Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Insolites > lien entre loup et nazi

lien entre loup et nazi

par F2803, le 21/03/2012 à 15:51 - 2511 visites

Peux-t-on établir un lien entre les oeuvres suivantes : la liste de schindler (la petite fille au manteau rouge - petit chaperon rouge), Maus, la bête est morte et les loups sont entrés dans Paris ?

Réponse du Guichet du savoir

par bml_civ, le 24/03/2012 à 10:38

Comme vous le mentionnez dans le titre de votre question, s'il y a un lien entre les trois productions artistiques que vous citez, c'est la comparaison entre les nazis et les loups. Pourquoi ?

"Dès son adolescence, Hitler reçut, de ses parents et camarades d'école, le surnom de Wolf, "Loup", et le garda jusqu'à sa mort, devenant un véritable nomen mysticum. Il signa de nombreux articles politiques de ce surnom et ses camarades du parti le nommèrent fréquemment ainsi. Ce surnom était utilisé lorsque Hitler s'adressait à des amis intimes... Le surnom en question s'étendit même aux quartiers généraux que posséda Hitler... On peut citer le Q.G. du Werwolf, "Loup-garou", proche de la ville de Winizas, celui de Wolfschlucht, "Ravin du loup", à Brûly-de-Pesche, et celui du Wolfschanze, "Repaire du loup", à Rastenburg, où eut lieu l'attentat de 1944... L'ultime repaire, le bunker de la Chancellerie de Berlin, reçut le nom de Wolfloch, "Trou du loup"..

in Le loup de Bernard Marillier

voir aussi Dans la tanière du loup : les confessions de la secrétaire d'Hitler de Junge Traudl

Goebbels, dans les ultimes heures du nazisme ira jusqu'à créer une organisation au nom des WerWolf (loups-garous) : ils "sont invités à prendre le maquis en cas d'occupation étrangère et à porter aux alliés tous les coups possibles (sabotages, élimination des défaitistes). Les SS devaient bien sûr y jouer un rôle dominant, et Otto Skorzeny était censé en devenir l'un de ses chefs. Très médiatisés, les loups-garous représentent en réalité une poignée d'individus plus qu'une véritable organisation."

in Allemagne IIIe Reich de Mathilde Aycard et Pierre Vallaud

L'association entre les nazis et les loups est revendiquée par les nazis eux-mêmes, eu égard à leur prédilection pour les mythologies germaniques, au sein desquelles loups, et loups-garous occupent une place privilégiée.

Examinons les oeuvres citées :

La liste de Schindler

Le film est en noir et blanc, à part six scènes, dont trois concernant une petite fille juive vêtue d'un manteau rouge. Assistant à une projection de ce film en 1993, sur invitation du maire de Cracovie, Roma Ligocka se reconnaît dans ce personnage et, bouleversée, livre le témoignage de son enfance dans La Petite Fille au manteau rouge, écrit en collaboration avec Iris von Finckenstein. La réminiscence ou l'analogie avec le conte du Petit chaperon rouge de Charles Perrault semble évidente : "L’héroïne en est une jeune fille bien élevée, la plus jolie du village, qui court à sa perte en donnant au loup qu’elle rencontre dans la forêt les indications nécessaires pour trouver la maison de sa grand-mère. Le loup mange la vieille dame en se cachant des bûcherons qui travaillent dans la forêt voisine. Il tend ensuite un piège au Petit Chaperon rouge et finit par la manger. L’histoire en finit là, sur la victoire du loup. Pas de fin heureuse pour l’héroïne, la morale de Perrault est sans appel. Au XIXe siècle, deux versions distinctes furent rapportées par Jacob et Wilhelm Grimm : la première par Jeanette Hassenpflug (1791–1860) et la seconde par Marie Hassenpflug (1788–1856). Les deux frères firent de la première version l’histoire principale et de la seconde une suite. L’histoire de Rotkäppchen (La Capuche Rouge) parut dans la première édition de leur collection Kinder- und Hausmärchen (Contes des Enfants et du Foyer, 1812). Dans cette version, la fillette et sa grand-mère sont sauvées par un chasseur qui suivait la piste du Loup. La suite montre la fillette et sa grand-mère piégeant et tuant un autre loup, anticipant ses gestes grâce à l’expérience acquise au cours de la première histoire."

in Le Petit chaperon rouge


Image

Vous pouvez ajouter à votre choix de contes la version des Trois petits cochons, conte traditionnel européen du XVIIIe siècle, revisitée par Tex Avery dans un dessin animé de 1942 intitulé Blitz Wolf, dans lequel les trois petits cochons sont en guerre contre le grand méchant loup Hitler.




Dans Maus, "Art Spiegelman représente les différents groupes nationaux par différentes espèces d'animaux : les Juifs sont représentés par des souris (« Maus » signifie « souris » en allemand), les Allemands par des chats, les Français par des grenouilles, les Américains par des chiens, les Suédois par des élans, les Polonais par des porcs, les Britanniques par des poissons, les Roms par des bombyx disparates (lépidoptères dont le nom anglais est gypsy moths) et l'enfant né d'une liaison entre des personnes juives et allemandes par une souris au pelage marqué de rayures félines. L'utilisation du zoomorphisme, un style familier aux dessins animés et aux bandes dessinées, est une référence aux images de propagande nazie qui dépeignaient les Juifs comme des souris et les Polonais comme des porcs." Pas trace de loup, donc. Mais il s'agit de la même utilisation de la métaphore animale pour caractériser et/ou caricaturer l'ennemi.

voir aussi MetaMaus et Art Spiegleman : le miroir de l'histoire

Image

La bête est morte !, album de bande dessinée publié en 1944, dessiné par Edmond-François Calvo, sur un scénario de Victor Dancette, raconte sous la forme d'une satire animalière la deuxième guerre mondiale. Dans l'encyclopédie contributive en ligne Wikipedia, vous trouverez un tableau exhaustif des représentations animalières utilisées, incarnant les différents belligérants. Adolf Hitler est donc "Le Grand Loup", Göring "Le Cochon Décoré", Goebbels "Le Putois Bavard". Vous pouvez lire sur ce lien une analyse de l'album.

Image

Enfin, la chanson de Serge Reggiani, "les loups" est analysée dans un document pédagogique sur le site du Collège Victor Hugo : "Le titre de cette chanson fait référence à l’entrée des Allemands dans Paris le 14 Juin 1940. Abandonnée par le gouvernement français le 10 juin 1940, Paris est déclarée ville ouverte laissant ainsi l’armée allemande y faire son entrée le 14. Les loups représentent les Allemands nazis qui ont envahi Paris." En contradiction avec cette interprétation, un entretien avec le chanteur de juin 1976, dans Fenêtre sur Albert Vidalie, publié dans le coffret « Reggiani : ses chansons, côté scène, côté coeuur » précise la manière dont la chanson a été composée, après une soirée passée au Flore : "la chanson a été écrite suite à un fait divers entendu à la radio, l'entrée de loups à Madrid, et le texte serait à prendre au pied de la lettre.



Quoiqu'il en soit, tous ces exemples ont en commun la volonté de représenter sous forme allégorique des événements historiques. Vous pouvez approfondir votre recherche avec les ouvrages suivants :

L'art et l'histoire de la caricature de Laurent Baridon et Martial Guédron

La seconde guerre mondiale en caricatures de Mark Bryant

The World War 1939-1945 : the cartoonist's vision de Roy Douglas
  • 2 votes

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact