Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Parcours d'un soldat 39/45

Parcours d'un soldat 39/45

par amical, le 23/01/2011 à 12:14 - 7568 visites

Bonjour.
Mon père, aujourd'hui décédé, à été prisonnier en Allemagne durant la dernière guerre.
Est il possible de retrouver tout ou partie de son parcours de prisonnier durant ses cinq années de captivité ?
J'ai consulté le site de l'Office National des Anciens Combattants ou il n'y a absolument rien...
Merci à vous si vous aviez quelques pistes de recherche.
Cordialement.

Réponse du Guichet du savoir

par bml_civ, le 26/01/2011 à 14:20

Réponse du Département Civilisation

Des questions similaires* ont déjà été posées au guichet, certaines mentionnent des lieux, d'autres donnent des noms, la réponse à votre question recoupera ou complétera les différentes recherches que nous avons déjà faites.

Nous vous proposons quelques pistes précises à suivre

- Les ARCHIVES NATIONALES, fiche de recherche Les prisonniers de guerre français sous le IIIe Reich

Au cours de la campagne de France (mai–juin 1940), 1 800 000 soldats français furent capturés par les troupes allemandes avant d’être internés dans différents types de camps.
On doit distinguer entre les frontstalags, camps installés dans la France occupée d’où les prisonniers furent transférés en Allemagne (sauf la plupart des soldats français d’outre-mer qui y demeurèrent), et les camps établis sur le territoire du Reich allemand : les oflags (camps d’officiers) et les stalags (camps de sous-officiers et de soldats).
Au nombre de soixante-quinze, oflags et stalags étaient répartis dans les régions militaires allemandes (Wehrkreis) dont ils portaient le numéro suivi d’une lettre (IA, IB, etc.). Chaque camp était constitué d’un camp central et de kommandos de travail pouvant grouper de quelques hommes (fermes agricoles) jusqu’à plusieurs centaines (chantiers, usines, mines). Neuf prisonniers sur dix étaient utilisés dans les kommandos de travail.
L’administration de chaque camp comprenait les services allemands (Kommandantur) et l’équipe de l’ « homme de confiance », prisonnier représentant ses camarades auprès de la Kommandantur du camp et des services de liaison français (ou le doyen des officiers pour les oflags).

Principales séries et cotes à consulter aux Archives nationales – site de Paris

Le premier ensemble de documents, relatifs aux prisonniers de guerre français pendant la Seconde Guerre mondiale, à consulter aux Archives nationales – site de Paris est la sous-série F9 (Affaires militaires). En effet y sont regroupées des archives émanant de plusieurs organismes s’étant occupés du sort des prisonniers de guerre, d’une part les services du gouvernement de Vichy (Service diplomatique des prisonniers de guerre dit Mission Scapini, Direction du service des prisonniers de guerre, Commissariat aux prisonniers de guerre rapatriés et aux familles de prisonniers de guerre, Secrétariat général aux anciens combattants), d’autre part ceux d’Alger (Commissariat aux prisonniers, déportés et réfugiés) puis de la France libérée (Ministère des prisonniers, déportés et réfugiés).

-Le SERVICE HISTORIQUE DE LA DEFENSE

Parcours et destins individuels :Dossiers individuels de prisonniers de guerre, déportés, travailleurs, internés dans les prisons françaises ou allemandes

Constitués de tous les documents personnels amassés par le service dans l’immédiat après-guerre, ces dossiers concernent près de 2 000 000 de personnes. Ils sont répartis entre dossiers de prisonniers de guerre, dossiers de travailleurs et dossiers de déportés, internés ou fusillés. On y trouve différents types de documents, produits aussi bien par les autorités allemandes que par les services de l’État français ou par l’administration des Anciens combattants, qui recensent les différentes étapes de la captivité ou du séjour en Allemagne de chaque individu.

Fichier national des prisonniers de guerre
Constitué dès 1940, ce fichier a été alimenté au cours du conflit par les différents services de prisonniers de guerre, puis par le ministère des prisonniers, déportés et réfugiés et le ministère des anciens combattants et victimes de guerre, grâce aux informations recueillies lors des opérations de rapatriement.

Fichier « colonial »
Le fichier colonial est l’équivalent du fichier national pour les prisonniers de guerre originaires des anciennes colonies françaises. Les fiches sont classées par pays d’origine des individus concernés : Algérie, Antilles, Cameroun, Côte d’Ivoire, Djibouti, Guinée, îles du Pacifique, Inde, Indochine, Maroc, Madagascar, Niger, Sénégal, Soudan, Togo-Dahomey, Tunisie.

Fichier individuel original allemand (Personalkarten ou PK)
Les fiches individuelles originales allemandes de prisonniers de guerre français ont été établies par le Service d’information de la Wehrmacht. Plusieurs types de fiches coexistent : Les PK I procurent des informations sur l’état civil et l’immatriculation du prisonnier de guerre et, parfois, des données médicales ; les PK II précisent la situation des comptes personnels des prisonniers de guerre (sommes touchées et prélevées) ; les PK III signalent les différentes affectations des prisonniers dans les kommandos (ou antennes extérieures) dépendant des camps où ils se trouvaient, ainsi que les transferts entre camps.

nb :*Questions similaires posées au guichet :

-[url=http://www.guichetdusavoir.org/ipb/index.php?showtopic=40707&hl=prisonniers+de+guerre+français]Prisonniers de guerre 1940, conditions de vie, premiers Résistants[/url]

-[url=http://www.guichetdusavoir.org/ipb/index.php?showtopic=39587&hl=prisonniers+de+guerre+français]prisonnier de guerre, André Curieux[/url]

-Le [url=http://www.guichetdusavoir.org/ipb/index.php?showtopic=39155&hl=prisonniers+de+guerre+français+39-45]frontstalag, guerre 39 45[/url]

-D’autres pistes intéressantes à explorer :

1940-1945:Prisonniers de guerre en Allemagne, une exposition du Musée de la Résistance et de la déportation de Compiègne

Dossier de presse : les prisonniers de guerre , histoire d'une communauté captive du Centre d'Histoire de la Résistance et de la Déportation de Lyon

-Orientation bibliographique :

-prisonniers de guerre :dans les stalags, les oflags et les kommandos :1939-1945 Yves Durand

-La Captivité:histoire des prisonniers de guerre français :1939-1945 Yves Durand

-La captivité des prisonniers de guerre (1939-1945):histoire, art et mémoire sous la direction de Jean-Claude Catherine
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact