Le Guichet du Savoir - Consulter le sujet - Mémoire universitaire

Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Mémoire universitaire

Mémoire universitaire

par Claps, le 03/04/2017 à 14:39 - 873 visites

Bonjour,

Dans le cadre de mon mémoire de fin d'études (en Ingénierie des Projets Culturels et Interculturels), je suis à la recherche de différentes références me permettant d'entamer sa rédaction.

Mon mémoire s'intéresse aux pratiques urbaines et notamment au graffiti et au street art, et a pour grands axes :
- les transformations des valeurs et pratiques du graffiti/street art par leur institutionnalisation à travers des expositions et festivals ;
- l'écriture des règles graffiti/street art par leur apprentissage (avec comme public : les jeunes).
J'attends de mes recherches qu'elles m'aident à choisir entre l'institutionnalisation du graffiti ou son apprentissage comme vecteur(s) de transformation (ou de création) des codes et règles de ces pratiques.

J'espère être claire... Avez-vous des références à me conseiller ?

Merci par avance !
Très bonne journée et à bientôt,

Apolline Clapson

Réponse du Guichet du savoir

par bml_art, le 06/04/2017 à 18:49

Réponse du département Arts et Loisirs

On assiste de nos jours, à la faveur de la tendance générale à décloisonner les frontières, à une reconnaissance du street art par le public et par le milieu du marché de l’art. Les galeries et les manifestations internationales qui proposent cette forme d’art sont de plus en plus nombreuses. Internet et les réseaux sociaux favorisent et amplifient cet essor, et en modifient sa réception. Rares sont les artistes qui résistent aux sirènes du marché et il ne fait pas de doute que les formes initiales du street art évoluent vers plus de civilité. On perçoit le même phénomène dans le domaine de la danse, où les danseurs du hip hop prennent place sur la scène de la danse contemporaine.

Une recherche toute simple sur le moteur de recherche Google à partir de l’expression « institutionnalisation du street art » amène 11 300 résultats, dont les premiers résultats sont tout à fait recommandables :
- La communication d’Astrid Fedel au Forum d’Avignon « Le street art à l'heure de son institutionnalisation. »
- Le mémoire de Master d’Élise Lavigne « Intégrer intelligemment l’art urbain en galerie, une action globale aux côtés des artistes : pertinente sur le marché de l’art et engagée dans la réappropriation de l’espace public. »
- Le mémoire à l’université Jean Jaurès à Toulouse de LOIC MAZENC « Le street-art, ou l'institutionnalisation problématique d'une pratique contre-culturelle ».
- L’article de Gerini Christian, « Le street art, entre institutionnalisation et altérité », Hermès, La Revue, 2/2015 (n° 72), p. 103-112.

Sur le site le-graffiti.com, qui contient des dossiers spécifiques, vous avez celui intitulé « Le graffiti dans les galeries, musées et publicité ».

Parmi nos ouvrages, nous vous signalons, au sujet de l’institutionnalisation du street art :
Le street art au tournant : reconnaissances d'un genre / Christophe Genin
Christian Gerini, dans sa note de lecture du livre dans la revue Questions de communication, écrit :
« L’atout principal du livre réside dans le fait qu’il ne s’intéresse pas seulement aux questions de définition de ce qu’est le street art, de son ou ses histoires, de ses origines, de ses formes et des influences qu’elles recèlent, des diverses dénominations et appellations dont il fait l’objet : sur tous ces points, Christophe Genin dresse un état des lieux proche de l’exhaustivité et corrige de nombreuses erreurs, en particulier sur la question des origines que l’on réduit souvent très schématiquement et de façon doctrinale – quand on ne les fait pas carrément remonter aux dessins des grottes préhistoriques – aux graffitis de New York, Détroit ou Chicago apparus il y a une soixantaine d’années. En outre, il démystifie les vertus de « nouveauté » et d’« originalité artistique » dont on a couvert ce « genre » avant même de commencer à y voir un « art ».
L’intérêt essentiel de l’opus réside justement dans le questionnement qu’entreprend l’auteur sur la reconnaissance du street art et de sa récupération dans les circuits marchands ou institutionnels de l’art, tendance forte depuis déjà quelques années, mais qui a débuté par des tentatives de récupération plus anciennes.
»
Le street art au tournant : de la révolte aux enchères / Christophe Genin.
Etat des lieux du graffiti et du street art : enquête / Cédric Naïmi.
Street art et graffiti / Anna Waclawek.
Paris : de la rue à la galerie / Nicolas Chenus et Samantha Longhi.
Regroupant le travail d'une sélection de 30 artistes français incontournables, Paris, de la rue à la galerie présente les œuvres de ceux qui ont fait leurs armes sur les murs parisiens. Graffs, fresques, affiches, pochoirs, leurs créations sont multiples. Le point commun de tous ces artistes est leur investissement dans les rues de Paris durant les années 2000 mais aussi leur évolution en galerie en France et à l'étranger.
Une esthétique urbaine : grapheurs d'Europe / sous la direction de Claire Calogirou.
On y retrouve, outre les focus sur les places fortes du graffiti européen, des thèmes comme le marché de l’art avec la participation de Valérie Mondot, fondatrice de Taxie Gallery, la constitution de collections avec Emmanuel Moyne, avocat et collectionneur d’art hors-normes, ou encore le métier de galeriste avec Willem Speestra, galeriste et collectionneur.
Le guide de l'art contemporain urbain 2012.
Après une introduction sur l’art contemporain urbain à travers le monde, la revue présente des exemples de cotes atteintes dans l’année, des entretiens avec 18 acteurs de l’art urbain (éditeurs, collectionneurs, critiques, marchands), des notices d’une centaine d’artistes à suivre, un index des galeries spécialisées dans le monde.
American graffiti / Margo Thompson.
Deux chapitres, p. 143-250, « Le Graffiti dans les galeries » et « Le Graffiti après « Post-Graffiti » » examinent le rôle des galeries dans le mouvement.
Le pressionnisme, 1970-1990 : les chefs-d'oeuvre du graffiti sur toile, de Basquiat à Bando.
Street art / Johannes Stahl.
Trespass : une histoire de l'art urbain illicite / de Carlo McCormick.
Graffiti : une histoire en images / Bernard Fontaine.

Sur l’apprentissage du street art :
Le manuel du street art : matériel et techniques / Benke Carlsson, Hop Louie.
Vous trouverez dans ces pages tous les procédés actuels du street art (pochoir, poster, collage, peinture, détournement publicitaire, installation, mosaïque, tricot...), décrits par ses figures majeures. Des street artists des quatre coins du monde, qui ont fait de la rue leur galerie et de vous leur public - ou disciple -, y présentent leurs travaux, témoignent de leur pratique et vous donnent des conseils pour se lancer. Grâce à leurs combines et recettes maison, vous apprendrez à fabriquer vous-même votre matériel (encre, colle, marqueur, pochoir, table de sérigraphie) et réaliser vos propres projets.
Street art : un musée à ciel ouvert / Ambre Viaud.
Graffiti school : guide de l'étudiant et manuel de l'enseignant / Christoph Ganter.
L'Atlas/ Anne Gautier, Sarah Mattera.
Le Black Book est le carnet de croquis de l’artiste issu du street art. Quoi de plus stimulant pour des enfants que de créer leur propre carnet personnalisé ? C’est ce que leur propose la collection "Black Color Book", qui décline, à travers une couleur dominante, l’univers d’un artiste, et propose à l’enfant de créer à ses côtés. Avec L’Atlas, artiste qui a fait de l’affiche et du skotch ses moyens d’expression privilégiés sur les murs des villes, l’enfant est invité à réaliser des lettres, des boussoles, des tampons… Ces activités sont présentées de manière pédagogique et progressive. Cette dimension interactive du livre, véritable cahier d’activités (une pochette finale contient les divers éléments à découper, coller…), est complétée par une présentation de l'univers de L’Atlas.
Street fonts : alphabets de graffitis des quatre coins du globe.
Cet ouvrage présente 154 alphabets réalisés par des graffeurs talentueux comptant parmi les plus créatifs de la planète. Ils nous livrent leur interprétation personnelle de l'alphabet latin, dans une variété de styles allant des lettres traditionnelles aux caractères les plus modernes.
Alphabeatz : le graffiti en toutes lettres / Woshe.
Une analyse du langage graphique des graffeurs pour comprendre l'organisation de l'alphabet et des lettres depuis la naissance du graffiti. Les formes typographiques sont expliquées et illustrées. Avec le témoignage de graffeurs contemporains.
Street artbooks : carnets de croquis / Tristan Manco.
Tristan Manco a rencontré plus de soixante artistes issus d'univers aussi variés que l'illustration, le graffiti, la peinture, le graphisme ou encore l'animation. L'exploration de leurs carnets de croquis permet de mieux appréhender leur univers, leurs méthodes de travail, leurs obsessions, leurs sources d'inspiration.

Des exemples d’artistes issus du street art et dont les développements de l’œuvre relèvent de l’art contemporain :
JonOne : above and below : exposition, Montpellier, Carré Sainte-Anne, 24 juin - 1er novembre 2015.
Basquiat.
Keith Haring.

Pour suivre l’actualité dans le domaine, nous vous conseillons l’excellente revue Graffiti art.

Bonne journée !
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact