonjour !

Le prix Fémina étranger a été remis cette année à Matthias Zschokke pour Maurice à la poule, édité chez les Éditions Zoé (Genève). Il me semble que les maisons suisses (et plus généralement non-parisiennes), ne voient que très rarement leurs auteurs primés par les grands prix littéraires français. Est-ce que je me trompe ? Connaissez-vous des contre-exemples ?

Merci d'avance !

Réponse du Guichet du savoir

par bml_litt, le 27/11/2009 à 15:44

Réponse du département Langues et Littératures

« Le voyageur qui débarque aujourd'hui sur les rives du Léman, ou d'un de ces innombrables lacs qui font le charme et la beauté de la Suisse, a peu de chances d'y avoir été attiré par la réputation des écrivains locaux. Quand celle-ci, jadis, dépassait les frontières de la Confédération, c'était, si l'on peut s'exprimer ainsi, comme involontairement. Qui sait encore que Cendrars était suisse ? Qui a lu Gustave Roud ou Maurice Chappaz ? Et qui, en France, tient maintenant le rôle de Jean Paulhan, qui préfaça Cingria et édita Jaccottet - mais eux aussi écrivaient, écrivent en français. Les grands noms de la littérature suisse, comme Robert Walser, appartiennent, semble-t-il, au passé. Un passé encore récent en ce qui concerne Max Frisch et Friedrich Dürrenmatt, les derniers à avoir été internationalement (mais plus dans les pays germanophones que francophones) reconnus par le grand public. C'est pour remédier à cette situation anormale que le Centre National du Livre a invité cette année, en France, dans le cadre des Belles Etrangères , 14 écrivains venus de cet étrange pays, avec mission de le représenter, ce qui n'est pourtant pas dans leurs habitudes. « La Suisse est une prison et chaque Suisse est son propre geôlier », disait Dürrenmatt à Vaclav Havel. Entre paradis fiscal et paradis tout court, il semble qu'il y ait une nuance même si tous les écrivains, loin s’en faut, ne sont pas malheureux en Suisse. Il est vrai qu’ils sont de moins en moins nombreux à y vivre, et surtout à pouvoir y vivre de leur plume, à cause du (trop) petit nombre de lecteurs potentiels et du (trop) grand nombre de langues officielles. Le multilinguisme-on parle et on écrit l’allemand, le français, l’italien et le romanche-est culturellement une richesse, mais matériellement un handicap pour l’écrivain, qui cherche naturellement à se faire aussi connaître et éditer en dehors de son petit pays, en Allemagne, en France et en Italie pour commencer. »
Ainsi s’exprimait Dominique RABOURDIN dans le N°403 du Magazine Littéraire du 1er novembre 2001. Il annonçait de cette façon l’invitation de 14 écrivains suisses dans le cadre des belles étrangères 2001.
magazine littéraire



L’article de Jacques Guyaz du 07-12-2001 sur DOMAINE PUBLIC, site indépendant d’analyse, de commentaire et d’information sur la Suisse nous éclaire également sur la faible représentation des auteurs suisses dans l’hexagone.
« En France, le centre national du livre est un établissement public destiné à fournir aides et subventions aux éditeurs et auteurs de langue française. Cet organisme a la bonne idée d'inviter deux fois par année sous un titre tiré d'Aragon, Les belles étrangères, des auteurs d'un pays étranger à effectuer une tournée de conférences, de débats et de lectures en France. Cet automne, c'était au tour de la Suisse avec quatorze écrivains conviés par nos amis français.
Le choix fut assez déséquilibré en faveur de la Suisse «latine» avec cinq écrivains de langue française : Anne-Lise Grobéty, Yves Laplace, Michel Layaz, Anne Perrier et l'illustratrice Albertine Zullo ainsi que deux écrivains tessinois, Alberto Nessi et Giovanni Orelli sans oublier le romanche Oscar Peer. Les Alémaniques réduits à la portion congrue avec six invités seulement dont les vedettes que sont Zo‘ Jenny et Adolf Muschg. Il n'empêche que l'impression demeure que pour les Français, la Suisse alémanique est une terra incognita.
Cette impression est d'ailleurs renforcée par la préface du livre qui rassemble de courts textes originaux, généralement des petites nouvelles, écrits par les invités. Le critique littéraire et traducteur Gérard Meudal, dans sa présentation de la littérature suisse, évoque d'ailleurs de manière presque exclusive la littérature romande avec les inévitables références au voyage en Suisse de Jean Paulhan et aux lettres écrites par Charles-Ferdinand Ramuz à son éditeur. Il y a bien quelques références à Nicolas Meienberg et Hugo Loetscher, mais elles restent fort limitées.
Il ne s'agit pas ici de fustiger les officialités d'Outre-Jura qui ont eu la bonne idée d'inviter des écrivains suisses, mais de relever cet indécrottable provincialisme français peu réceptif face à l'étranger, surtout quand il appartient à la sphère germanique. La préface du livre présente d'ailleurs un intérêt sociologique. A l'exception de Chessex et de rares noms d'écrivains actuels, comme Roland Jaccard qui habite Paris, les auteurs cités appartiennent à cet âge d'or de la littérature romande que furent les années cinquante et soixante du siècle passé (Catherine Colomb ou Maurice Chappaz par exemple). Ce regard français semble nous dire que les auteurs actuels ne sont peut-être pas à la hauteur de leurs glorieux prédécesseurs. Chacun jugera. »

Quatorze écrivains suisses, les belles étrangères, éd. Verticales, Le Seuil, Centre national des lettres, 2001.

Si nous devons donc ne vous citer qu’un seul contrexemple, nous choisirons celui de jacques CHESSEX qui a obtenu le prix GONCOURT en 1973 avec « L’ogre ».
L'ogre de Jacques CHESSEX

Quant à Philippe JACCOTET, il a obtenu le grand prix de poésie de la ville de Paris en 1985.
Philippe JACCOTTET


Les écrivains suisses reçoivent beaucoup de prix…suisses.
Voici quelques sites qui vous aideront à vous repérer dans le dédale des prix littéraires suisses.

Prix littéraires en Suisse romande
Littérature suisse entre introspection et subversion

Liste d'écrivains suisses regroupés par région linguistique et mention des prix littéraires

Et pour terminer, nous vous recommandons la lecture de ces deux écrivains suisses qui ne pourront vous décevoir qu’en bien, comme on dit là-bas!

Milena MAUSER
Claude SULZER


  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact