Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Grille d'entrée du parc de la tête d'or

Grille d'entrée du parc de la tête d'or

par facelift, le 01/08/2006 à 14:22 - 2988 visites

Bonjour,
Je sais que le portail monumental de l'entrée principale du parc de la Tête d'Or est l'oeuvre de Joseph Bernard, un anarchiste condamné en 1883 pour affiliation à l'Association Internationale des Travailleurs (1ère Internationale).
Je sais aussi qu'après sa peine de prison, il a abandonné l'anarchisme pour le socialisme autoritaire, mais j'aimerais savoir quand il a forgé ce portail et pourquoi est-ce à lui que ce travail a été soumis ?

Réponse du Guichet du savoir

par bml_reg, le 03/08/2006 à 15:32

Réponse de la Documentation Lyon et Rhône-Alpes


Dans le dernier ouvrage, le plus complet, paru sur le sujet, intitulé Lyon, le parc de la Tête d'or, sous la plume de Louis-Michel Nourry, nous apprenons tout sur la conception et la réalisation du parc par les frères Bühler. Les grilles de la "porte des Légionnaires", comme elle était appelée alors, sont réalisées d’après les dessins de l’architecte Charles Meysson par l’entreprise lyonnaise de Jean Bernard (c'est le nom que l'auteur cite). Cette réalisation s’échelonne sur les années 1900 à 1903 et les grilles sont définitivement scellées en mars 1903. Mais L.M. Nourry ne dit rien du passé de Jean Bernard.

En consultant internet, nous apprenons que :

Le 8 janvier 1883, à Lyon, débute le procès dit "des 66". Il est reproché aux accusés: "[i]D'avoir (...) été affiliés ou fait acte d'affiliation à une société internationale, ayant pour but de provoquer à la suspension du travail, à l'abolition du droit de propriété, de la famille, de la patrie, de la religion, et d'avoir ainsi commis un attentat contre la paix publique[/i]".
Le 19 janvier, les prévenus liront une déclaration pour expliquer "Ce qu'est l'anarchie et ce que sont les anarchistes".
Mais, de très dures condamnations seront prononcées contre les inculpés : 4 ans de prison pour les "meneurs", tel Pierre Kropotkine, Emile Gautier, Joseph Bernard, Pierre Martin, Toussaint Bordat... et de six mois à trois ans pour 39 autres compagnons.

La très intéressante étude sur l’anarchisme à Lyon, Lyon et les anarchistes, faite par Henri Cogoluenhes, parue dans la revue "Rive gauche", fait le point sur l’histoire des anarchistes à Lyon et dans la dernière partie nous apprenons qu’à la suite de l’attentat de l’Assommoir – cabaret installé au sous-sol du Théâtre Bellecour (qui deviendra, plus tard, le hall du Progrès et, plus tard encore, celui de la FNAC), au cours duquel une explosion fit de nombreux blessés, la police arrêta, un peu au hasard, quelques militants fichés. Le procès eu lieu de janvier à mars 1883, parmi les accusés nous trouvons Kropotkine, Elisée Reclus et… Jean Bernard, un ouvrier forgeron parfaitement étranger à l’attentat. "[i]Ce Jean Bernard eut, pendant la traversée vers Nouméa, de longues conversations avec Kropotkine, le grand théoricien de l’anarchie. Après sa libération Bernard ouvrira, 303 rue Dugesclin, un atelier de ferronnerie vite apprécié, puisqu'en 1901, lui fut confié l’exécution des grilles monumentales du Parc de la Tête d’Or"[/i]

Vous pouvez consulter à la bibliothèque un ouvrage du fonds de la bibliothèque des Fontaines Le procès des anarchistes devant la police criminelle... de Lyon qui retrace tous les moments du procès pour chaque accusé (interrogatoire et défense) dont Joseph Bernard, alors âgé de 28 ans.

Nous ne sommes pas arrivés à déterminer si "Jean Bernard" et " Joseph Bernard " sont une seule et même personne.

Réponse de facelift

par facelift, le 26/08/2013 à 16:32

En complément à ce sujet :
viewtopic.php?f=2&t=18455&p=33464#p33464

La consultation de la revue La Construction Lyonnaise permet de trancher le dilemme du prénom de Bernard : Jean ou Joseph que donnent différents ouvrages d'histoire locale.
Il s'agit bien de Joseph, ayant effectivement son atelier au 303 rue Duguesclin.
La consultation de l'indicateur Henry (année 1901) nous précise le lieu de résidence de Bernard, à proximité de son atelier. L'année 1901 étant une année de recensement, il est facile d'obtenir la confirmation que c'est bel et bien l'ancien condamné du procès des anarchistes de 1883, Joseph Bernard, qui réalise la grille d'entrée du parc de la Tête d'Or.
Quant à l'article de Cogoluenhes, il est truffé d'erreurs grossières (ce que vous ne pouviez évidemment pas savoir). Rien que dans l'extrait que vous citez, j'ai relevé celles-ci :
- Le procès des 66 n'est pas celui de l'attentat de l'Assommoir (un autre procès a lieu relativement à cette affaire en décembre 1883)
- Reclus ne figure pas au nombre des inculpés ni pour l'un ni pour l'autre des procès
- "Jean" Bernard doit bien sûr être renommé Joseph
- Ni lui, ni Kropotkine n'ont été envoyé vers le bagne de Nouvelle-Calédonie
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact