Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Abbé Vautrin Suite

Abbé Vautrin Suite

par le chat, le 05/11/2005 à 19:44 - 6620 visites

Bonjour, un certain abbé Vautrin, ou Vautrhin? aurait créé à Lyon, avant 1940, un mouvement nommé " les chevaliers de Notre Dame", dont le siège était situé dans la montée du Gourguillon à Lyon. Il aurait eu quelques ennuis après la guerre ....
Pouvez m'éclairer à ce sujet ? Merci d'avance.

Réponse du Guichet du savoir

par bml_reg, le 09/11/2005 à 19:09

Réponse de la Documentation Lyon et Rhône-Alpes

Il semble que vous fassiez référence à la Militia Sanctae Mariae, un ordre de chevalerie catholique constitué le 6 août 1945 (et non pas avant 1940). Cet ordre a été successivement dirigé par le Colonel Jehan de Penfentenyo de Kervéréguen, André Jozan, le colonel Maurice Courtois et Frédéric Dubois. L'Ordre aurait assisté Paul Touvier, chef du service de renseignements de la Milice à Lyon en 1943 et 1944, dans sa cavale. Celui-ci, fut deux fois condamné à mort par contumace, en 1946 et 1947, pour trahison et pour intelligence avec l'ennemi. Il vécut alors dans la clandestinité, protégé par des institutions religieuses, un réseau complexe allant du Secours catholique à divers couvents de Chambéry, pour finir par l'archevêché de Lyon où Touvier fut domicilié.



Pensez-vous que nous soyons sur la bonne piste et souhaitez-vous davantage de renseignement sur cette question ?

Réponse de le chat

par le chat, le 10/11/2005 à 17:27

Bonjour,

je vous avais demandé, la semaine dernière des infos sur l'abbé Vautrin qui avait monté un mouvement catholique avant 1940, dénommé "Les Chevaliers de Notre Dame" dont le siège était situé dans la montée du Gourguillon, dans un bâtiment encore visible et repérable par une inscription "LE MANOIR"

Vous m'avez répondu en me parlant de la Milita Sanctae Mariae, mais je ne pense pas qu'il s'agisse de la même chose. L'abbé Vautrin en question a été aumonier du Lycée Ampère et il exerçait en 1936. Plus tard, il aurait été aumonier de la milice, rue Sainte Hélène avant de rencontrer de gros ennuis à la Libération. Il aurait même été condamné à mort, mais ses "relations" lui auraient permis d'échapper au châtiment. Il aurait terminé sa carrière religieuse en tant que curé de campagne dans la région.

Plusieurs personnes m'ayant parlé de cette histoire, je la crois donc véridique, mais j'aimerais vérifier ces dires et les compléter d'autre éléments.

Merci de votre aide.... le chat

Réponse du Guichet du savoir

par bml_reg, le 12/11/2005 à 15:05

Réponse de la Documentation Lyon et Rhône-Alpes

Il s’agit donc de Stéphane Vautherin, né à Francheville dans le Rhône le 10 octobre 1889 et aumonier du lycée Ampère. Il habitait 70, montée du Gourguillon.
Il avait été ordonné prêtre en 1913, vicaire de plusieurs paroisses de la Loire. L’abbé Vautherin a été interrogé à plusieurs reprises à la Libération entre septembre et décembre 1944.

Il se défendit lors de ces interrogatoires d’avoir été aumônier de la Milice : il aurait simplement célébré la messe au 10, rue Sainte-Hélène, dans des locaux occupés par la Milice. Il aurait été par hasard leur voisin : la Milice, installée à l’Alcazar en novembre 1943, montée du Chemin neuf, avait une entrée montée du Gourguillon. Mongour, chef de la Milice, ex-élève du séminaire, l’aurait alors sollicité pour que les miliciens puissent suivre l’office du dimanche dans la chapelle de la rue Sainte-Hélène. L’abbé Vautherin aurait demandé l’aval de Mgr Rouche, posant comme condition à la Milice que les prisonniers assistent également aux offices. Une lettre d’autorisation de Mgr Rouche, trop tardive –elle est datée du 16 août 1944 – pour ne pas paraître avoir été obtenue en « couverture » confirme les propos de l’abbé.
Entre 1943 et jusqu’à la Libération, l’abbé Vautherin resserra ses liens avec la Milice, appelant lors de ses sermons «… à libérer la France des bandits bolchéviques et terroristes en suivant le Maréchal… ».
L’abbé Vautherin connaissait bien Touvier, qu’il appelait « Chef Paul » et qu’il a hébergé en août 1944 montée du Gourguillon avec sa maîtresse dite « Nanou » et un autre milicien, Camille Montesuy.
Plusieurs témoignages de l’abbé Vautherin figure dans le dossier de Paul Touvier, soutenant la thèse selon laquelle lui–même et Paul Touvier seraient intervenus avec succès dans la libération de nombreux prisonniers de la Milice avant la Libération. Cette thèse fut démentie par Jeanblanc, chef de l’Armée secrète à Saint-Etienne, qui comptait au nombre de ces prisonniers.
Le 5 septembre 1944, Paul Touvier quitta le domicile de l’abbé Vautherin, en y abandonnant tous ses papiers.

Source : [i]Lyon des années bleues de Gérard Chauvy[/i]

Concernant les Chevaliers de Notre-Dame
Avant d'être au Lycée Ampère, il semblerait que l'abbé Vautherin ait exerçé à Collonges-Mont-d’Or où il aurait créé une œuvre pour les jeunes « Les Chevaliers de Notre-Dame ». Mais cette oeuvre pour les jeunes pourrait être également une des premières sections des Scouts de France, fondée par l'abbé et avec lesquels il aurait rompu au bout de trois ans pour divergences pédagogiques.
On retrouve par ailleurs mention des "Chevaliers de Notre-Dame", mais domiciliés cette fois montée du Gourguillon, dans l'ouvrage de Gérard Chauvy citant la brochure-plaidoyer publiée en 1979 par Paul Touvier, intitulée [i]Mes crimes contre l'humanité[/i]. Dans ce document, Paul Touvier parle effectivement du domicile de l'abbé Vautherin comme de la "maison des Chevaliers de Notre-Dame".

  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact