Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Actualités > He had a dream > Prix d'un esclave noir au XVIIIe siècle

Prix d'un esclave noir au XVIIIe siècle

par aloysia.l, le 11/09/2016 à 10:25 - 369 visites

Bonjour,

Serait-il possible de savoir approximativement le prix d'un esclave noir du XVIIIème savant qu'en 1712 un captif noir était vendu entre 384 et 410 livres tournois?

référence: https://fr.wikipedia.org/wiki/Commerce_ ... 40_et_1870

Merci d'avance,

Réponse du Guichet du savoir

par bml_civ, le 15/09/2016 à 09:30

Bonjour,

Le prix d’un esclave noir était variable. André Salifou dans son ouvrage L’esclavage et les traites négrières, explique que le prix de vente des esclaves dépend « de leur âge, de leur sexe, de leur apparence physique, de leur docilité, de leur savoir-faire. Ils étaient classés en catégories standardisés ("extra", "première classe", "ordinaire"), mais chacun avait un prix […] Au XVIIIe siècle par exemple, le prix moyen d’un esclave oscillait entre 500 et 2000 livres. Rappelons qu’à la même époque, le prix d’achat de captifs au Sénégal variait entre 100 et 200 livres et, à la fin du siècle, seule la pièce d’Inde pouvait atteindre les 300 livres » (p.111).

Précisons tout de même, puisque vous l’évoquez dans votre question, la nuance entre "captif" et "esclave". Sur cet aspect, Raymond-marin Lemesle, dans son Commerce colonial triangulaire, affirme que « La distinction des uns et des autres peut paraitre artificielle. Le terme générique d’esclave devrait sans doute suffire pour la description d’un tel trafic. Mais ce trafic comportait au moins deux temps : celui où les noirs étaient troqués ou recelés, donc captifs, et celui où ces malheureux devenaient statutairement des esclaves au moment de leur vente dans les colonies, en vue d’une situation de servitude » (p. 85).

Ainsi, Gaston-Marin, dans L’ère des négriers, indique que « si le prix d’achat des captifs parait avoir eu une certaine fixité, il n’en est pas de même du prix de vente des captifs. Parmi les causes qui le font varier, il convient de signaler d’abord l’incidence des événements de la politique extérieure […] Un long mémoire contradictoire de 1762, estimait de 1000 à 1200 livres le prix d’un nègre avant la guerre de 1744 et “communément de 1700 à 2000 livre pièce” depuis cette paix […] Mais la vente de la cargaison de la Perle fait ressortir le prix moyen de l’esclave à 1384 livre argent des îles (même pas 1000 livres argent de France) » (p. 127).

L’historien Eric Saugera mentionne quant à lui qu’ « à l'époque de la Révolution française, il en coûtait aux colons entre 1 500 et 2 500 livres environ par individu - cet argent, dit des colonies, étant supérieur d'un tiers à l'argent de France » (Source : 1libertaire.free.fr).

Vous pouvez aussi vous reporter aux ouvrages que mentionne la page Wikipedia indiquée dans votre question :
- La traite des Noirs : histoire du commerce d'esclaves transatlantique, 1440-1870, de Hugh Thomas, 2006.
- La traite des Noirs : bastilles négrières et velléités abolitionnistes, Serge Daget, 1990

Bonnes lectures !
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact